Spotlight (film)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Spotlight.
Spotlight
Description de l'image Spotlight.png.
Titre québécois Spotlight : Édition spéciale
Réalisation Tom McCarthy
Scénario Tom McCarthy
Josh Singer
Acteurs principaux
Sociétés de production First Look
Anonymous Content
Participant Media
Nicole Rocklin
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Drame
Durée 128 minutes
Sortie 2015

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Spotlight, ou Spotlight : Édition spéciale au Québec, est un film dramatique américain coécrit et réalisé par Tom McCarthy, sorti en 2015.

Il raconte la rédaction d'un important article par une équipe d'investigation du Boston Globe, appelée « Spotlight », dévoilant un scandale impliquant des prêtres pédophiles couverts par l'Église catholique dans la région de Boston. Il est fondé sur les histoires des différents journalistes de la véritable équipe Spotlight, lauréate du prix Pulitzer en 2003.

Le film est présenté hors compétition à la Mostra de Venise 2015. Il a remporté de nombreux prix remis par des associations de critiques et des guildes et a été nommé l'un des meilleurs films de 2015 par plusieurs publications. Unanimement salué par la critique, Il est également nommé pour six Oscars et remporte celui du meilleur film et du meilleur scénario original en 2016.

Synopsis[modifier | modifier le code]

En 1976, le prêtre John Geoghan est arrêté pour viol sur mineur à Boston. Dans la nuit, un prêtre de haut rang se rend au commissariat pour négocier avec la mère de l'enfant et laisse Geoghan ressortir libre alors que l'avocat général demande aux agents présents de ne pas ébruiter l'affaire.

En 2001, le Boston Globe voit ses chiffres de vente chuter légèrement. Le nouveau rédacteur en chef, Marty Baron, décide de relancer le journal avec une affaire d'envergure : plusieurs prêtres dans leur ville ont été accusés d'avoir abusé sexuellement d'enfants et s'en sont tirés sans qu'il y ait de poursuites. Après avoir eu vent de l'histoire par un article sur le combat de l'avocat Mitchell Garabedian, un avocat qui a essayé plusieurs fois de révéler la vérité sur l'Église, Baron charge l'équipe Spotlight – une équipe spécialisée dans le journalisme d'investigation – d'enquêter sur ces prêtres et de prouver non seulement leur culpabilité mais aussi que leur supérieur, le cardinal Bernard Law, et les plus hautes instances de l’Église catholique étaient au courant et ont étouffé l'affaire à chaque fois par la corruption ou les menaces.

Grâce à l'aide éclairée de Mitchell Garabedian, l'équipe Spotlight, dirigée par Walter Robinson, va enquêter pendant des mois sur l'affaire et découvrir que non seulement l'Église a étouffé chacune de ces affaires en utilisant les services d'avocats véreux qui ont négocié de grosses indemnités avec les parents des enfants abusés, mais surtout que les prêtres pédophiles s'avèrent beaucoup plus nombreux qu'on ne le pensait. Phil Saviano, une victime qui a depuis fondé une association de soutien, parle de 13 prêtres sur Boston, mais Richard Sipe, un ancien prêtre qui a longtemps étudié la question, estime que ce nombre est plus proche de 90 rien que sur Boston. En recoupant à partir des informations données par Sipe sur les manœuvres de l'Église pour étouffer les affaires, l'équipe Spotlight établit une liste de 87 prêtres. Robinson et Baron sont sollicités par plusieurs personnes qui ont participé aux négociations et leur déconseillent tous d'insister.

Alors que l'équipe envisage de publier, les attentats du 11 septembre 2001 les forcent à changer leurs priorités et repousser la rédaction de l'article. Le journaliste Michael Rezendes obtient une information précieuse de Garabedian : l'avocat avait réussi à joindre à un dossier défendu publiquement des lettres adressées au cardinal Law prouvant qu'il a sciemment ignoré les appels à l'aide des victimes. Rezendes parvient à les obtenir, cependant, Robinson veut temporiser afin d'être sûr de dénoncer tout le système et que Law ne puisse se défausser, ce qui met Rezendes hors de lui. Le Boston Globe obtient également gain de cause pour obtenir la levée des scellés pour plusieurs dossiers sur les arrangements négociés entre avocats. Baron accepte alors de publier l'article après le Nouvel An 2002.

Peu avant la publication, Robinson réalise qu'il avait déjà reçu une liste de 20 prêtres accusés de pédophilie en 1993 de l'avocat des victimes Eric MacLeish mais qu'il n'a jamais donné suite. Baron le pousse tout de même à publier, avec un lien web vers les documents et un numéro téléphonique pour déposer les témoignages. Dès le lendemain matin, l'équipe Spotlight est submergée par les appels de victimes qui veulent témoigner.

Le film se conclut sur un texte révélant que le cardinal Law a fini par démissionner en décembre 2002 avant d'être promu à la Basilique de Santa Maria Maggiore à Rome, puis une liste de toutes les villes où des scandales similaires ont éclaté à travers le monde.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Information icon with gradient background.svg Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par la base de données IMDb.

Distribution[modifier | modifier le code]

Information icon with gradient background.svg Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par la base de données IMDb.

Source VF : AlloDoublage[3] • Version québécoise sur Doublage Québec[4]

Production[modifier | modifier le code]

Genèse et développement[modifier | modifier le code]

Le film s'inspire de faits réels : en 2002, un réseau pédophile au sein de l'Église catholique de Boston est découvert. Plusieurs journalistes du Boston Globe, regroupés dans l'équipe Spotlight, avaient alors décidé de mener leur propre enquête et d'aller au bout de cette affaire pour informer les lecteurs. Cette longue enquête sera récompensée par le prix Pulitzer[5]. Le scénario est ensuite écrit par Tom McCarthy et Josh Singer. En 2013, il figure sur la Black List des scénarios les plus appréciés mais pas encore produits par un studio[6],[5].

Casting[modifier | modifier le code]

Matt Damon et Helen Hunt ont été envisagés pour incarner Michael Rezendes et Sacha Pfeiffer. Les deux rôles reviennent finalement à Mark Ruffalo et Rachel McAdams[5].

Tournage[modifier | modifier le code]

Le tournage a débuté le à Boston et s'est ensuite déroulé à Hamilton dans l'Ontario. L'équipe a pu tourner dans les véritables bureaux du Boston Globe à Dorchester, ainsi qu'à la bibliothèque publique de Boston et dans l'Université McMaster. Le bureau de réunion du journal a cependant été recréé en studio[7],[5].

Accueil[modifier | modifier le code]

Accueil critique[modifier | modifier le code]

De tous côtés, Spotlight a eu d'excellentes critiques. Sur le site Metacritic, il a eu la note de 93/100 pour quarante-cinq critiques postées[8]. Sur le site Rotten Tomatoes, il obtient 96 % de critiques favorables pour une note de 8,8/10[9]. Sur Allociné, la moyenne est de 4/5 pour 24 critiques postées. Sur IMDB le film figure dans la prestigieuse liste des 250 meilleurs films de tous les temps (à la 194e place)[10].

Box-office[modifier | modifier le code]

Pays ou région Box-office Date d'arrêt du box-office Nombre de semaines
Drapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau du Canada Canada
45 055 776 $[11] [12] 26 [12]
Drapeau de la France France 616 158 entrées[13] 14[14]
Alt=Image de la Terre Mondial 98 275 238 $[11] - -

Distinctions[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Watching the Watchers: Tom McCarthy on Making Spotlight », sur Vulture.com (consulté le 7 novembre 2015)
  2. « Spotlight : Visa et classification », sur cnc.fr (consulté le 28 mars 2016)
  3. « Fiche du doublage français du film », sur AlloDoublage, (consulté le 21 mars 2017) [m-à-j].
  4. « Fiche du doublage québécois du film », consulté le 6 mars 2016
  5. a b c et d Secrets de tournage - Allociné
  6. (en) Black List 2013
  7. (en) Filming locations sur l’Internet Movie Database
  8. (en) « Spotlight reviews », Metacritic (consulté le 25 novembre 2015)
  9. (en) « Spotlight (2015) », Rotten Tomatoes (consulté le 29 février 2016)
  10. (en) « Top 250 meilleurs films de tous les temps », sur IMDb (consulté le 19 janvier 2017)
  11. a et b (en) « Spotlight », sur Box Office Mojo (consulté le 5 février 2016)
  12. a et b (en) « Spotlight - weekly », sur Box Office Mojo (consulté le 15 février 2016)
  13. « Spotlight », sur JP box-office.com (consulté le 5 février 2016)
  14. Fiche CBO

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]