Stéphane Diagana

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Stéphane Diagana Portail athlétisme
Stéphane Diagana 2008.jpg
Stéphane Diagana en 2008
Informations
Disciplines 400 m haies, 4 × 400 m
Période d'activité 1990-2004
Nationalité Drapeau : France Français
Naissance (47 ans)
Lieu Saint-Affrique
Taille 1,86 m
Poids 75 kg
Surnom Diag
Entraîneur Fernand Urtebise
Alain Julien
Lionel Gourlay
Records
• Détenteur du record d'Europe du 400 m haies (47 s 37, 1995)
• Co-détenteur du record de France du 4 × 400 m (min 58 s 96, 2003)
Palmarès
Championnats du monde 2 1 1
Championnats d'Europe 1 1 1
Champ. d'Europe en salle - 1 -
Championnats de France 8 - -

Stéphane Diagana, né le à Saint-Affrique, est un athlète français spécialiste du 400 m haies, champion du monde en 1997 et champion d'Europe en 2002. Il est aussi sacré champion du monde du relais 4 × 400 m de 2003 à la suite de la disqualification du relais américain pour dopage deux ans plus tard.

Il fut le premier champion du monde d'athlétisme masculin français et détient depuis 1995 le record d'Europe du 400 mètres haies en 47 s 37. Il co-détient par ailleurs le record de France du relais 4 × 400 mètres en min 58 s 96.

Carrière sportive[modifier | modifier le code]

Débuts[modifier | modifier le code]

Stéphane Diagana obtient sa première licence à la Fédération française d'athlétisme en 1979, dix ans après sa naissance dans l'Aveyron. Il s'essaye d'abord au 110 mètres haies, puis rencontre Fernand Urtebise en 1988 lors des championnats de France scolaires à l'INSEP. Celui-ci l'oriente vers le 400 m haies et restera son entraîneur pendant seize ans.

En 1990, à Blois, Stéphane Diagana décroche à 21 ans son premier titre de champion de France senior sur 400 m haies[1]. Il participe à sa première compétition internationale senior, les championnats d'Europe de Split, et se classe cinquième de la finale du 400 m haies en 48 s 92, améliorant de 2/100e de seconde le record de France de Jean-Claude Nallet datant de 1974[2]. Il termine par ailleurs septième de la finale du relais 4 × 400 m. Sélectionné dans l'équipe du 4 × 400 m lors des championnats du monde de 1991 à Tokyo, l'équipe de France est contrainte à l'abandon dès les séries.

Au pied du podium à Barcelone et Stuttgart (1992-1993)[modifier | modifier le code]

Champion de France du 400 m en 1992, il établit un nouveau record de France indoor en 46 s 02, mais c'est sur la distance du 200 m qu'il est sélectionné pour les championnats d'Europe en salle de Gênes, en Italie, se classant finalement sixième et dernier de la finale. Auteur d'un nouveau record de France sur 400 m haies en 48 s 55, le 8 juillet 1992 à Lausanne, il participe à ses premiers Jeux olympiques, en août 1992 à Barcelone. Dans l'épreuve du 400 m haies, Diagana améliore son record de France en séries (48 s 41), en demi-finale (48 s 28) puis en finale (48 s 13) où il échoue au pied du podium dans une course où l'Américain Kevin Young établit ce jour-là l'actuel record du monde (46 s 78)[3]. En fin de saison 1992, concourant pour l'équipe d'Europe, il se classe troisième de la coupe du monde des nations à La Havane.

Vainqueur du 200 m lors des championnats de France en salle 1993, il établit début juin à Rome un nouveau record de France du 400 m haies, son sixième consécutif, à l'occasion de la coupe d'Europe des nations qu'il remporte dans le temps de 48 s 08. Quelques jours plus tard, lors des championnats de France d'Annecy, il décroche son deuxième titre national consécutif sur 400 m, en 45 s 26. Sélectionné pour les championnats du monde de 1993 à Stuttgart, il atteint la finale du 400 m haies en se classant quatrième de la finale en 47 s 64, nouveau record de France. Stéphane Diagana n'est devancé que de 2/100e de seconde par le Jamaïcain Winthrop Graham, médaillé de bronze[4]. Dans l'épreuve du relais 4 × 400 mètres, il échoue de nouveau au pied du podium en battant le record national en min 0 s 09, en compagnie de Jean-Louis Rapnouil, Pierre-Marie Hilaire et Jacques Farraudière[5].

En juillet 1994, il remporte son troisième titre national sur 400 m à l'occasion des championnats de France d'Annecy, en 45 s 49. Moins d'un mois plus tard, lors des championnats d'Europe 1994, à Helsinki en Finlande, Stéphane Diagana décroche sa première médaille majeure, en bronze, lors d'un compétition internationale majeure en se classant troisième de la finale du 400 m haies derrière Oleg Tverdokhleb et Sven Nylander, en 48 s 23[6]. Il remporte une médaille d'argent quelques jours plus tard lors du relais 4 × 400 m avec Hilaire, Farraudière et Rapnouil, l'équipe de France s'inclinant devant le relais britannique. En fin de saison 1994, Diagana se classe troisième du 400 m haies de la Finale du Grand Prix, et troisième du 4 × 400 m de la Coupe du monde des nations au sein d'une sélection d'athlètes européens.

Record d'Europe du 400 m haies (1995)[modifier | modifier le code]

Il remporte le titre du 400 m des championnats de France 1995, au Stade Charlety de Paris, en 45 s 22. Le 5 juillet 1995, au meeting Athletissima de Lausanne, il remporte la course en 47 s 37 et bat ainsi de 11/100e de seconde le record d'Europe du 400 m haies que détenait l'Allemand Harald Schmid depuis le 8 septembre 1982[7].

Il participe quelques jours plus tard aux championnats du monde 1995 à Göteborg. Il se hisse en finale du 400 m haies après avoir remporté sa série en 49 s 16, et s'être classé deuxième de sa demi-finale en 48 s 37. Le 10 août, il remporte la médaille de bronze en 48 s 14, devancé sur le podium par l'Américain Derrick Adkins et le Zambien Samuel Matete[8].

Victime d'une fracture de fatigue, il ne peut participer aux Jeux d'Atlanta en 1996[9]. Il n'avait réalisé qu'un temps de 47 s 53 sur 400 m plat lors des championnats de France 1996.

Champion du monde du 400 m haies (1997)[modifier | modifier le code]

De retour sur les pistes en 1997, il se classe deuxième du 400 m haies de la coupe d'Europe des nations, à Munich (49 s 15), devancé par l'Italien Fabrizio Mori. Il s'adjuge par la suite un nouveau titre national sur 400 m à l'occasion des championnats de France se déroulant à Fort-de-France en Martinique. Figurant parmi les favoris des championnats du monde 1997 à Athènes, Stéphane Diagana remporte le 4 août 1997 la finale du 400 m haies en 47 s 70, devant le Sud-africain Llewellyn Herbert (47 s 86) et l'Américain Bryan Bronson (47 s 88), en établissant la meilleure performance mondiale de l'année[10]. Il devient à cette occasion le deuxième athlète français après Marie-José Pérec à obtenir un titre de champion du monde d'athlétisme. Aligné par ailleurs dans l'épreuve du relais 4 × 400 m, il se classe cinquième de la finale en compagnie de Jean-Louis Rapnouil, Marc Foucan et Fred Mango[11]. Battu par Bryan Bronson quelques jours plus tard lors du Meeting Herculis de Monaco, il réalise néanmoins l'un des meilleurs temps de sa carrière en 47 s 77. En fin de saison 1997, il termine deuxième de la finale du Grand Prix à Fukuoka au Japon, devancé par Samuel Matete.

En 1998, aux championnats d'Europe de Budapest, il est perturbé par une méralgie paresthésique et chute pour la première fois en compétition au franchissement de l'avant-dernière haie, lors des demi-finales[12]. Sur 4 × 400 mètres, l'équipe de France composé de Pierre-Marie Hilaire, Marc Foucan, Fred Mango et Stéphane Diagana est disqualifié en finale. Début septembre 1998, à Moscou, il remporte la finale du Grand Prix en 48 s 30, devant le Jamaïcain Dinsdale Morgan et Samuel Matete.

Gêné par une sciatique, il dispute peu de courses en 1999 et ne se présente aux championnats du monde de Séville qu'avec le 27e temps des engagés. Vainqueur de sa série en 48 s 55, il établit le meilleur temps des demi-finales en remportant sa course en 48 s 18. En finale, il prend un bon départ avant d'être rejoint par ses principaux concurrents à mi-course. Légèrement en tête dans la dernière ligne droite, il commet une faute à la dixième haie et se fait déborder dans les quinze derniers mètres par Fabrizio Mori qui l'emporte dans le temps de 47 s 72, Stéphane Diagana prenant la médaille d'argent en 48 s 12[13].

Blessures et forfaits (2000-2001)[modifier | modifier le code]

Auteur de 48 s 70 lors du Meeting Gaz de France à Saint-Denis en juillet 2000, il est victime par la suite d'une sciatalgie, et doit renoncer à sa participation aux Jeux olympiques de Sydney[14].

En 2001, Stéphane Diagana se classe troisième de la coupe d'Europe des nations, derrière Fabrizio Mori et le Polonais Marek Plawgo, avant de décrocher son septième titre national en plein air, sur 400 m, à l'occasion des championnats de France 2001 à Saint-Étienne. Il établit son meilleur temps de l'année sur 400 m haies le 4 juillet lors du meeting de Lausanne, en 48 s 08. Mais, victime d'une blessure à la cheville droite, il est contraint de déclarer forfait pour le 400 m haies des championnats du monde 2001 se déroulant à Edmonton, au Canada[15]. Il participe seulement à l'épreuve du 4 × 400 mètres mais est éliminé dès les séries.

Champion d'Europe du 400 m haies (2002)[modifier | modifier le code]

Il participe en début de saison 2002 aux championnats d'Europe en salle de Vienne, en Autriche. Aligné dans l'épreuve du relais 4 × 400 m, il remporte la médaille d'argent en compagnie de Marc Foucan, Laurent Claudel et Loic Lerouge, devancé par l'équipe de Pologne. Fin juin, il se classe deuxième du 400 m haies (derrière Fabrizio Mori) et troisième du relais 4 × 400 m lors de la coupe d'Europe des nations se déroulant au Parc des Sports d'Annecy. Le 9 août 2002, il remporte son premier titre continental en s'imposant en finale des championnats d'Europe de Munich, en Allemagne, et en établissant son meilleur temps de l'année et le deuxième meilleur temps de sa carrière. En 47 s 58, il devance de près d'une seconde le Tchèque Jiří Mužík et le Polonais Paweł Januszewski[16]. En fin de saison 2002, à Paris, il termine deuxième de la Finale du Grand Prix derrière le Dominicain Félix Sánchez.

Champion du monde du relais 4 × 400 mètres (2003 )[modifier | modifier le code]

Il participe aux championnats du monde 2003 se déroulant au Stade de France de Saint-Denis. Dans l'épreuve du 400 m haies, il atteint les demi-finales et échoue de peu à se qualifier pour la finale en réalisant le neuvième temps des demi-finaliste en 48 s 64. Dans l'épreuve du relais 4 × 400 mètres, l'équipe de France, composé de Stéphane Diagana, Marc Raquil, Leslie Djhone et Naman Keita, se classe deuxième de la finale derrière les États-Unis, en établissant un nouveau record de France en min 58 s 96. Mais à la suite de la disqualification du relayeur américain Calvin Harrison pour dopage, la France est finalement sacrée championne du monde en 2005[17],[18]. Stéphane Diagana remporte son deuxième titre de champion du monde, après l'individuel sur 400 m haies en 1997.

Insuffisamment rétabli d'une nouvelle blessure, il doit renoncer aux Jeux olympiques d'Athènes en 2004 et annonce qu'il met un terme à sa carrière sportive le 8 juillet 2004[19].

Reconversion[modifier | modifier le code]

Stéphane Diagana participe au relais de la flamme olympique à Paris en 2008

Stéphane Diagana est diplômé en 2004 de ESCP Europe[20], où il a suivi des études en tant qu'athlète de haut niveau. Il est également titulaire d'un DUT de biochimie agroalimentaire[21].

En 2007, il devient à l'unanimité le premier président de la Ligue nationale d'athlétisme, fonction qu'il occupera jusqu'en 2009. Il devient également consultant pour France Télévisions, aux côtés de Patrick Montel, Bernard Faure, Alexandre Boyon et Nelson Monfort[22]. En 2016, il commente aussi les épreuves d'athlétisme des Jeux paralympiques de Rio sur France Télévisions[23].

En janvier 2008, Stéphane Diagana prend la tête d'une mission sur le développement du sport universitaire que lui ont confié Valérie Pécresse, Ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, Roselyne Bachelot-Narquin, Ministre de la Santé, de la Jeunesse et des Sports et Bernard Laporte, secrétaire d'État chargé des Sports[24].

Le , il est le premier porteur de la flamme olympique des Jeux olympiques de Pékin lors de son passage en France.

Diagana exerce également des activités de conférencier, souhaitant aider les entreprises à piloter la performance collective, faire évoluer les méthodes de management et améliorer l’efficacité de ses équipes.

En juillet 2011, il devient chef de produit et partenaire technique de la marque de running Kalenji[25]. En collaboration avec les ingénieurs matériaux et les designers de la marque, il développe la gamme de chaussures performance du nom de Kiprun. Outre l'apport de son expertise sur tous les produits destinés aux compétiteurs, il travaille en grande majorité sur la chaussure Kiprun MD (Middle Distance).

Fervent militant de la cause anti-dopage, il est aussi membre du comité des sportifs de l'Agence mondiale antidopage.

Palmarès[modifier | modifier le code]

International[modifier | modifier le code]

Année Compétition Lieu Résultat Épreuve Temps
1990 Championnats d'Europe Split 5e 400 m haies 48 s 92
7e 4 × 400 m 3 min 03 s 33
1992 Championnats d'Europe en salle Gênes 6e 200 m 21 s 53
Jeux olympiques Barcelone 4e 400 m haies 48 s 13
Coupe du monde La Havane 3e 400 m haies 49 s 34
1993 Coupe d'Europe des nations Rome 1er 400 m haies
Championnats du monde Stuttgart 4e 400 m haies 47 s 64
4e 4 × 400 m min 0 s 09
1994 Coupe d'Europe des nations Birmingham 3e 400 m haies
Championnats d'Europe Helsinki 3e 400 m haies 48 s 23
2e 4 × 400 m min 1 s 11
Finale du Grand Prix Paris 3e 400 m haies 48 s 64
Coupe du monde des nations Londres 3e 4 × 400 m min 3 s 26
1995 Championnats du monde Göteborg 3e 400 m haies 48 s 14
1997 Coupe d'Europe des nations Munich 2e 400 m haies
Championnats du monde Athènes 1er 400 m haies 47 s 70
5e 4 × 400 m min 1 s 06
Finale du Grand Prix Fukuoka 2e 400 m haies 48 s 14
1998 Championnats d'Europe Budapest - 400 m haies DNF
Finale du Grand Prix Moscou 1er 400 m haies 48 s 30
1999 Championnats du monde Séville 2e 400 m haies 48 s 12
2001 Coupe d'Europe des nations Brême 3e 400 m haies
2002 Championnats d'Europe en salle Vienne 2e 4 × 400 m min 6 s 42
Coupe d'Europe des nations Annecy 2e 400 m haies
Championnats d'Europe Munich 1er 400 m haies 47 s 58
Finale du Grand Prix Paris 2e 400 m haies 47 s 82
2003 Championnats du monde Paris 1er 4 × 400 m[26] min 58 s 96

National[modifier | modifier le code]

Records[modifier | modifier le code]

Records personnels[modifier | modifier le code]

Records personnels
Épreuve Performance Lieu Date
Plein air 200 m 20 s 95 Cayenne 24 avril 1993
400 m 45 s 18 Narbonne 28 juin 1992
400 m haies 47 s 37 (AR) Lausanne 5 juillet 1995
4 × 400 m min 58 s 96 (NR) Paris 31 août 2003
En salle 200 m 20 s 81 Genève 29 février 1992
400 m 46 s 02 Paris 22 février 1992
4 × 400 m min 6 s 42 Vienne 3 mars 2002

Progression sur 400 m haies[modifier | modifier le code]

La progression du record personnel de Stéphane Diagana a été établie à partir des temps donnés par l'IAAF et la Fédération française d'athlétisme.

Progression du record personnel sur 400 mètres haies
Âge Temps Lieu Date Notes
21 48 s 92 Drapeau : République fédérative socialiste de Yougoslavie Split 29 août 1990 Championnats d'Europe d'athlétisme, 5e de la finale[27]
22 48 s 55 Drapeau : Suisse Lausanne 8 juillet 1992 Meeting de Lausanne, 6e de la course
23 48 s 41 Drapeau : Espagne Barcelone 3 août 1992 Jeux olympiques, 2e de sa série
48 s 28 Drapeau : Espagne Barcelone 5 août 1992 Jeux olympiques, 2e de sa demi-finale
48 s 13 Drapeau : Espagne Barcelone 6 août 1992 Jeux olympiques, 4e de la finale
24 48 s 08 Drapeau : Italie Rome 6 juin 1993 Coupe d'Europe Rome[28], 1er de la course
47 s 64 Drapeau : Allemagne Stuttgart 19 août 1993 Championnats du monde, 4e de la finale
25 47 s 37 Drapeau : Suisse Lausanne 5 juillet 1995 Meeting de Lausanne, MPMA 1995 et actuel record d'Europe

Distinctions[modifier | modifier le code]

  • Prix de la Ville de Paris par l'Académie des sports en 1997.

Vie privée[modifier | modifier le code]

Sa mère, native du Tarn, était institutrice et son père, d'origine mauritanienne est né au Congo et était militaire dans la marine française puis informaticien[réf. nécessaire].

Stéphane Diagana vit avec Odile Lesage, une ancienne heptathlonienne, avec qui il a eu trois enfants dont l'aîné est né le 30 juillet 2002, quelques jours avant son titre européen à Munich[réf. nécessaire].

Le 21 janvier 2011, il perd connaissance à vélo dans une descente du col de Vence et heurte une voiture venant à contre-sens[29]. Il doit être opéré au visage, mais ne conserve pas de séquelles graves de l'accident[30].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Les finalistes des championnats de France - 1970 à 1990 - p.398 », sur FFA - Site de la commission de la documentation et de l'histoire (consulté le 16 avril 2017)
  2. (en) « Finalistes des championnats d'Europe d'athlétisme », sur trackfield.brinkster.net (consulté le 16 avril 2017)
  3. (en) « Athletics at the 1992 Barcelona Summer Games : Men's 400 metres Hurdles », sur sports-reference.com (consulté le 16 avril 2017)
  4. (en) « 400 Metres Hurdles men - Stuttgart 1993 », sur iaaf.org (consulté le 16 avril 2017)
  5. (en) « 4x400 Metres Relay men - Stuttgart 1993 », sur iaaf.org (consulté le 16 avril 2017)
  6. (en) « Palmarès des championnats d'Europe d'athlétisme », sur gbrathletics.com (consulté le 16 avril 2017)
  7. (en) « Records mondiaux et continentaux du 400 m haies masculin », sur iaaf.org (consulté le 16 avril 2017)
  8. (en) « Résultats des championnats du monde 1995 - 400 m haies masculin », sur iaaf.org (consulté le 16 avril 2017)
  9. « Diagana forfait pour Atlanta », sur liberation.fr, (consulté le 16 avril 2017)
  10. Deuxième meilleure performance mondiale de l'année 1997 car Bryan Bronson établit le temps de 47 s 64 le 16 août 1997 à Monaco
  11. Après disqualification pour dopage en 2008 de l'équipe des États-Unis
  12. « Diagana, la haie de trop », sur La Dépêche,
  13. « Championnats du monde 1999 - L'amertume de Diagana », sur ladepeche.fr, (consulté le 17 avril 2017)
  14. « Diagana est anéanti » Philippe Lamblin, Président de la Fédération française d'athlétisme, sur leparisien.fr, (consulté le 17 avril 2017)
  15. « Blessé, Stéphane Diagana déclare forfait », sur la-croix.com, (consulté le 17 avril 2017)
  16. (en) « Stéphane Diagana sur un nuage », sur leparisien.fr, (consulté le 17 avril 2017)
  17. (en) « His run has ended / Calvin Harrison given 2-year ban by USADA », sfgate.com, le 3 août 2004, consulté le 14 septembre 2010
  18. (fr) LE RELAIS 4X400M DE SYDNEY 2000 DISQUALIFIÉ, France Télévisions, le 2 août 2008, consulté le 14 septembre 2010
  19. « Diagana met fin à sa carrière », sur nouvelobs.com, (consulté le 17 avril 2017)
  20. (fr) [1], ESCP Europe, consulté le 12 décembre 2009
  21. (fr) Stéphane Diagana, L'Internaute, consulté le 14 septembre 2010
  22. (fr) Guide TV Barcelone 2010, France Télévisions, publié le 23 juillet 2010, consulté le 15 septembre 2010
  23. Ophélie Haire, « Programme TV Jeux Paralympiques : découvrez le dispositif de France Télévisions », sur www.programme-tv.net, .
  24. (fr) Merci à notre parrain, Stéphane Diagana, www.fedecardio.com, consulté le 14 septembre 2010
  25. Marque de running Kalenji, Stéphane Diagana devient chef de produit et partenaire technique
  26. Après déclassement en 2004 du relais américain
  27. Bat l'ancien record de Jean-Claude Nallet, datant de 1974 de 2 centièmes ( 48 s 94)
  28. Golden Gala
  29. Stéphane Diagana gravement blessé dans un accident de la route
  30. « Diagana évoque son accident: "J'ai eu beaucoup de chance !" », sur Le Point,

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :