Spotter (observateur)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (avril 2016).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
La mise en forme de cet article est à améliorer (avril 2016).

La mise en forme du texte ne suit pas les recommandations de Wikipédia : il faut le « wikifier ». Découvrez comment faire.

La typographie, les liens internes ou externes, les conventions de style, la présentation des sourcesetc. sont autant de points qui peuvent ne pas convenir voire être absents. Si seules certaines sections de l'article sont à wikifier, pensez à les indiquer en utilisant {{section à wikifier}}.

Un groupe de spotters à l'aéroport de Moscou-Domodedovo photographiant un Iliouchine Il-96-300 de la KrasAir
Spotters à l'aéroport nord de Tenerife

Un spotter est un passionné d'aviation parcourant les aéroports et aérodromes pour observer, répertorier, prendre des photos d'avions et/ou notes diverses (photos d'empennage, immatriculations, entre autres). Les « spotters » sont en général à la recherche d'un modèle rare, qu'ils cherchent à être le premier ou la première à avoir repéré.

Présentation[modifier | modifier le code]

L'origine du terme remonte à la Seconde Guerre mondiale. En anglais, « to spot » signifie « repérer ». À la merci des bombardiers allemands, un réseau anglais était chargé de la surveillance du ciel. Ces spotters se chargeaient de lancer l'alerte à l'approche de ces bombardiers. Les avions de ligne sont particulièrement visés par les spotters, mais hélicoptères et autres aéronefs sont également concernés. Avec le renforcement des mesures de sécurité autour des principaux aéroports français, le spotting est interdit sur certains sites sans autorisation écrite (notamment à Roissy-Charles de Gaulle). Les autorités expliquent leur décision par des raisons de sécurité, mais les spotters relèvent qu'au Royaume-Uni ou aux États-Unis, les spotters ont été intégrés dans les plans de sécurité des aéroports.

Certains aéroports offrent de vraies installations pour les spotters. À Bruxelles, par exemple, une terrasse restaurant leur est accessible, à Barcelone des plateformes ont été créées pour leur permettre de prendre des photos sans grillages ainsi qu'à Manchester et Montréal, où des zones ont été aménagées afin de permettre aux spotters d'assouvir leur passion[1].

Bibliogrpahie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Création du Parc Jacques de Lesseps - Association québécoise du transport aérien (AQTA), 25 mai 2012

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]