Sportswashing

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Les Jeux olympiques d'été de 1936, organisés à Berlin, dans l'Allemagne nazie est l'un des premiers exemples majeurs de « sportwashing ».

Le sportswashing ou sportwashing (en français : « blanchiment par le sport ») est le procédé par lequel une entreprise (via le sponsoring), un pays ou d'autres entités (Commonwealth par exemple, dans le cas des Jeux du Commonwealth) utilisent un événement sportif, une équipe sportive, ou le sport de façon générale, comme moyen d'amélioration sa réputation.

Le mot sportswashing est particulièrement utilisé dans le cas d'entités antérieurement désignées pour leur mépris des droits de l'homme et/ou de l'environnement et du climat (de nombreux pays sponsors de coupes internationales sont des pays autocratiques et répressifs[1], et concernés par de graves problèmes environnementaux et/ou surexploitant des ressources énergétiques fossiles, parfois en faisant également preuve de greenwashing).

Un exemple souvent cité est l'organisation par les nazis en Allemagne des Jeux olympiques d'été de 1936 et des Jeux olympiques d'hiver de 1936, trois ans avant de déclencher la Seconde Guerre mondiale. Ces jeux ont momentanément contribué à brouiller l'image d'Hitler et à camoufler les dangers du nazisme naissant. Selon John Leicester (Associated Press), « Utiliser l'attrait du sport, en particulier du football, pour se faire bien paraître, ainsi que leurs régimes, est l'une des plus anciennes astuces du manuel des despotes »[2]. En 2021, dans le journal The Guardian, Karim Zidan se demandait en 2021 si 2022 pourrait devenir la pire des années en matière de Sportswashing [3].

Histoire[modifier | modifier le code]

L'instrumentalisation du sport en faveur de l'image d'une nation existe au moins depuis les Jeux olympiques antiques et depuis l'utilisation des arènes et des courses publiques de chars par les empereurs romains[4].

Au XXe siècle, l'impact des divertissements sportifs, des compétitions et des paris sportifs a gagné en importance, tant sur les fans et supporters, que sur le grand public, les médias et les entreprises. Certains déplorent que le sport soit devenu un business qui va jusqu'à acheter et vendre des joueurs à des prix exhorbitants[5] puis une industrie[6] et parfois une source de violence (avec par exemple le phénomène des hooligans).

En particulier, la Coupe du monde de football, organisée par la Fédération internationale de football association (FIFA) a pris une importance croissante dans le monde, devenant la plus haute distinction sportive, et la plus médiatique et brassant, directement ou indirectement, des sommes d'argent de plus en plus importantes, faisant que quel que soit le pays-hôte, les caméras et les yeux du monde seront tournés vers lui, au moins durant le temps des compétitions[2].

Le secteur économiques de l'Industrie du sport elle-même, de même que celui de l'industrie du BTP trouvent aussi stratégiquement leur compte en participant voire parfois en soutenant le Sportwashing[7].

Motivations sociopolitiques et stratégiques[modifier | modifier le code]

Bien que cela soit ruineux, complexe et difficile ; en raison des avantages et retombées médiatiques espérées, de nombreux pays se proposent comme pays d'accueil de méga-évènements internationaux sportifs, pour trois raisons au moins selon les chercheurs Nicolas Papadopoulos et Mark Cleveland (2021) :

  1. la « diplomatie par le sport »[8] ;
  2. le « nation branding »[8] ;
  3. le « soft power »[9],[10],[11],[8].

Contexte récent de politisation et de commercialisation des sports[modifier | modifier le code]

Le président de la Fédération de Russie remet le relais symbolique des droits d'accueil de la Coupe du monde de football 2022 (FIFA) au Qatar (en juin 2018).

.

Il semble y avoir un relatif consensus sur le fait que les domaines du sport et de la propagande politiques de devraient pas interférer[12]. Le XXe siècle a néanmoins vu se développer cette utilisation du football et de la course automobile puis d'autres sports pour des motifs politiques[13] et commerciaux[14].

En période de crises économiques, les États peuvent se montrer plus réticents à couvrir les dépenses et déficits de l'organisation de grands évènements sportifs, au profit de pays disposant de grandes réserves de liquidités financières (états pétroliers par exemple) et souhaitant améliorer leur image et leur réputation[15].

Ainsi, depuis la fin du XXe siècle, l'Arabie saoudite, le Qatar, la Chine et la Russie se sont tournés vers le sport afin de détourner l'attention de la communauté internationale de leurs atteintes aux droits de l'homme et à l'Environnement et au Climat. Avec un énorme soutien de groupes financés par l'État, ils ont cherché à blanchir leur réputation en organisant ou en parrainant des événements et des équipes dans leur pays et/ou dans le monde entier, notamment dans des domaines réputés accrocheurs tels que les compétitions olympiques, de football et de Formule 1.

Au passage, les infrastructures construites pour les événements sportif, parfois somptueuses encouragent le tourisme, les affaires et l'investissement étrangers, tout en mettant de côté les préoccupations politiques en cours.

Quelques exemples par Pays (en ordre alphabétique)[modifier | modifier le code]

Allemagne (1936)[modifier | modifier le code]

Peu après la grande crise de 1929, Hitler et le régime nazi ont soigneusement organisé en Allemagne les Jeux olympiques d'été de 1936, suivis des Jeux olympiques d'hiver de 1936. Trois ans avant le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale, le régime a ainsi pu brouiller son image et la réputation internationale du chancelier Hitler, et du nazisme naissant alors qu'ils préparaient la guerre.

Arabie Saoudite[modifier | modifier le code]

En 2021, le Rallye Dakar a été organisé en Arabie saoudite pour une autre année consécutive. Alors qu'il était dénoncé comme une «sportswashing» par l'Arabie saoudite[16].

Le , le Fonds d'investissement public a achevé sa propriété de 305 millions de livres sterling du club après avoir passé le test des propriétaires de Premier League et des directeurs. La Premier League a accepté la prise de contrôle après avoir reçu des «assurances juridiquement contraignantes» que le gouvernement saoudien ne contrôlerait pas l'équipe. Amnesty International a accusé les autorités saoudiennes de «Sportwashing» (pour faire oublier ses manquement aux droits de l'homme) quand le Newcastle United Football Club a été acheté par un fonds de placement saoudien[17],[18].

En janvier 2022, le joueur de tennis britannique, Andy Murray, a refusé 1,5 million de £ pour jouer des matchs en Arabie saoudite en raison des questions relatives aux droits de l'homme dans l'État du Golfe. Amnesty International et Human Rights Watch ont de leur côté critiqué une tentative de «sportswashing» destiné à blanchir la réputation de la nation sur la scène internationale[19].

Argentine[modifier | modifier le code]

En 1978, deux ans après son Coup d'État de 1976 en Argentine et à l'apogée de l'énorme campagne d'atrocités lancée par la junte militaire qui contrôlera l'Argentine de 1976 à 1983, la junte au pouvoir a cyniquement utilisé la Coupe du monde de football 1978 et son exploitation pour distraire le public argentin de la sale guerre intérieure (responsable d'environ 30 000 disparitions dans les camps de concentration du pays, où les disparus étaient généralement torturés[20] puis assassinés par les militaires[21], de nombreux emprisonnement illégaux et d'exils), et surtout pour détourner l'attention de la communauté internationale sur les atrocités et crimes du régime. En 1964, le congrès de la FIFA à Tokyo n'a pas refusé à l'Argentine les droits d'organisation de la Coupe du monde de 1978[22]. Pour ce faire, la junte a dépensé environ 700 millions de dollars, pratiquement sans aucun contrôle de la FIFA notait Galeano et 2018 dans un livre sur la part sombre et sale du football international[23], pour organiser « la plus sale des coupes du monde »[24],[25],[26].

Azerbaïdjan[modifier | modifier le code]

La branche britannique d'Amnesty International a par exemple critiqué le choix de l’Azerbaïdjan[27] en tant qu'organisateur de la finale de la ligue Europa 2018-2019, du fait de son non-respect des droits humains, indiquant qu'il s'agissait d'une tentative de sportwashing[2].

Bahreïn[modifier | modifier le code]

Depuis , le Royaume de Bahreïn détient 20 % des actions du Paris FC. Il tente d'améliorer son image globale en s'associant au sport. C’est la stratégie des régimes autoritaires pour détourner l’attention du public des questions relatives aux droits de l'homme dans leur pays[28].

Depuis 2004, Bahreïn a occupé des courses de Formule 1, a été accusée de «sportwashing» son dossier de droits de l'homme avec l'aide d'un événement sportif de haut niveau pour montrer une bonne image de leur pays[29].

Les Royals bahreïniens, dont le Roi Hamed ben Isa Al Khalifa, se sont rendus au Royaume-Uni pour assister au Spectacle de chevaux Royal Windsor, qui s'est tenu entre le 12 mai 2022 et 15 mai 2022. Cependant, les organisations de défense des droits de l'homme, inclus le Bahreïn Institute for Rights and Democracy (BIRD) et la campagne contre le commerce des armes (CAAT), ont protesté en dehors de l'événement, a souligné que les prisonniers politiques bahreïniens continuent d'être maltraités et faussement emprisonnés, le Royaume-Uni présentait le «tapis rouge» pour les Royals bahreïniens. CAAT a décrit l'événement «Sportswashing», notant qu'une variété d'événements, comme les «Entraîneurs du Royaume de Bahreïn pour la King's Cup», portent le nom de Bahreïn[30].

Chine[modifier | modifier le code]

Le président chinois Xi Jinping lance la cérémonie d'ouverture des Jeux mondiaux militaires d'été de 2019 à Wuhan, en Chine (18 octobre).

Israël[modifier | modifier le code]

L'homme d'affaires israélo-canadien Sylvan Adams contribue ouvertement au « rayonnement d’Israël » en finançant des équipes sportives notamment en cyclisme et en Formule 1 selon l'Association belgo-palestinienne[31].

En termes de diplomatie sportive, pour améliorer son image (souvent associée au conflit israélo-palestinien )(Avraham 2009 ; Gilboa 2006), plutôt que de cherche à accueillir de très grands évènements sportifs, la "nation start-up" (Senor & Singer 2009) semble avoir préféré la voie du soft power et d'une "diplomatie sport-tech". Des chercheurs pensent que pour mieux contourner les conflits, Israël devrait se concentrer sur son écosystème technologique hautement développé[32],[33]. En 2018, Dubinsky dont via sa thèse de doctorat « Israel’s use of sports for nation branding and public diplomacy », après avoir analysé l'évolution de l'importance du mouvement olympique moderne pour l'image des pays hôtes[34] suggère d'encore développer les technologies sportives à cet effet pour créer un cas unique de "diplomatie sport-tech"[35],[36]. Le pays pourrait ainsi développer son image en s'appuyant sur les compétitions de sports électronique[37]

Qatar[modifier | modifier le code]

Stade géant du Khalifa, Doha (2010).
Près de 3 000 tuyaux apportent de l'air conditionné (frais) dans le Stade du Khalifa de Doha.

Ce pays a complètement intégré le sport dans sa stratégie diplomatique et de communication[38].

En France, l'équipe de football du Paris Saint Germain est régulièrement critiquée par les médias pour ses liens avec le gouvernement du Qatar[pourquoi ?][réf. nécessaire].

Ce même pays sera également organisateur de la coupe du monde de football 2022, dénommée « Coupe du monde de la honte » par Amnesty International[39]. Pour cela ce petit pays désertique et très chaud a dépensé la somme exhorbitante d'environ 200 milliards de dollars pour construire de nouveaux stades, et il a fallu changer la date de la Coupe du monde pour la déplacer en automne afin que les joueurs puissent supporter la chaleur, sans que les environ 800 000 travailleurs (migrants) aient eux été correctement protégés contre le travail en condition climatique extrême[2].

Émirats arabes unis[modifier | modifier le code]

En novembre 2018, Amnesty International a accusé les propriétaires aboudabiens de Manchester City d'une tentative hardiment de «sportswash» de leur pays à l'« image profondément ternie » en investissant dans le Premier League Club. Aussi, accusé d'avoir enfreint les règles de l'UEFA concernant le fair-play financier (FPF), avec des allégations que le club a sauvé des millions de personnes en créant secrètement une entreprise mannequin pour payer des acteurs des droits d'image[40].

Selon les documents publiés par Der Spiegel[41], le document interne a révélé que Manchester City a reçu un financement d'une agence gouvernementale à Abou Dabi. Cependant, les responsables des ÉAU ont systématiquement déclaré que ADUG (Abu Dhabi United Group for Development and Investment) est une organisation privée et pas de lien avec le gouvernement des Émirats. En outre, les milliards d'euros des Émirats dépensés sur ManCity sont une tentative d'utiliser le succès sur le terrain de football pour améliorer l'image du pays, car les Émirats arabes unis tolèrent aucune critique politique à domicile, ignorent les droits de l'homme et sont soupçonnés de crimes de guerre au Yémen[42],[43].

Royaume-Uni[modifier | modifier le code]

Selon Sam Joyson-Cardy (2022), les Jeux du Commonwealth sont un exemple de sportswashing ; « un événement où la Grande-Bretagne rassemble ses anciennes colonies pour leur permettre de reconquérir leur or, une médaille à la fois »[15].

Russie[modifier | modifier le code]

Le président Vladimir Poutine tenant le trophée de la Coupe du monde de football de la FIFA lors d'une cérémonie pré-tournoi à Moscou (9 septembre 2017).

Alors que la FIFA avait enfin (en 2017) adoptée une politique interne des droits de l'homme associée à un nouveau programme d'inspections du travail sur les sites de construction, la FIFA et son président Gianni Infantino ont toléré :

  • la répression croissante du régime de V. Poutine à l'encontre des manifestants pacifistes s'opposant à sa loi de « propagande » anti-LGBT[2] ;
  • la maltraitance des ouvriers (21 morts évitables[44] répertoriés lors de la construction du stade par Building Workers International, soit presque autant que deux équipes de football)[2] ;
  • une fraude aux salaires (documentée par Human Rights Watch);
  • l'emploi (en violation des sanctions de l'ONU vis à vis de Pyongyang) d'au moins 110 travailleurs forcés Nord-Coréens au Zenit Arena de Saint-Pétersbourg, esclave et otages, dont l'un a été retrouvé mort dans un conteneur près du stade. Après ces révélations, le , a déclaré que "les travailleurs nord-coréens ne sont plus utilisés" - mais il n'a pas révélé ce qui est réellement arrivé aux travailleurs qui ont aidé à construire le stade de Saint-Pétersbourg, et s'ils ont jamais été équitablement rémunérés pour leur travailler[2].
  • des conditions de travail anormalement dangereuses [2],[45].

Le dirigeant tchétchène Ramzan Kadyrov est connu pour publiquement tolérer les crimes d'honneur, ordonner des incendies de maisons, menacer ouvertement les journalistes et les défenseurs des droits de l'homme et avoir en 2017 présidé une purge anti-LGBT sans précédent, lançant le forces de sécurité tchétchènes contre les hommes perçus comme homosexuels, les torturant et en faisaient disparaître de force certains[2]. Quelques semaines après l'arrestation, sur de fausses accusations d'Oyub Titiev, directeur du Memorial de Grozny, le dernier groupe de défense des droits de l'homme travaillant encore ouvertement en Tchétchénie, la FIFA annonçait que la Tchétchénie serait un site d'entraînement pour la Coupe du monde[2]. Kadyrov a publiquement embrassé des joueurs vedettes, dont la superstar égyptienne Mohamed Salah nommé au passage citoyen d'honneur de la République tchétchène (Salah l'a confirmé mais s'est ensuite éloigné de Kadyrov). Cette Coupe du monde lui a offert une tribune mondiale pour blanchir cette réputation[2].

Positions ambigue des instances internationales du sport[modifier | modifier le code]

Selon S. Joyson-Cardy, alors que la ligne de conduite naturelle de ces instances face aux rapports et aux conséquences de la guerre, de l'esclavage ou de l'oppression politique pourrait être ou devrait être une cessation immédiate de tout partenariat avec leurs auteurs (dictatures, oligarques, juntes ou seigneurs de guerre et autres auteurs d'abus en série des droits de l'homme), ces derniers « ont réalisé qu'il n'existe pas de poche qui ne peut être remplie, une roue qui ne peut être graissée et une main qui ne peut être serrée. Ceux qui ont du pouvoir et de l'argent ont appris un moyen simple de surmonter la critique : le profit et le divertissement »[15].

À titre d'exemple récent, dans son discours de clôture des Jeux olympiques d'hiver de Pékin (2022), le président du Comité international olympique, Thomas Bach insistait sur la nature unificatrice du sport : « Ce pouvoir fédérateur des Jeux Olympiques est plus fort que les forces qui veulent nous diviser : donnez une chance à la paix ». Quatre jours après, Vladimir Poutine lançait ses troupes en Ukraine, sans réaction apparente du Comité ; et il a fallu deux jours à l'UEFA pour annoncer que la finale de la Ligue des champions de Saint-Pétersbourg était reportée, comme il a fallu deux jours à la Formule 1 pour annuler le Grand Prix de Russie parce qu'il est « mpossible d'organiser l'événement pour le moment » précisait son communiqué (laissant ouverte une possibilité de course si la guerre cessait) ; malgré l'ambiguïté de la déclaration de leur instance dirigeante, des pilotes comme Sebastian Vettel et Max Verstappen ont déclaré que si une course devait avoir lieu à Sotchi cette année, ils n'y participeraient pas[15].

Vers une réponse éthique au sportswashing ?[modifier | modifier le code]

En juin 2021, à Genève, alors que se préfigurent les Coupes du monde de Russie et du Qatar, un nouveau Centre pour le sport et les droits de l'homme, se donnant pour mission de résoudre les problèmes systémiques de droits de l'homme liés aux grands événements sportifs[2].

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Katharina Emschermann, « Episode 13: “Sports and Autocrats” » (Podcast), sur Berlin Security Beat, Centre for International Security at the Hertie School, (consulté le ).
  2. a b c d e f g h i j k et l (en-US) « Russia’s bloody World Cup », sur Politico.eu, (consulté le ).
  3. (en) « Could 2022 be sportswashing’s biggest year? », sur the Guardian, (consulté le ).
  4. (en) Stuart Murray, Sports Diplomacy : Origins, theory and practice, Routledge, (DOI 10.4324/9781351126960-5), p. 88–112.
  5. (en) 1. Zimbalist, « Sport as business », Oxford Review of Economic Policy, vol. 19, no 4,‎ , p. 503-511.
  6. (en) Hallgeir Gammelsæter, « Sport is not industry: bringing sport back to sport management », European Sport Management Quarterly, vol. 21, no 2,‎ , p. 257–279 (ISSN 1618-4742 et 1746-031X, DOI 10.1080/16184742.2020.1741013).
  7. (en) « Ownership, Organisation and Strategies in the Sports industry », sur Emerald Publishing (consulté le ).
  8. a b et c (en) Nicolas Papadopoulos et Mark Cleveland, Marketing Countries, Places, and Place-associated Brands, Edward Elgar Publishing, (ISBN 978-1-83910-737-5, DOI 10.4337/9781839107375, lire en ligne), p. 298–318.
  9. (en) John S. Krzyzaniak, « The soft power strategy of soccer sponsorships », Soccer & Society, vol. 19, no 4,‎ , p. 498–515 (ISSN 1466-0970 et 1743-9590, DOI 10.1080/14660970.2016.1199426).
  10. (en) Jonathan Grix et Paul Michael Brannagan, « Of Mechanisms and Myths: Conceptualising States’ “Soft Power” Strategies through Sports Mega-Events », Diplomacy & Statecraft, vol. 27, no 2,‎ , p. 251–272 (ISSN 0959-2296 et 1557-301X, DOI 10.1080/09592296.2016.1169791).
  11. (en) Jonathan Grix, Paul Michael Brannagan et Barrie Houlihan, « Interrogating States’ Soft Power Strategies: A Case Study of Sports Mega-Events in Brazil and the UK », Global Society, vol. 29, no 3,‎ , p. 463–479 (ISSN 1360-0826 et 1469-798X, DOI 10.1080/13600826.2015.1047743).
  12. (en) Helen Jefferson Lenskyj, « ‘Sport and Politics Don’t Mix’ », dans The Olympic Games: A Critical Approach, Emerald Publishing Limited, (ISBN 978-1-83867-776-3, DOI 10.1108/978-1-83867-773-220201004, lire en ligne), p. 39–57.
  13. (en) Michał Marcin Kobierecki et Piotr Strożek, « Sports mega-events and shaping the international image of states: how hosting the Olympic Games and FIFA World Cups affects interest in host nations », International Politics, vol. 58, no 1,‎ , p. 49–70 (ISSN 1384-5748 et 1740-3898, DOI 10.1057/s41311-020-00216-w, lire en ligne, consulté le ).
  14. (en) Josephine Clausen, Emmanuel Bayle, David Giauque et Kaisa Ruoranen, « International sport federations’ commercialisation: a qualitative comparative analysis », European Sport Management Quarterly, vol. 18, no 3,‎ , p. 373–392 (ISSN 1618-4742 et 1746-031X, DOI 10.1080/16184742.2017.1406970).
  15. a b c et d (en-GB) « 'Sportswashing': How Some States Evade Censure », sur Shout Out UK, (consulté le ).
  16. (en) « Dakar Rally set for second Saudi outing despite 'sportswashing' row », sur France 24 (consulté le ).
  17. (en) « Human rights groups slam Newcastle United takeover by Saudi investment fund as “tool for erasing human rights abuse” », sur Left Foot Forward (consulté le ).
  18. « Amnesty International s'inquiète du rachat de Newcastle par un fonds souverain d'Arabie saoudite », sur L'Equipe (consulté le ).
  19. (en) « Andy Murray turned down offers up to £1.5million to play in Saudi Arabia over human rights concerns as tennis star's representative insists he is not interested in 'eye-watering sums of money' on offer from gulf state », sur Mail Online (consulté le ).
  20. (en) M. Feitlowitz, A Lexicon of Terror: Argentina and the Legacies of Torture, New York, Oxford University Press, .
  21. (en) Hugo Loiseau, « MARCHAK, Patricia (en collaboration avec William MARCHAK). God's Assassins, State Terrorism in Argentina in the 1970s. Montréal, McGill-Queen's University Press, 1999, 393 p. », Études internationales, vol. 31, no 3,‎ , p. 604 (ISSN 0014-2123 et 1703-7891, DOI 10.7202/704206ar).
  22. (en) David Goldblatt, The Ball is Round: A Global History of Football, Penguin, London, .
  23. (en) Galeano Prénom=E, Football in Sun and Shadow, Londres, Penguin, .
  24. (en-GB) Will Hersey, « Remembering Argentina 1978: The Dirtiest World Cup Of All Time », sur Esquire, (consulté le ).
  25. (en) « BBC - Jonathan Stevenson: The story of the 1978 World Cup », sur www.bbc.co.uk (consulté le ).
  26. (en) « Americas - But Was This The Beautiful Game's Ugliest Moment? » (version du 11 juin 2010 sur l'Internet Archive), sur FT.com, .
  27. (en) « Amnesty: don’t let Azerbaijan hide human rights abuses behind football », sur The Guardian, (consulté le ).
  28. « Sports-washing / Bahreïn: Le Conseil de la Ville de Paris vote un amendement encadrant l’attribution de sa subvention au Paris FC. », sur ACAT France (consulté le ).
  29. (en) « Lewis Hamilton: F1 can't ignore race host Bahrain's human rights issues », sur Autoblog (consulté le ).
  30. (en) « Bahrain: Activists condemn UK visit by royals for horse show », sur Middle East Eye (consulté le )
  31. « Appel à action: Les Classiques cyclistes belges serviront-elles à blanchir l’apartheid israélien ? », sur Association belgo-palestinienne, (consulté le ).
  32. (en) Eli Avraham, « Marketing and managing nation branding during prolonged crisis: The case of Israel », Place Branding and Public Diplomacy, vol. 5, no 3,‎ , p. 202–212 (ISSN 1751-8040 et 1751-8059, DOI 10.1057/pb.2009.15).
  33. (en) Eytan Gilboa, « Public Diplomacy: The Missing Component in Israel's Foreign Policy », Israel Affairs, vol. 12, no 4,‎ , p. 715–747 (ISSN 1353-7121 et 1743-9086, DOI 10.1080/13533310600890067).
  34. (en) Yoav Dubinsky, « Analyzing the Roles of Country Image, Nation Branding, and Public Diplomacy through the Evolution of the Modern Olympic Movement », Physical Culture and Sport. Studies and Research, vol. 84, no 1,‎ , p. 27–40 (ISSN 1899-4849, DOI 10.2478/pcssr-2019-0024).
  35. (en) Yoav Dubinsky, « From soft power to sports diplomacy: a theoretical and conceptual discussion », Place Branding and Public Diplomacy, vol. 15, no 3,‎ , p. 156–164 (ISSN 1751-8040 et 1751-8059, DOI 10.1057/s41254-019-00116-8).
  36. (en) Yoav Dubinsky, « Sport-tech diplomacy: exploring the intersections between the sport-tech ecosystem, innovation, and diplomacy in Israel », Place Branding and Public Diplomacy,‎ (ISSN 1751-8040 et 1751-8059, PMCID PMC7653986, DOI 10.1057/s41254-020-00191-2).
  37. (he) « עמוד הבית (For the first time in Israel, the city of Eilat will host the world championship in electronic sports.) », sur עיריית אילת (consulté le ).
  38. (en) H.S. Søyland, Qatar's sports strategy: a case of sports diplomacy or sportswashing? (thèse de doctorat), (lire en ligne).
  39. (en) « Qatar World Cup of Shame », sur Amnesty International, (consulté le ).
  40. (en) « Manchester City’s rise from stumbles of old to fine-tuned global product », sur The Guardian (consulté le ).
  41. (en) « Sponsorship Money – Paid for by the State », sur Der Spiegel (consulté le )
  42. (en) « Leaked emails reveal Manchester City received payments from Abu Dhabi », sur The Guardian (consulté le )
  43. « Football Leaks: les liens entre Manchester City et le gouvernement émirati de plus en plus visible », sur Le Soir (consulté le )
  44. Source : IBB dans son rapport de juin 2018 "Foul Play", « la plupart de ces décès étaient dus à des chutes de hauteur ou à des équipements lourds tombant sur des travailleurs, des tragédies qui auraient pu être évitées si les conditions de sécurité et de santé avaient été respectées ».
  45. rapport 2017, Red Card, enquête sur les conditions de travail interrompue par l'arrestation du chercheur par la police russe devant le stade de Volgograd

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]