Spurs d'Austin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Spurs d’Austin
Logo du Spurs d’Austin

Généralités
Noms précédents Riverdragons de Columbus (20012005)
Toros d’Austin (20052014)
Fondation 2001
Couleurs Noir, argent et blanc
Salle H-E-B Center
(8 000 places)
Siège 13581 Pond Springs Rd,
Austin, TX 78729
Championnat actuel NBA G League
Entraîneur Drapeau : États-Unis Blake Ahearn
Site web austin.gleague.nba.com
Palmarès principal
National[1] NBA G League (2)

Les Spurs d'Austin (Austin Spurs en anglais) sont une équipe de la NBA Gatorade League, ligue américaine mineure de basket-ball créée et dirigée par la NBA. L'équipe est domiciliée à Austin (Texas).

Historique[modifier | modifier le code]

Les Riverdragons de Columbus[modifier | modifier le code]

Le 30 mai 2001, l’annonce tombe : Columbus va avoir sa franchise dans la toute nouvelle NBDL. L’équipe va jouer dans le Columbus Civic Center, une salle de presque 7 700 places en configuration basket[2]. Un mois plus tard, le 28 juin, Jeff Malone est choisi pour être le premier entraîneur. Ancien bon joueur NBA, il arrive après avoir coaché les Stars de Trenton en IBL. [3]

La première saison commence bien, car l’équipe remporte quatre de ses six premiers matchs. Tremaine Fowlkes, avec ses 18,2 points et 6,3 rebonds, est le tout premier élu joueur du mois de la ligue, pour novembre 2001. Il est d’ailleurs quelques mois plus tard le premier joueur de NBDL à faire partie d’un cinq majeur NBA, avec les Clippers de Los Angeles[4],[5]. Les Riverdragons terminent cette première année en troisième position, et sont éliminés au premier tour des playoffs par le Groove de Greenville. Pourtant il aurait pu en être autrement. Columbus joue à Greenville avec un avantage psychologique, ayant remporté ici les quatre dernières confrontations. De plus, alors qu’ils sont menés d’un point et que Ray Tutt vient de s’être fait contrer par Thomas Hamilton, John Strickland récupère la balle et est victime d’une faute à 1,4 secondes du terme. Strickland rate ses deux lancers, et le rebond est récupéré par Tutt qui se fait à nouveau bâcher par Hamilton ! Il reste alors 0,2 seconde, et la tentative d’alley-hoop est aussi ratée, synonyme d’élimination 79 à 78…[6]

Le scénario est moins rose pour 2002-2003, bien que l’exercice commence par trois succès en quatre matchs. L’équipe n’arrive pas à être adroite dans des secteurs clefs, tels les lancers-francs. Cela lui coûte quelques matchs, notamment certains en prolongation. Et même si Nate Johnson (19,5 points) et Tang Hamilton (15,5 points et 9,0 rebonds) assurent, le mois de février enterre leurs espoirs. Ils disputent sept de leurs huit matchs à l’extérieur, et en perdent six… Bien que sur l’année ils soient premiers aux rebonds (39,5) et qu’ils perdent le moins de balles dans la ligue (14,1 turnovers), ils terminent sixièmes au classement, non qualifiés. [7],[8],[9]

2003-2004 est encore pire, et Columbus est cette fois dernier au classement. L’effectif est moins stable que les saisons précédentes, et à part peut-être Sedric Webber aucun joueur ne se détache. Le 29 mars toutefois, ils battent trois records de l’équipe : le plus grand nombre de points (123), de paniers (45), et de points sur un quart temps (41)[10].

2004-2005 est l’exact opposé. L’équipe commence la saison en fanfare, remportant 10 de ses 11 premiers matchs. Plusieurs joueurs se distinguent. Ricky Minard par exemple est nommé meilleur joueur du mois de décembre. Derrick Zimmerman quant à lui est choisi meilleur défenseur de l’année au mois d’avril. Ils finissent en tête de la ligue, et favoris logiques pour les playoffs. Grâce aux 3 points de Reed Rawlings, le Dazzle de Roanoke est passé en demi-finale, 96 à 89. Mais c’est une autre histoire en finale contre l’Altitude d’Asheville. Ils se font démolir 90 à 67, avec un difficile 29 à 10 lors du dernier quart temps. [11],[12],[13],[14]

Début mai 2005, la NBA tire les enseignements des premières années et l’objectif initial de 4000 spectateurs de moyenne est loin d’être atteint. Trois villes perdent alors leur équipe, et Columbus en fait partie. Les Riverdragons ne sont plus, ils déménagent à Austin dans le Texas. [15]

Les Toros d’Austin indépendants[modifier | modifier le code]

C’est le 10 août que les premières informations tombent, avec le nouveau nom, les Toros d’Austin, et les nouvelles couleurs. [16]

La page continue de se tourner et Jeff Malone, présent lors des quatre premières saisons, n’est pas conservé. Le 23 août il part pour prendre en main les Flame de Florida[17]. Entre-temps, le 19 est officialisée l’arrivée de Dennis Johnson pour le remplacer. Il arrive du Flame de Florida, qu’il entraînait l’an passé[18].

Ils vont passer deux années sans saveur à jouer à l’Austin Convention Center. La première pourtant aurait pu être meilleure… Ils terminent à seulement un match des playoffs, avec dans leurs rangs de bons joueurs. Marcus Fizer (22,7pts et 7,8rbds) est nommé meilleur joueur de la saison en D-League, tandis que Ramel Curry l’aide avec 16,8 unités. L’an d’après, toujours sous Denis Johnson, ils finissent avant-derniers de leur division, malgré les 19,9 points de BJ Elder… [19],[20],[21]

Les Toros des Spurs : l’ère Snyder[modifier | modifier le code]

En juin 2007, nouveaux changements de direction. Le 06, Dennis Johnson est remplacé sur le banc par Quin Snyder, qui arrive du monde universitaire[22]. Le 28, l’équipe d’Austin est revendue aux Spurs de San Antonio, et devient la seconde de l’histoire à être complètement détenue par une franchise NBA, après les D-Fenders de Los Angeles[23].

L’effet Spurs joue dès la saison suivante, 2007-2008. Avec des joueurs tels que Keith Langford (24,6 points) ou encore Ian Mahinmi (16,8pts et 8,0 rebonds), ils dominent la southwestern division. Ils parviennent même jusqu’en finale des playoffs, et remportent le premier match. Le vent tourne lors du second, lorsque Cory Violette rentre deux lancers francs pour passer devant à 21 secondes du terme. Leur adversaire, le Stampede de l’Idaho, égalise alors dans la série, 90 à 89. Le 25 avril, lors de la manche décisive, Cory Violette frappe encore et les siens sont en tête à la mi-temps, 55 à 46. Devant 4124 spectateurs, les Toros subissent alors quatre paniers consécutifs à trois points de Mike Taylor. C’en est trop, et les espoirs de titre s’envolent une nouvelle fois. [24],[25],[26]

Ils récidivent en 2008-2009, malgré un effectif complètement instable. Sur l’exercice, ils perdent ainsi pas moins de 10 joueurs de calibre NBA : Marcus Williams, Pops Mensah-Bonsu, Andre Brown, DeMarcus Nelson, Malik Hairston, Anthony Tolliver, Blake Ahearn, Ian Mahinmi et Charles Gaines. Cela ne les empêche pas d’améliorer leur bilan établi l’année d’avant, bien qu’étant seulement seconds de leur division. Lors des playoffs, ils éliminent tout d’abord le Stampede de l’Idaho après prolongation, grâce aux performances de marcus Williams (33 points) et Malik Hairston (34 points) qui passent 53 minutes sur le parquet. En demi-finale, ce sont les 14ers du Colorado qui sont les plus forts, remontant 11 longueurs de retard pour finalement s’imposer. Austin est éliminé, 114 à 111. Pour ces bonnes performances, Quin Snyder est choisi comme entraîneur de l’année[27],[28],[29].

2009-2010 ? Même coach, même résultat ! Le bilan en saison régulière est exactement le même. En playoffs, le premier tour est avalé 2 à 1 contre les Wizards du Dakota). En demi-finale, ce sont les Vipers de Rio Grande Valley qui prennent le desuss, 2 à 1. Malik Hairston s’est montré dominant lors de son court passage, 29,1 points en 15 matchs, tandis que Alonzo Gee (21,3 pts) et Curtis Jerrells (20,7pts) ont assuré. A noter la belle performance de Dwayne Jones, qui, sur 48 rencontres, a compilé 17,6 unités mais surtout 16,1 rebonds de moyenne[30].

Nouvelle ère[modifier | modifier le code]

Stupeur le 11 juin 2010 : Quin Snyder quitte le navire pour rejoindre le staff des 76ers de Philadelphie, intéressés par ses capacités à développer les jeunes joueurs. [31], À sa place arrive un autre technicien, Brad Jones, que tout le monde voyait rester au Flash d’Utah. A la surprise générale le Flash ne l’a pas retenu, et les Toros en ont profité pour le faire venir[32]. En parallèle, ils annoncent le 09 août 2010 qu’ils joueront désormais au Cedar Park Center, une salle d’une capacité de 4672 places en configuration basket[33]. Sur le terrain c’est plus compliqué, et l’équipe ne parvient pas à d’aussi bons résultats que les années précédentes. Pour la première fois depuis quatre ans, ils manquent les playoffs.

Après une année pour prendre ses marques, Brad Jones est toujours sur le banc pour la saison 2011-2012. Sous sa coupe Austin retrouve les sommets et la seconde place. Ils sont emmenés par Justin Dentmon, qui assure 22,9 points de moyenne. Dentmon laisse sa trace dans le Texas, car il est nommé meilleur joueur D-League de l’année, et meilleur meneur. La franchise retourne en finale, face aux D-Fenders de los Angeles. Après un premier succès de Los Angeles à l’extérieur, 109 à 101 après prolongation, les Toros se sont vengés sur le terrain des D-Fenders 79 à 58. Lors de la manche décisive toujours en Californie, Eric Dawson, joueur d’impact de l’année, plante 21 points et s’empare de 10 rebonds. Les Toros la jouent collectifs, car six d’entre eux, dont le cinq majeur, inscrivent plus de 10 points. Sur le score de 122 à 110, ils remportent enfin un dernier succès, et le premier titre de la franchise[34],[35].

En fin de saison, Brad Jones démissionne pour devenir assistant au Jazz de L’Utah. Le 14 septembre, son ancien assistant Taylor Jenkins est nommé pour le remplacer[36],[37]. Ayant passé déjà quatre saisons au sein de l’organisation, il connaît parfaitement les systèmes utilisés. Il a de plus à disposition des joueurs tels que Justin Dentmon et Cory Joseph. Avec 27 victoires pour 23 défaites, ils ne font pas aussi bien que les années précédentes. Ils parviennent tout de même jusqu’en demi-finale, mais tombent 2 à 0 face aux Warriors de Santa Cruz[38],[39],[40].

Nouveau changement d’entraîneur avant la saison 2013-2014. Taylor Jenkins est amené à rejoindre le staff des Hawks d'Atlanta. De fait, c’est Ken McDonald qui prend le relais. A nouveau, c’est une promotion en interne qui est privilégiée, car le second était l’an dernier l’assistant du premier[41],[42]. Une fois n’est pas coutume, les Toros se loupent et terminent avec un bilan négatif, ne se qualifiant pas pour les playoffs.


Les Spurs d’Austin[modifier | modifier le code]

Le 15 octobre 2014, la franchise annonce vouloir renforcer sa marque, et change de nom pour devenir les Spurs d’Austin. L’une des raisons évoquées est le manque de reconnaissance des Toros, dont l’appellation ne parle pas aux nouveaux habitants qui arrivent sans cesse en ville. Ils veulent capitaliser sur la marque « Spurs », pour attirer plus que les 2 000 spectateurs qui viennent habituellement à la salle[43],[44].

Ken McDonald est toujours là, et mène l’équipe à deux finales de conférence consécutives. Les deux exercices peuvent être mis en parallèle : Austin remporte à chaque fois la division SouthWest, les deux fois avec au moins 60 % de victoires. Le premier tour des playoffs est ensuite passé 2 succès à 1, avant une élimination lors des finales de conférence, là aussi 2 à 1.

Après une saison 2016-2017 un ton en dessous, c’est Blake Ahearn qui prend la suite de McDonald sur le banc des Spurs. S’il a bien connu la ligue, ayant joué pour pas moins de six franchises de G-League, il n’a eu jusqu’ici qu’une expérience limitée du coaching, ayant entraîné deux saisons dans un lycée de Saint Louis. Il réalise d’excellents débuts avec sa nouvelle équipe. Il bénéficie pour cela de deux très bons rookies, Derrick White (20,1 points) et Jaron Blossomgame (16,5 points et 8,1 rebonds). De plus, pour la G-League, la formation bénéficie d’une très bonne défense. Ainsi, après avoir remporté leur division avec 64 % de victoires, ils poursuivent leur route jusqu’aux finales faces aux Raptors 905. Grâce à leur protection du cercle, ils maintiennent leurs adversaires à 76 points lors de la deuxième rencontre, et pas un seul des joueurs adverses ne dépasse les douze unités. Sans véritable suspense, ils remportent le second titre de l’histoire de la franchise[45],[46],[47],[48].

Pour 2018-2019, certains s’attendent à voir Austin briller à nouveau, car certains doivent normalement être de retour, comme Derrick White ou Blossomgame[49]. Cependant, les circonstances font que ce n’est pas tout à fait le cas. Les joueurs majeurs ne jouent pas la moitié des matchs de l’équipe, qui a bien du mal à maintenir son niveau. Avec seulement 20 victoires, ils terminent la saison avec 40 % de victoires, loin des playoffs.

En début de saison 2019-2020, Matt Nielsen et Reece Gaines sont nommés assistants de Blake Ahearn. Les Spurs retrouvent leur niveau habituel, sous l’impulsion de Keldon Johnson (20,3 points) et d’un Chimezie Metu qui progresse bien pour sa deuxième année, 17,9 unités et 9,1 rebonds. Troisièmes de la conférence ouest avec 24 succès pour 18 revers, la coupure liée au Covid-19 vient mettre un terme prématuré à leurs ambitions. [50],[51]


Logos[modifier | modifier le code]

Affiliations[modifier | modifier le code]

Celtics de BostonNuggets de DenverClippers de Los AngelesRockets de HoustonSpurs de San Antonio


Résultats sportifs[modifier | modifier le code]

Palmarès[modifier | modifier le code]

Palmarès des Spurs d'Austin
NBA Gatorade League

Saison par saison[modifier | modifier le code]

Saison Division Saison régulière Résultats en playoffs
Position Victoires Défaites %
Riverdragons de Columbus
2001–2002 3e 31 25 .554 Demi-finales
2002–2003 6e 23 27 .460 -
2003–2004 6e 18 28 .391 -
2004–2005 1er 30 18 .625 Finaliste
Toros d'Austin
2005–2006 6e 24 24 .500 -
2006–2007 Eastern 5e 21 29 .420 -
Toros d'Austin
2007–2008 Southwestern 1er 30 20 .600 Finaliste
2008–2009 Southwestern 2e 32 18 .640 Demi-finales
2009–2010 Western 2e 32 18 .640 Demi-finales
2010–2011 Western 8e 22 28 .440 -
2011–2012 Western 2e 33 17 .660 Vainqueur
2012–2013 Central 2e 27 23 .540 Demi-finales
2013–2014 Central 6e 19 31 .380 -
Spurs d'Austin
2014–2015 Southwest 1er 32 18 .640 Demi-finales
2015–2016 Southwest 1er 30 20 .600 -
2016–2017 Southwest 4e 25 25 .500 -
2017-2018 Southwest 1er 32 18 .640 Vainqueur
2018–2019 Southwest 4e 20 30 .400 -
Bilan en saison régulière 481 417 .536
Bilan en playoffs 26 20 .565


Personnalités et joueurs du club[modifier | modifier le code]

Entraîneurs successifs[modifier | modifier le code]

Le tableau suivant présente la liste des entraîneurs du club depuis 2001.

# Entraîneur Période Saison régulière Playoffs Récompenses
M V D % M V D %
Riverdragons de Columbus
1 Malone, JeffJeff Malone 2001–2005 200 102 98 .510 5 2 3 .400
Toros d'Austin
2 Johnson, DennisDennis Johnson 2005–2007 98 45 53 .459 - - - -
Toros d'Austin
3 Snyder, QuinQuin Snyder 2007–2010 150 94 56 .627 12 6 6 .500
4 Jones, BradBrad Jones 2010–2012 100 55 45 .550 9 6 3 .667
5 Jenkins, TaylorTaylor Jenkins 2012–2013 50 27 23 .540 - - - -
6 McDonald, KenKen McDonald 2013–2014 50 19 31 .380 - - - -
Spurs d'Austin
7 McDonald, KenKen McDonald 2014–2017 150 87 63 .580 12 6 6 .500
8 Ahearn, BlakeBlake Ahearn 2017– 100 52 48 .520 4 4 0 1.00

Joueurs emblématiques[modifier | modifier le code]


Notes et références[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Seuls les principaux titres en compétitions officielles sont indiqués ici.
  2. (en) [1]COLUMBUS, GEORGIA LANDS NBDL TEAM
  3. (en) [2]JEFF MALONE NAMED HEAD COACH OF NBDL's COLUMBUS, GEORGIA TEAM
  4. (en) [3]Tremaine Fowlkes Named November's NBDL Player Of The Month
  5. (en) [4]High Flyer of the Week: Tremaine Fowlkes
  6. (en) [5]Groove Escape Dragons for Trip to Finals
  7. (en) [6]Inconsistency humbles, frustrates Riverdragons
  8. (en) [7]2002-03 Columbus Riverdragons Statistics
  9. (en) [8]2002-03 Columbus Riverdragons Season Review
  10. (en) [9]Riverdragons Outrun Patriots
  11. (en) [10]Columbus 2004-2005 (avril)
  12. (en) [11]Columbus 2004-2005 (mars)
  13. (en) [12]Fast Start Lifts Riverdragons
  14. (en) [13]Ashville wins back-to-back NBDL champion tournament titles
  15. (en) [14]Dragons join others in graveyard
  16. (en) [15]Austin's NBA Development League Franchise Unveils Team Name and Logo
  17. (en) [16]Jeff Malone Named Head Coach of the Florida Flame
  18. (en) [17]Dennis Johnson Announced as Head Coach of the Austin Toros
  19. (en) [18]Marcus Fizer mvp
  20. (en) [19]2005-2006 statistics
  21. (en) [20]2006-2007 statistics
  22. (en) [21]Snyder to replace late Dennis Johnson as Toros coach
  23. (en) [22]Spurs Purchase Austin Toros of NBA Developmental League
  24. (en) [23]2007-2008 statistics
  25. (en) [24]Stampede Edge Toros in Game Two of D-League Finals presented by Delta
  26. (en) [25]Idaho Stampede Capture 2007-08 D-League Championship
  27. (en) [26]Quin Snyder Named Dennis Johnson D-League Coach Of The Year
  28. (en) [27]Stampede – Toros
  29. (en) [28]14ers Advance To Finals With Late Win Over Austin
  30. (en) [29]2009-2010 statistics
  31. (en) [30]Austin Coach Quin Snyder Joining the 76ers Staff
  32. (en) [31]Former Flash Head Coach Brad Jones Taking Over The Toros
  33. (en) [32]Austin Toros Announce Move to Cedar Park Center
  34. (en) [33]NBA D-League Finals: Austin Toros Playing Los Angeles D-Fenders For Championship Saturday Night
  35. (en) [34]Austin Toros Win 2012 NBA Development League Championship
  36. (en) [35]Toros coach resigns from Austin to join Utah Jazz
  37. (en) [36]Taylor Jenkins Named Head Coach Of Austin Toros
  38. (en) [37]Austin Toros Head Coach Taylor Jenkins Has Remained Busy During San Antonio's Run To The Finals
  39. (en) [38]Cory Joseph And Justin Dentmon Join Forces Once Again In Austin
  40. (en) [39]Can The San Antonio Spurs' D-League Affiliate Win Back-To-Back NBADL Titles?
  41. (en) [40]NBA D-League Coach Taylor Jenkins Hired By Atlanta Hawks
  42. (en) [41]Ken McDonald Becomes Head Coach of the Austin Toros
  43. (en) [42]Austin Toros basketball team gets new name, branding
  44. (en) [43]Why the name change to Austin Spurs? Too many people unfamiliar with team
  45. (en) [44]Austin Spurs Name Blake Ahearn As Head Coach
  46. (en) [45]Spurs 2017-18 season review: Grading the rookies
  47. (en) [46]Defense Pushed Austin To Winning A G League Title
  48. (en) [47]Saison 2017-2018
  49. (en) [48]The Austin Spurs are ready to take the new G-League season by storm
  50. (en) [49]AUSTIN SPURS ANNOUNCE 2019-20 COACHING STAFF ADDITIONS
  51. (en) [50]NBA G League To Suspend 2019-20 Season

Liens externes[modifier | modifier le code]