Souvigné (Indre-et-Loire)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Souvigné.

Souvigné
Souvigné (Indre-et-Loire)
Église Saint-Michel de Souvigné.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre-Val de Loire
Département Indre-et-Loire
Arrondissement Chinon
Canton Langeais
Intercommunalité communauté de communes Touraine Ouest Val de Loire
Maire
Mandat
Delphine Auneau
2014-2020
Code postal 37330
Code commune 37251
Démographie
Gentilé Souvignois
Population
municipale
804 hab. (2013)
Densité 33 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 31′ 18″ nord, 0° 23′ 57″ est
Altitude Min. 76 m
Max. 126 m
Superficie 24,41 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Indre-et-Loire

Voir sur la carte administrative d'Indre-et-Loire
City locator 14.svg
Souvigné

Géolocalisation sur la carte : Indre-et-Loire

Voir sur la carte topographique d'Indre-et-Loire
City locator 14.svg
Souvigné

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Souvigné

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Souvigné

Souvigné est une commune française située dans le département d'Indre-et-Loire, en région Centre-Val de Loire.

Ses habitants sont appelés les Souvignois et Souvignoises.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Souvigné est située au nord-ouest du département d'Indre-et-Loire, près de Château-la-Vallière et du château de Vaujours.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Réseau hydrographique de Souvigné.

Le réseau hydrographique communal, d'une longueur totale de 16,46 km, comprend trois cours d'eau notables, la Fare (4,979 km) et l'Ardillière (1,872 km) et le Braineau (1,536 km), et sept petits cours d'eau pour certains temporaires[1],[2].

La Fare, d'une longueur totale de 36,9 km, prend sa source dans la commune de Sonzay et se jette dans le Loir à La Chapelle-aux-Choux (Sarthe) après avoir traversé 8 communes[3]. Ce cours d'eau est classé dans la liste 2[Note 1] au titre de l'article L. 214-17 du code de l'environnement sur le Bassin Loire-Bretagne. Du fait de ce classement, tout ouvrage doit être géré, entretenu et équipé selon des règles définies par l'autorité administrative, en concertation avec le propriétaire ou, à défaut, l'exploitant [4]. Sur le plan piscicole, la Fare est classée en première catégorie piscicole. L'espèce biologique dominante est constituée essentiellement de salmonidés (truite, omble chevalier, ombre commun, huchon)[5].

L'Ardillière, d'une longueur totale de 11,8 km, prend sa source dans la commune de Souvigny et se jette dans la Fare au droit de la commune de Villiers-au-Bouin, après avoir traversé 5 communes[6]. Ce cours d'eau est classé dans la liste 2[Note 2] au titre de l'article L. 214-17 du code de l'environnement sur le Bassin Loire-Bretagne. Du fait de ce classement, tout ouvrage doit être géré, entretenu et équipé selon des règles définies par l'autorité administrative, en concertation avec le propriétaire ou, à défaut, l'exploitant [4]. Sur le plan piscicole, l'Ardillière est également classée en deuxième catégorie piscicole[5].

Le Braineau, d'une longueur totale de 10,6 km, prend sa source au sud-est du territoire communal aux abords du hameau de l'Ormeau et se jette dans la Bresme à Ambillou[7]. Sur le plan piscicole, le Braineau est également classé en deuxième catégorie piscicole[5].

Neuf zones humides[Note 3] ont été répertoriées sur la commune par la direction départementale des territoires (DDT) et le conseil départemental d'Indre-et-Loire : « la vallée de la Fare de Sonzay à Souvigné », « la vallée de l'Ardillière de la Baronnière à la Thibaudière », « la vallée de la Fare de Souvigné à Château-la-Vallière », « l'étang des Trois Frères et suivants », « l'étang des Grêles », « les étangs de Braineau », « l'étang d'Houdran », « l'étang des Bourdinières » et « l'étang du Ripray »[8],[9].

Histoire[modifier | modifier le code]

Souvigné, dépendait autrefois de Château-la-Vallière. L'église fut fondée par un seigneur du Chasteaux, baron de Chasteaux-en-Anjou, futur Château-la-Vallière. La paroisse faisait partie de la sénéchaussée angevine de Baugé en Anjou. La région est surnommée la Touraine angevine.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 4 avril 2014 Martine Chaigneau PS Vice-présidente du conseil général jusqu'en 2015
Conseillère départementale depuis 2015
Présidente de la C.C. Touraine Nord Ouest
4 avril 2014 En cours Delphine Auneau SE  

Population et société[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[10]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[11],[Note 4].

En 2014, la commune comptait 822 habitants, en augmentation de 8,02 % par rapport à 2009 (Indre-et-Loire : 2,57 %, France hors Mayotte : 2,49 %).

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
713702704657714709684692740
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
818819810764764778821801806
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
819789787668705683705791777
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014
667622604540527554686797822
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2006[13].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'ancien château de Rochedain ou Rochedin, fut érigé au Moyen Âge par les seigneurs du Chasteaux-en-Anjou, futur Château-la-Vallière. Ce château aurait été détruit, selon certains lors de la Révolution française.En fait cette propriété appartenant aux de la Rue du Can, famille de Sonzay et Cléré, ne subit pas de dommages. On peut en voir des illustrations dans des ouvrages. Depuis, s'élève un autre château datant du XIXe siècle.voir La Rochedain.
  • L'église Saint-Michel de Souvigné,  Inscrit MH (1926)[14].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le classement en liste 2 au titre de l'article L. 214-17 du code de l'environnement est attribué aux parties de cours d'eau ou canaux sur lesquels il est nécessaire d'assurer le transport suffisant des sédiments et la circulation des poissons migrateurs.
  2. Le classement en liste 2 au titre de l'article L. 214-17 du code de l'environnement est attribué aux parties de cours d'eau ou canaux sur lesquels il est nécessaire d'assurer le transport suffisant des sédiments et la circulation des poissons migrateurs.
  3. D’après l’article L. 211-1 du Code de l’environnement, « on entend par zone humide les terrains, exploités ou non, habituellement inondés ou gorgés d’eau douce, salée ou saumâtre de façon permanente ou temporaire ; la végétation, quand elle existe, y est dominée par des plantes hygrophiles pendant au moins une partie de l’année ».
  4. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Fiche SIGES de la commune », sur le site du Système d'information pour la gestion des eaux souterraines en Centre-Val de Loire (consulté le 3 février 2019)
  2. « Carte hydrologique de Souvigné », sur https://www.geoportail.gouv.fr/ (consulté le 3 février 2019)
  3. « Fiche Sandre - la Fare », sur le portail national d'accès aux référentiels sur l'eau (consulté le 3 février 2019)
  4. a et b « Arrêté du 10 juillet 2012 portant sur la liste 2 des cours d'eau, tronçons de cours d'eau ou canaux classés au titre de l'article L. 214-17 du code de l'environnement du bassin Loire-Bretagne », sur http://www.legifrance.gouv.fr (consulté le 3 février 2019)
  5. a b et c (id) « Décret n°58-873 du 16 septembre 1958 déterminant le classement des cours d'eau en deux catégories », sur https://www.legifrance.gouv.fr/ (consulté le 3 février 2019)
  6. « Fiche Sandre - l'Ardillière », sur le portail national d'accès aux référentiels sur l'eau (consulté le 3 février 2019)
  7. « Fiche Sandre - le Braineau », sur le portail national d'accès aux référentiels sur l'eau (consulté le 3 février 2019)
  8. Direction Départementale des Territoires d'Indre-et-Loire-37, « Liste des Zones humides d'Indre-et-Loire-37 », sur http://terresdeloire.net/ (consulté le 3 février 2019)
  9. « L'inventaire départemental des zones humides », sur http://www.indre-et-loire.gouv.fr/, (consulté le 3 février 2019)
  10. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  11. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  12. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  14. « Église paroissiale Saint-Michel », notice no PA00098118, base Mérimée, ministère français de la Culture