Spock (Star Trek)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Spock.
Spock
Personnage de fiction apparaissant dans
Star Trek.

Photo publicitaire (1967) de Leonard Nimoy dans le rôle de Spock.
Photo publicitaire (1967) de Leonard Nimoy dans le rôle de Spock.

Naissance 2230
Origine Shi'Kahr, Vulcain
Sexe Masculin
Espèce Mi-Vulcain mi-Humain
Cheveux Noirs
Yeux Marron foncé
Activité Attaché scientifique et premier officier du vaisseau Enterprise
Ambassadeur
Caractéristique Logique
Famille Sarek (père, décédé) (chronologie principale)
Amanda Grayson (mère, décédée)
Sybok (demi-frère, décédé) (chronologie principale)
Zar (fils)
Skon (grand-père paternel, décédé)
Solkar (arrière-grand-père paternel, décédé)
Affiliation Fédération des planètes unies
Entourage James T. Kirk (supérieur et ami)
Leonard McCoy (collègue et ami)
Montgomery Scott (collègue et ami)
Nyota Uhura (collègue et amie) (chronologie principale)
(collègue et compagne)(chronologie alternative)

Hikaru Sulu (collègue et ami)
Pavel Chekov (collègue et ami)
Ennemi de Nero (chronologie alternative)
Khan Noonien Singh (chronologie alternative)

Membres Starfleet
Académie des Sciences de Vulcain

Créé par Gene Roddenberry
Interprété par Leonard Nimoy
(chronologie principale)
Zachary Quinto
(chronologie alternative)
Films Star Trek, le film
Star Trek II : La Colère de Khan
Star Trek III : À la recherche de Spock
Star Trek IV : Retour sur Terre
Star Trek V : L'Ultime Frontière
Star Trek VI : Terre inconnue
Star Trek
Star Trek Into Darkness
Star Trek : Sans limites
Séries Star Trek
Star Trek, la série animée
Star Trek : La Nouvelle Génération
Première apparition Star Trek
Dernière apparition Star Trek : Sans limites
Éditeurs Paramount Pictures
Site officiel Fiche du personnage

Spock — également appelé Monsieur Spock — est un personnage de fiction créé par Gene Roddenberry dans la série télévisée américaine Star Trek en 1966.

Biographie fictive[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Chronologie de Star Trek.

Spock est né en 2230 sur la planète Vulcain d'une mère humaine, Amanda Grayson, et d'un père vulcain, l'ambassadeur Sarek. En 2237 à l'âge de 7 ans, il est fiancé par fusion mentale à T'Pring[1]. Le mariage doit être célébré en 2267[2],[3],[4], lors du Pon farr, mais la belle refuse cette union car amoureuse de Stonn[5],[6].

Après avoir étudié à l'Académie des Sciences de Vulcain, Spock s'engage à Starfleet en 2252 et sert tout d'abord sur le vaisseau Enterprise, sous le commandement du capitaine Christopher Pike. D'abord cadet, il gravit tous les échelons jusqu'à celui d'officier scientifique durant les onze années passées aux côtés de Pike. Il devient ensuite commandant en second, sous les ordres du capitaine James T. Kirk.

Après la mission de cinq ans, il se retire sur Vulcain, mais sort de sa retraite pour combattre V'Ger en 2271[7]. En 2276, l'Entreprise est retiré du service actif et transformé en vaisseau d'entraînement. Spock en devient le capitaine. Il est relevé de son commandement pendant la crise Genesis[8] quand James T. Kirk prend le commandement pour combattre Khan Noonien Singh. Pendant cette mission, Spock est tué en entrant, sans protection, dans une chambre d'antimatière pour permettre aux moteurs à distorsion de fonctionner afin d'échapper à une forte explosion qui crée la planète Genesis.

Mort en 2285, il revient à la vie avec le projet Genesis[9] et au transfert de son esprit dans celui d'un autre membre de l'équipage, le docteur Leonard McCoy.

À partir de 2295, il se tourne vers une carrière de diplomate pour devenir, comme son père, ambassadeur. Quelques années plus tard, il se marie[10],[1].

Spock révèle qu'il est devenu le père d'un fils prisonnier dans le passé[11], sur la planète Sarpeidon, maintenant disparue. Utilisant le gardien de l'éternité, Spock voyage dans le passé pour sauver son fils, nommé Zar. Cependant, celui-ci repart vers le passé après avoir aidé Spock à défaire un complot romulien.

En 2387, âgé de 157 ans[12], il est toujours ambassadeur. Vivant auprès des Romuliens. Il tente de sauver leur monde, dont un soleil menace de se changer en supernova et se diriger vers la planète. L'Académie des Sciences de Vulcain donne naissance à la matière rouge, une matière capable de créer un trou noir afin d'absorber la supernova. Mais Spock arrive trop tard et ne peut empêcher la destruction de Romulus. Il éjecta tout de même la matière rouge dans la supernova. Ce fut un succès, mais le vaisseau de Spock est pris dans le champ gravitationnel du trou noir et renvoyé vers le passé en 2258. Capturé ensuite par Nero, un survivant romulien exilé comme lui dans le passé (qui lui est arrivé en 2233, son incursion à cette époque provoquant la création d'une ligne temporelle alternative), Spock ne peut l'empêcher de se venger en détruisant Vulcain. Spock part alors avec les survivants de son monde fonder une colonie vulcaine afin que perdure la civilisation qui l'a vu naître[13]. Il meurt en 2263, alors âgé de 162 ans.

Description[modifier | modifier le code]

Physique[modifier | modifier le code]

D'une couleur de peau jaune-brun, Spock est surtout reconnaissable à ses oreilles pointues, ses sourcils droits et sa coupe au bol, trois particularités de son ethnie. Dans l'Univers Miroir, Spock porte également un bouc.

Personnalité[modifier | modifier le code]

Mi-homme, mi-vulcain, Spock est un personnage torturé par un conflit mental entre la raison et la logique de sa moitié vulcaine et les émotions et intuitions de sa moitié humaine. Il tente à tout prix d'être un Vulcain parfait, n'agissant que par logique et pouvant contrôler ses émotions. Mais son côté humain, qui l'effraie et le fascine à la fois, resurgit constamment, donnant lieu à des scènes parfois dures, parfois cocasses.

Contrairement à Data, son « équivalent » cybernétique dans la série Star Trek : La Nouvelle Génération, qui souhaite ardemment ressentir des émotions humaines, Spock tente de les refouler. Cette attitude provoque l'incompréhension mais aussi l'amusement du docteur Leonard « Bones » McCoy : les joutes verbales des deux hommes sont fameuses et ponctuent bon nombre d'épisodes. Malgré leurs différends, les deux hommes sont très amis. Spock est également très lié avec son capitaine, James Kirk.

Ses relations avec son père sont plutôt froides : Sarek n'a jamais accepté de voir son fils entrer à Starfleet au lieu de l'Académie Vulcaine des Sciences.

Parmi ses loisirs favoris, on citera la pratique du luth vulcain. À l'occasion, il chante en même temps ou accompagne d'autres membres de l'équipage.

Dans la série, Spock a souvent recours à son expression favorite : « Fascinant ! » (« Fascinating! » en anglais) lorsqu’il est étonné par quelque chose. Par habitude liée à sa culture vulcaine, il souligne également le caractère de quelque chose qu'il perçoit comme illogique (« [C'est] illogique. », « [Highly] illogical. » en anglais)[14],[15].

Pouvoirs[modifier | modifier le code]

De par sa condition physiologique et ses capacités semi-vulcaines, Spock est globalement considérable comme génétiquement supérieur comparé à l'Humain type.

Spock a un moyen de se défendre très personnel : la prise vulcaine, neutralisation non violente qui endort ses victimes par simple pression sur une partie de l'épaule, au niveau des muscle trapèze et clavicule humains. Il l'utilise la première fois dans l'épisode L'Équipage en folie.

Autre particularité : la fusion mentale vulcaine. Par pression des doigts sur un visage, Spock peut mélanger ses pensées avec celles d'une autre personne.

Famille[modifier | modifier le code]

Chronologie principale[modifier | modifier le code]

Spock entretient de bons liens avec sa mère humaine, Amanda Grayson. À l'issue des événements sur la planète Genesis, elle accomplit elle-même le Fal-Tor-Pan, rituel sacré vulcain permettant au katra de son fils récemment ressuscité de restaurer son corps, puis accompagnera sa rééducation par la suite. Amanda décède de mort probablement naturelle (dans la période située entre le sixième film et Star Trek : La Nouvelle Génération).

Concernant son père vulcain Sarek cependant, Spock entretient avec lui une relation majoritairement froide ainsi que de nombreux désaccords depuis qu'il a choisi d'intégrer Starfleet au lieu de l'Académie des Sciences de Vulcain (ce qui ne fera que s'envenimer avec le temps et après le second mariage de son père). Au cours de Star Trek : La Nouvelle Génération, tandis que Spock s'est rendu en secret sur Romulus pour négocier une paix et un rapprochement entre son propre peuple et leurs lointains cousins, Sarek succombe fatalement du Syndrome de Bendii dont il était atteint, son épouse et le capitaine Jean-Luc Picard à son chevet.

Du côté de Sarek, Spock a un demi-frère, Sybok, qu'il retrouve plus tard sur sa route (Star Trek 5 : L'Ultime Frontière).

Il a aussi un fils, Zar, prisonnier dans le passé sur la planète Sarpeidon, qu'il a eu avec Zarabeth lors de sa visite dans leurs monde et époque.

Chronologie alternative[modifier | modifier le code]

Spock entretient de bons liens avec sa mère humaine, Amanda Grayson. Elle est ouverte aux us et coutumes vulcains, ainsi qu'une mère présente et compréhensive envers Spock qui est, à sa façon, attaché à elle et soucieux de ce qu'elle peut penser et ressentir au vu des préjugés vulcains dirigés contre eux (à cause de leurs origines humaines, ce qui amènera notamment Spock dans sa jeunesse à tabasser à mains nues un membre d'une bande plus âgée de brutes habitués à le provoquer pour lui faire perdre le contrôle de ses émotions, et qui y parvient en insultant Amanda). Ce racisme logique que le Conseil manifeste à l'encontre de sa mère sur le moment, influence d'ailleurs le choix de Spock de ne pas intégrer l'Académie des Sciences Vulcaines (ce qui était normalement prédéterminé pour lui par convention), mais d'embrasser à la place une carrière à Starfleet. Amanda décède tragiquement des années plus tard, dans la destruction de Vulcain causée par Nero (événements du film éponyme de 2009), sous les yeux impuissants des membres survivants du Conseil Vulcain, de son époux ainsi que de son fils venu en mission de sauvetage. Sa perte provoque un trouble émotionnel important chez Spock qui cède son poste de commandant intérimaire de l'USS Enterprise à James T. Kirk, qu'il aura également tabassé après que Kirk se soit sciemment servi de la mort de sa mère pour lui provoquer une réponse émotionnelle, ce afin de prouver son inaptitude à commander et prendre sa place (nécessité impérative selon l'alter ego âgé de Spock venu de l'autre réalité).

Son père vulcain Sarek, bien qu'il ait paru en désaccord concernant l'entrée à Starfleet de son fils, ne semble pas aussi en froid avec Spock que son homologue de l'autre chronologie : l'impératif des événements du premier film de cette chronologie semble plutôt favoriser leurs liens. Après la perte de sa femme et avoir assisté à la perte de contrôle de son fils sur la passerelle de l'USS Enterprise, Sarek rejoint ce dernier dans la salle de téléportation et, bien que gardant son stoïcisme vulcain, le guide et le réconforte comme le ferait son épouse humaine, l'encourageant en son nom à ne pas refouler sa colère et lui assurant que son union avec sa mère était plus motivé par l'amour que la logique.

Spock entretient un contact privilégié avec son homologue plus âgé de l'univers principal depuis leur rencontre qui suivît la victoire contre Nero (et lors de laquelle le Spock plus jeune confondra brièvement son aîné avec leur père). Le Spock aîné, malgré les circonstances (la destruction de leur monde ainsi que la perte significative de population qui en résulte), l'encourage à ne pas abandonner sa carrière à Starfleet. Le Spock âgé se dévoue à œuvrer à la reconstruction de leur civilisation et à la préservation de leur culture pour la suite : dès lors, il dispense avec parcimonie ses conseils au Spock plus jeune et le guide quand il en a besoin (Star Trek Into Darkness). Il décède des années plus tard, apparemment de cause naturelle (Star Trek : Sans limites), ce qui amènera le Spock de cette chronologie à s'interroger sur lui-même.

Vie sentimentale[modifier | modifier le code]

Chronologie principale[modifier | modifier le code]

Bien que Spock eut plusieurs prétendantes au cours de sa vie, peu d'entre elles auront réussi à susciter son intérêt.

À ses sept ans, Spock fut promis par fusion mentale à une Vulcaine du nom de T'Pring. Cependant, la non réciprocité de leurs sentiments empêchera le mariage.

En 2261, il rejette la déclaration de Leila Kalomi, une botaniste terrienne éprise de lui.

À l'époque de son service à bord de l'USS Enterprise durant la mission quinquennale de 2265-2270, Spock désamorce par son stoïcisme vulcain une tentative de rapprochement du lieutenant Uhura qui ne s'y reprendra plus. Le premier officier suscite principalement l'amour (déclaré lors de la contamination de l'équipage par le virus de Psi 2000) de l'infirmière de bord Christine Chapel, bien qu'il ne semble lui témoigner aucune réciprocité en temps normal. Le temps d'un voyage dans le passé sur la planète Sarpeidon, il s'unit à Zarabeth et lui donnera un fils, Zar.

Lors de sa résurrection sur la planète Genesis, le sous-lieutenant Saavik (dont Spock fut le mentor) l'aide à franchir (à nouveau) son premier Pon farr.

Chronologie alternative[modifier | modifier le code]

Dans la chronologie alternative, Spock vit une relation de couple avec Nyota Uhura depuis l'époque où il est devenu l'un de ses instructeurs à l'Académie de Starfleet. Lors des événements qui précèdent la destruction de Vulcain causée par Nero, les cadets sont réquisitionnés et affectés aux vaisseaux disponibles : alors qu'Uhura était originellement affectée à l'USS Farragut (contrairement à son désir légitime d'intégrer l'USS Enterprise avec ses aptitudes) par Spock pour éviter une apparence de favoritisme, il finit cependant par l'intégrer avec lui à la dernière minute après insistance d'Uhura (ce qui lui sauve probablement la vie, l'Enterprise étant le seul vaisseau de la flotte présente près de Vulcain à ne pas être détruit par le vaisseau de Nero). Suite à la perte de son monde, de nombre de ses semblables mais surtout de sa mère, Spock devenu commandant est rejoint par Nyota dans l’ascenseur après avoir consigné son rapport et ses impressions dans le journal de bord : stoppant temporairement le déplacement de l’ascenseur, elle le prend dans ses bras et, empathique et en pleurs, se montre présente pour lui et désireuse de faire ce qui serait nécessaire pour l'aider (ce qu'elle fera en effectuant son travail du mieux possible).

Des années après ces événements, suite à une mission non autorisée de l'USS Enterprise où Spock a failli mourir en croyant se sacrifier dans l'intérêt de l'équipage (Star Trek Into Darkness), sa logique vulcaine et son attitude stoïque provoqueront malgré lui des tensions avec Nyota (et à moindre mesure, son capitaine et ami), qui en viendront à interpréter — à tort — cette part de lui comme de l'insensibilité, ce que Spock rectifie avec eux durant leur descente furtive en territoire klingon pour leur mission officieuse consistant à capturer John Harrison.

Création du personnage[modifier | modifier le code]

À propos du nom[modifier | modifier le code]

Œuvres où le personnage apparaît[modifier | modifier le code]

  • Le groupe de musique punk Ludwig von 88 lui a consacré une chanson dans son album Houlala 2 : La Mission, intitulée Spock Around the Clock où le vulcain met l'équipage en péril par son désir soudain de succomber aux paradis artificiels (LSD, champignons, héroïne).
  • Leonard Nimoy, l'interprète principal de Spock, fait plusieurs apparitions dans la série télévisée d'animation américaine créée par Matt Groening, Les Simpson (The Simpsons). La frontière entre l'acteur et son personnage dans Star Trek y est volontairement brouillée. L'acteur apparait également dans plusieurs épisodes de l'autre série d'animation célèbre de Matt Groening, Futurama, généralement en compagnie des autres acteurs principaux de la série originale Star Trek. Dans l'un des épisodes qui fait d'ailleurs directement hommage à la série, chacun d'eux est grimé et impliqué dans son rôle respectif.
  • Spock et, par extension, ses interprètes Leonard Nimoy et Zachary Quinto, apparaissent ou sont mentionnés de diverses façons dans la série télévisée américaine The Big Bang Theory, principalement autour du personnage de Sheldon Cooper :
    • Lorsque Sheldon a l'occasion de se déguiser en personnage de la série originale (notamment à la fin de l'épisode Le Flirt de Léonard où il joue à l'officier de Starfleet en pleine exploration pendant une fête médiévale), c'est sur Spock que se porte son choix.
    • Le salut vulcain emblématique de Spock, créé à l'origine par l'acteur Leonard Nimoy lui-même pour son personnage, est utilisé explicitement et à plusieurs reprises par les protagonistes au cours de la série, surtout Sheldon (par exemple, à la fin de la vidéo d'adieu de Sheldon d'Exode dans le Montana, pour saluer Zack de loin dans Le Parasite extraterrestre). Sheldon l'utilise notamment comme attaque supplémentaire dans sa version du jeu Pierre-papier-ciseaux, « Pierre-papier-ciseaux-lézard-Spock » (épisode L'Expansion Lézard-Spock).
    • Dans l'épisode La Triangulation des asperges où Sheldon fait une analogie explicite entre leur propre groupe et l'équipage de la série originale auprès de Leonard, il s'attribue le rôle de Spock.
    • Grâce à son admiration pour Spock, Penny arrive à prendre Sheldon à son propre jeu dans l'épisode Les Cadeaux de Noël concernant son principe sur la réciprocité des cadeaux et leur équivalence en valeur, en lui offrant une serviette usagée utilisée et signée par l'acteur Leonard Nimoy, interprète original du personnage, dans le restaurant The Cheesecake Factory où elle travaille (ce qui a une valeur incalculable aux yeux de Sheldon).
    • Au jeu des 20 questions, Sheldon l'utilise toujours comme personnage à deviner, ce qui fait qu'il perd automatiquement contre ses amis à ce jeu (épisode Excursion à Vegas).
    • Surpris en pleine messe basse avec Raj dans l'épisode La Fluctuation de l'ouvre-boîte électrique, Howard compare l'ouïe anormalement fine de Sheldon à celle d'un Vulcain, ce qui est souligné plus tard par Leonard. En tentant maladroitement de réconforter Sheldon plus tard dans ce même épisode, Penny lui gâche involontairement le nouveau film Star Trek en lui racontant une scène avec Kirk et Spock, et lui rappelle indirectement qu'il a raté sa sortie (ce qui fait pleurer Sheldon comme un bébé).
    • Quand dans l'épisode Bras cassé et Voie lactée, Sheldon tarde à emmener Penny blessée aux urgences en conduisant sa voiture avec une prudence excessive, en parlant du moteur elle l'assène d'un « Il ne va pas exploser ! Passe la vitesse supraluminique, Monsieur Spock ! » (référence erronée que Sheldon corrige aussitôt).
    • On apprend à la fin de l'épisode La Rencontre avec le grand Stan que, parmi sa collection personnelle de dédicaces de personnalités, Sheldon possède une ordonnance restrictive à son nom signée par Leonard Nimoy.
    • La boîte surprise ramenée d'un vide-grenier dans Le Fameux Anneau contient une figurine de Spock dont la tête est détachée du reste et remplacée par celle d'une figurine de Mister T.
    • Dans La Récurrence de Wheaton, dans un paradigme illustrant sa haine envers l'acteur Wil Wheaton (également lié à l'univers Star Trek), Sheldon lui confronte plusieurs exemples pairs de sujets opposables (un qu'il déteste et un qu'il apprécie). Parmi l'une de ces paires, il cite : pour le premier, la station Babylon 5 de la série éponyme ; pour le second, la navette Galilée commandée par Spock dans un épisode de la série originale Star Trek centré sur lui.
    • Dans l'épisode Un laser sur la lune, Raj évoque l'obligation de Spock de faire environ tous les sept ans l'expérience du pon farr comme argument visant à convaincre Sheldon d'accepter son rendez-vous avec Amy Farrah Fowler.
    • Dans Le Parasite extraterrestre, Sheldon mentionne le premier film Star Trek à Amy (précisant au passage qu'il est nul) et lui raconte pour l'exemple (vis-à-vis de son problème du moment) comment Spock réfrène ses pertes d'emprise sur lui-même à cause de sa moitié humaine : la discipline mentale de Kolinahr. Sheldon lui en fait justement une démonstration après qu'Amy ait qualifiée Star Trek de « science-fiction médiocre ».
    • Sheldon a créé une pièce de théâtre de fan-fiction de Star Trek inspirée de sa propre vie et mettant en scène Spock, qu'il joue avec Penny dans Le Catalyseur dramatique.
    • Sheldon entretient une admiration si grande pour ce personnage et son acteur original, que cette admiration aveugle sert dans L'Hypothèse de recombinaison de prétexte comique : ayant commandé un panneau grandeur nature du Spock de Nimoy, il reçoit celui de Zachary Quinto par erreur et s'estime, malgré ses efforts de l'instant, incapable de reconnaître la nouvelle interprétation du Vulcain par l'acteur.
    • Dans l'épisode Le Dysfonctionnement du téléporteur, le Vulcain apparait dans les rêves de Sheldon sous forme d'une figurine doublée par l'acteur original, qui l'encourage à s'amuser avec un jouet « collector » de sa propre série. Le décor où prend place les rêves rappelle d'ailleurs ceux de la série originale.
    • On apprend dans Délire à Las Vegas que Sheldon, obsessionnel qui déteste pourtant le changement, se reçoit durant les conversations sur le sujet avec Leonard le rappel de son acceptation finale de la nouvelle interprétation de Spock par Zachary Quinto comme argument d'autorité.
    • Mal à l'aise dans l'épisode Ramifications et valse-hésitation à l'idée de devoir commencer une série qu'il ne connaît pas (ici, NCIS : Enquêtes spéciales) par son 246e épisode au lieu de la démarrer depuis le début, Sheldon imite naturellement Spock en concluant son raisonnement par le fameux « C'est illogique ! » du Vulcain.
    • Sheldon est personnellement bouleversé par le décès de Leonard Nimoy, qui fait le sujet de l'épisode Le « Spockumentaire » où Sheldon participe (grâce à Wil Wheaton) à un documentaire réalisé par son fils Adam Nimoy pour rendre hommage au travail de son père, ainsi qu'à l'influence de son plus célèbre personnage dans la culture populaire.
  • Spock est mentionné ou parodié dans certains épisodes des monos humoristiques francophones Les 2 minutes du peuple de François Pérusse.
  • Dans la saga audio humoristique francophone Star Truk, détournement de la première génération d'équipage de Star Trek mettant en scène les aventures des membres de l'USS PME (équivalent parodique de l'USS Enterprise), Spock est présent et parodié comme tous les autres protagonistes (sous le nom de « Smoke »).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b [1]
  2. [2]
  3. [3]
  4. [4]
  5. [5]
  6. [6]
  7. Star Trek, le film
  8. Star Trek 2 : La Colère de Khan
  9. Star Trek 2 : La Colère de Khan et Star Trek 3 : À la recherche de Spock
  10. Spock a pu être marié, puisque le capitaine Jean-Luc Picard précise qu'il avait rencontré Sarek, au mariage de son fils.
  11. Dans la nouvelle Star Trek : Le Fils d'autrefois
  12. Les Vulcains ont une longévité bien plus grande que les Humains.
  13. Événements relatés dans le film de 2009.
  14. « Leonard Nimoy, aka Monsieur Spock de Star Trek, est décédé », 20minutes.fr, 27 février 2015.
  15. « Mort de Leonard Nimoy : les meilleures répliques de Spock en gifs cosmiques », lexpress.fr, 27 février 2015.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]