Square Alboni

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

16e arrt
Square Alboni
Image illustrative de l’article Square Alboni
Square Alboni vu de la rue de l'Alboni.
Situation
Arrondissement 16e
Quartier Muette
Début 6, rue de l'Alboni
Fin Rue des Eaux
Morphologie
Longueur 267 m
Largeur 12 m
Géocodification
Ville de Paris 0160
DGI 0137
Géolocalisation sur la carte : 16e arrondissement de Paris
(Voir situation sur carte : 16e arrondissement de Paris)
Square Alboni
Géolocalisation sur la carte : Paris
(Voir situation sur carte : Paris)
Square Alboni
Images sur Wikimedia Commons Images sur Wikimedia Commons

Le square Alboni (ou square de l'Alboni) est une voie en partie privée du 16e arrondissement de Paris, en France.

Situation et accès[modifier | modifier le code]

Le square contourne le viaduc de Passy et la station de métro Passy et relie les deux moitiés de la rue de l'Alboni, laquelle est coupée en deux en raison du dénivelé et de la présence de la station de métro[1]. Il se prolonge ensuite jusqu'à la rue des Eaux, où un portail signalant le caractère privé de la voie interdit l'accès aux véhicules motorisés. Il n'est donc accessible en voiture que par sa partie haute. La partie subsistante des jardins du baron Delessert est propriété privée.

Origine du nom[modifier | modifier le code]

Elle porte le nom de la cantatrice italienne Marietta Alboni (1826-1894).

Dans sa partie inférieure, la voie passe sous la ligne de métro no 6.

Historique[modifier | modifier le code]

Cette voie en partie privée fut construite sur les jardins de l'ancienne propriété de Benjamin Delessert, qui descendait jusqu'à la Seine, et jouxtait la cour Boccage, ancienne ferme des Bonshommes. Autrefois, un pont suspendu surplombant un parc reliait l'hôtel particulier de Benjamin Delessert au 19-21 rue Raynouard à sa manufacture de sucre de betterave installée dans des bâtiments du domaine de l'ancien couvent des Bonshommes dont le cloître et l'église étaient situés entre le boulevard Delessert et la rue Chardin[2]. Cette parcelle fut lotie par les descendants du banquier Étienne Delessert : en 1894, la baronne Frédéric Bartholdi, la comtesse Sigismond du Pouget de Nadaillac et les barons Rodolphe et Henri-François Hottinguer créèrent le lotissement de l'Alboni, importante opération d'urbanisme réalisée par l'architecte Louis Dauvergne.

Bien que privée, la voie est ouverte à la circulation publique par arrêté du [3].

Bâtiments remarquables et lieux de mémoire[modifier | modifier le code]

  • En 1922, le siège mondial de l'Union générale arménienne de bienfaisance (UGAB) a été transféré au no 11 du square.
  • À cette adresse se trouve également la bibliothèque Nubarian, spécialisée dans les études arméniennes.
Plaque en hommage à Jean Nohain.

Le square est bordé de beaux immeubles résidentiels, à l'architecture remarquable, construits entre 1900 et 1930. En particulier :

  • l'immeuble du no 4, construit en 1913 par l'architecte Albert Sélonier (1858-1926) pour le comte de Bellefonds ;
  • l'immeuble de style Art déco situé au nos 9-11, construit en 1930 par l'architecte Léon Nafilyan (1877-1937), qui y résida ;
  • l'immeuble du no 14, construit en 1929 par l'architecte Charles Venner, membre du Parti populaire français, qui a dirigé plusieurs sociétés immobilières, et été un auteur prolifique d'édifices religieux à Paris et en région parisienne, notamment l'église du Cœur-Eucharistique-de-Jésus à Paris, l'église Saint-Jean-Baptiste-du-Plateau à Ivry-sur-Seine et l'église Sainte-Odile à Antony.

Le square et les arts[modifier | modifier le code]

Patrick Modiano dans son roman Accident nocturne (2003) situe une partie de sa quête dans le square de l'Alboni (où vit Jacqueline Beausergent, la femme qu'il recherche dans les nuits parisiennes) et les rues adjacentes.

Les personnages principaux du roman de Pierre Assouline État limite (2005) habitent square de l'Alboni.

Plusieurs scènes de films, de séries télévisées ou de clips vidéos ont été réalisées dans le square :

Autres[modifier | modifier le code]

Le club Alboni, qui réunit d'anciens étudiants d'Assas résidant dans le 16e arrondissement, a été créé en 2011 dans un appartement du square. Selon sa profession de foi, ce club organise des rencontres autour de cocktails et de dîners et permet ainsi le mécénat de jeunes talents.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Le square Alboni en 1900 », sur parisancien.weebly.com (consulté le ).
  2. Jean de La Tynna, Dictionnaire topographique, étymologique et historique des rues de Paris, 1812.
  3. « Square Alboni », www.v2asp.paris.fr.

Article connexe[modifier | modifier le code]