SpiderMonkey

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
SpiderMonkey
Fondateur Brendan Eich et NetscapeVoir et modifier les données sur Wikidata
Développeur Mozilla FoundationVoir et modifier les données sur Wikidata
Dernière version 45 ()[1]Voir et modifier les données sur Wikidata
Écrit en C et C++Voir et modifier les données sur Wikidata
Type Moteur JavaScriptVoir et modifier les données sur Wikidata
Licence MPL-2.0 (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Site web developer.mozilla.org/en-US/docs/Mozilla/Projects/SpiderMonkeyVoir et modifier les données sur Wikidata

SpiderMonkey est le nom de code du premier moteur JavaScript. Il a été écrit par Brendan Eich pour Netscape Communications et délivré plus tard comme un logiciel open source. SpiderMonkey est maintenant maintenu par la fondation Mozilla.

Fonctionnalités[modifier | modifier le code]

SpiderMonkey est écrit en langage C et comprend compilateur, interpréteur, décompilateur, ramasse-miettes, ainsi que des classes standard. Par lui-même, il ne fournit pas un environnement hôte tel que Document Object Model (DOM).

En effet, le but de SpiderMonkey est d'être inclus dans d'autres applications qui fournissent un environnement hôte pour JavaScript. Les applications les plus populaires sont Mozilla Firefox et Mozilla Application Suite/SeaMonkey, avec Adobe Acrobat et Adobe Reader. SpiderMonkey est aussi le moteur JavaScript pour Yahoo! Widget Engine (connu autrefois sous le nom de Konfabulator) et UOX3 (UOX), ainsi que l'émulateur Ultima Online. Il est aussi utilisé par GNOME Shell.

Une utilisation populaire et créative du moteur JavaScript SpiderMonkey est la suite d'applications Sphere dont le but premier est la conception de jeux de rôle.

SpiderMonkey et son moteur frère Rhino mettent en œuvre le standard ECMAScript pour XML (E4X).

Il a connu de nombreuses optimisations de performance par l'intégration des compilateurs à la volée TraceMonkey (Firefox 3.5) et JägerMonkey (Firefox 4).

Un troisième compilateur à la volée est en cours de développement en septembre 2011 : IonMonkey. Il proposerait de nouvelles optimisations et offrirait une grande flexibilité pour des optimisations futures. Il s'agit notamment pour Mozilla de reprendre la main après le lancement du moteur Crankshaft par Google.

Il fonctionne sur les architectures x86 (32 bits et 64 bits) et ARM.

Utilisé[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]