Sphagneticola trilobata

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Sphagneticola trilobata est une espèce de plantes dicotylédones de la famille des Asteraceae, originaire des tropiques Américains.

Considérée comme envahissante, cette plante a été classée par l'UICN dans la liste des « Cent espèces envahissantes parmi les plus nuisibles du monde »[1].

Noms vernaculaires 
aux Antilles françaises, elle est connue sous le nom d'« herbe soleil » ou « patte à canard »[2].

Description[modifier | modifier le code]

C'est une plante herbacée[3] rampante et radicante, aux branches souvent ascendantes.

Les feuilles, un peu épaisses, subcharnues et gaufrées sont généralement trilobées (lobe central large et obtus, les latéraux plus petits), mesurant de 2 à 6 (-12) de long sur 2 à 4 (-6) cm de large.

Le capitule jaune est porté par un pédoncule pubescent de 2 à 14 cm de long. La dizaine de ligules jaunes du pourtour font 10-15 mm, les fleurons du disque sont environ 25. La floraison a lieu toute l'année et surtout en septembre-novembre.

Le fruit est un akène comprimé, portant une aigrette d'écailles irrégulières.

Wedelia trilobata, Dominique

Distribution et habitat[modifier | modifier le code]

L'herbe soleil est originaire de Floride, des Antilles, du Mexique, de l'Amérique Centrale, et du nord de l'Amérique du sud.

C'est une plante très ubiquiste et très commune aux Petites Antilles dans les savanes humides, dans les champs, au bord des chemins et en arrière plage.

Composition chimique[modifier | modifier le code]

Les parties aériennes contiennent des dérivés terpéniques : β-sitostérol, squalène aux propriétés bactéricides et antispasmodiques[4].

La racine contient des dérivés soufrés.

Utilisation[modifier | modifier le code]

Les Caraïbes employaient les feuilles écrasées, associées à d'autres plantes, pour expulser le placenta après accouchement[4].

Cette plante est connue des herboristes guadeloupéens sous le nom d' « herbe à femme » car elle est réputée abortive et calmer les douleurs menstruelles[5].

En Martinique, cette plante est utilisée dans les descentes de matrice (malvant dérangé), de rougeole et de dermatose.

La plante serait toxique pour le bétail en provoquant des avortements[4].

Synonymes[modifier | modifier le code]

Sphagneticola trilobata possède de très nombreux synonymes. Les botanistes de Tela Botanica retiennent comme correct Wedelia trilobata (L.) Hitchc. 1893.

Selon Catalogue of Life (12 septembre 2016)[6] :

  • Acmella brasiliensis Spreng.
  • Acmella spilanthoides Cass.
  • Buphthalmum repens Lam.
  • Buphthalmum strigosum Spreng.
  • Complaya trilobata (L.) Strother
  • Polymnia carnosa Poir.
  • Polymnia carnosa Poir. var. aspera (Rich.) Poir.
  • Polymnia carnosa Poir. var. glabella (Rich.) Poir.
  • Polymnia carnosa Poir. var. triloba (Rich.) Poir.
  • Seruneum paludosum (DC.) Kuntze
  • Seruneum trilobatum (L.) Kuntze
  • Silphium trilobatum L.
  • Sphagneticola ulei O.Hoffm.
  • Stemmodontia trilobata (L.) Small
  • Thelechitonia trilobata (L.) H.Rob. & Cuatrec.
  • Verbesina carnosa M.Gómez
  • Verbesina carnosa M.Gómez var. aspera (Rich.) M.Gómez
  • Verbesina carnosa M.Gómez var. triloba (Rich.) M.Gómez
  • Wedelia brasiliensis S.F.Blake
  • Wedelia carnea Rich.
  • Wedelia carnosa Rich. ex Spreng.
  • Wedelia carnosa Rich. var. aspera Rich.
  • Wedelia carnosa Rich. var. glabella Rich.
  • Wedelia carnosa Rich. var. triloba Rich.
  • Wedelia crenata Rich.
  • Wedelia paludicola Poepp. & Endl.
  • Wedelia paludosa DC.
  • Wedelia triloba (Rich.) Bello
  • Wedelia trilobata (L.) Hitchc.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. S. Lowe, M. Browne, S. Boudjelas, M De Poorter, « 100 Espèces exotiques envahissantes parmi les plus néfastes au monde. Une sélection de la Global Invasive Species Database », Groupe de spécialistes des espèces envahissantes (Invasive Species Specialist Group – ISSG),‎ (consulté le 12 septembre 2016)
  2. en créole zèb soley, pàt a kanna
  3. Jacques Fournet, Flore illustrée des phanérogames de Guadeloupe et de Martinique, Gondwana editions, Cirad,
    Tome 1 (ISBN 2-87614-489-1) ; Tome 2 (ISBN 2-87614-492-1)
  4. a, b et c Jean-Louis Longuefosse, 100 plantes médicinales de la Caraïbe, Gondwana Editions,
  5. Sastre C., Breuil A., Plantes, milieux et paysages des Antilles françaises. Ecologie, biologie, identification, protection et usages., Biotope, Mèze,
  6. Catalogue of Life, consulté le 12 septembre 2016

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :