Sphéricône

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Sphéricône avec les demi-cercles directeurs des demi-cônes.
Le sphéricône avec ses génératrices.

Le sphéricône est un solide formé de deux demi-cônes se raccordant continument. Il possède deux arêtes en demi-cercles, et quatre sommets formant un carré.

D'après Ian Stewart[1] et Paul J. Roberts[2], il a été inventé vers 1970 par Colin J. Roberts, passionné de menuiserie, qui travaillait au départ sur un ruban de Möbius. Il lui a donné son nom.

L'inventeur de jeux israélien David Haran Hirsch le redécouvrit et le fit breveter en 1980 [3], et Ian Stewart l'a popularisé en 1999 grâce à un article dans "Scientific American", traduit dans "Pour la Science"[4].

Pour le construire, prendre deux troncs de cônes de révolution d'angle droit et de sommets opposés ayant la même base, découper suivant quatre génératrices formant un carré, et faire pivoter l'une des parties de 90°.

On peut aussi le définir comme l'enveloppe convexe des deux demi-cercles orthogonaux de même centre formant ses arêtes.

Sa particularité (contrairement à la sphère) est d'avoir une surface développable, à savoir qu'il peut rouler sans glissement sur un plan, en développant toute sa surface. La trace de ce roulement peut être découpée de sorte à le reconstituer.

Comparaison entre un oloïde (à gauche) et un sphéricône (à droite) —

image à manipuler : image SVG [1]

References[modifier | modifier le code]

  1. Ian STEWART, Les Divagations Mathématiques de Ian Stewart, Paris, Dunod, , p. 127-135
  2. (en) « Sphericon : history » (consulté le 5 février 2018)
  3. David Haran Hirsch (1980): "Patent no. 59720: A device for generating a meander motion; Patent drawings; Patent application form; Patent claims
  4. Ian Stewart, Pour la Science, n° 265, novembre 1999

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :