Souveraineté numérique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

La souveraineté numérique, parfois appelée aussi cybersouveraineté, est l'application des principes de souveraineté au domaine des technologies de l'information et de la communication, c'est-à-dire à l'informatique et aux télécommunications.

Définition[modifier | modifier le code]

L’expression « souveraineté numérique » est apparue dans le langage dans les années 2000[1], sans qu'elle n'y fasse l’objet d’une définition claire. Elle apparaît en 2006 dans un article de Laurent Sorbier et Bernard Benhamou[2]. C’est en 2011 que Pierre Bellanger, le président de Skyrock, va clairement définir cette notion en indiquant que « la souveraineté numérique est la maîtrise de notre présent et de notre destin tels qu'ils se manifestent et s'orientent par l'usage des technologies et des réseaux informatiques » dans un entretien accordé à la revue Le Débat, puis dans une tribune parue dans Les Échos[3]. Dans le rapport sénatorial[4] de Gérard Longuet datant de 2019, la souveraineté numérique désigne la « capacité de l’État à agir dans le cyberespace », à le réguler et à peser sur l’économie numérique[5].

Le but poursuivi est bien l’établissement d’une souveraineté numérique, via l’alliance des entreprises et de la puissance publique pour accomplir un objectif partagé, l’établissement de la souveraineté numérique. Pierre Bellanger y faisait référence dans sa réponse à la consultation publique sur la création d’un Conseil national du numérique[6], dans laquelle il indiquait « Pas de souveraineté nationale sans souveraineté numérique. L’internet est un réseau mondial sous contrôle des États-Unis. Les entreprises américaines y sont le plus souvent dominantes. La dépendance et le transfert de valeur occasionnés par ce déséquilibre doivent amener les pouvoirs publics à mettre en œuvre une politique industrielle de l’internet ».

Historique[modifier | modifier le code]

Au sortir de la Seconde Guerre mondiale, les États-Unis se sont imposés comme l'une des deux superpuissances mondiales grâce à leur domination sur l'Europe occidentale obtenue grâce au Plan Marshall (1947-1951) permettant la reconstruction et le redémarrage économique des pays dévastés par la guerre.

Au début des années 1960, l'informatique est devenue un élément essentiel dans le processus de modernisation des pays développés. Le général de Gaulle appuya cette démarche par le plan Calcul (1966-1975), qui a débouché sur la fusion de CII et d'Honeywell-Bull. Il partait du principe que la modernisation de l’outil industriel s’inscrivait à la fois dans le cadre de développement de la France et dans la préservation de son indépendance. Au début des années 2000, le groupe Bull était la seule entreprise purement européenne dans le domaine de la construction d'ordinateurs et des services associés. Intégré à Atos, il construit aujourd'hui sous la marque Bullion des supercalculateurs destinés à des usages stratégiques (simulation des essais nucléaires, calculs dans le domaine de la météorologie…)[7].

Popularisation de l’expression[modifier | modifier le code]

Le premier personnage public à se saisir de l'expression « Souveraineté numérique » est Pierre Bellanger en 2011 dans Les Echos quand il affirme "La souveraineté numérique est la maîtrise de notre présent et de notre destin tels qu'ils se manifestent et s'orientent par l'usage des technologies et des réseaux informatiques."[8],[9] Puis, c'est au tour de Françoise Benhamou, membre du collège de l’ARCEP qui, le en introduction de la table ronde sur le numérique et le territoire, organisée lors du colloque annuel de l’ARCEP va mentionner la notion de souveraineté numérique telle que définie par Pierre Bellanger au sujet de la création du Conseil national du numérique[10].

C’est ensuite Nicolas Demorand, le directeur de Libération, qui, dans un éditorial daté du consacré à Google met en exergue l’importance du combat pour reconquérir la « souveraineté numérique ».

Elle est enfin reprise par Fleur Pellerin, ministre déléguée à l’Économique numérique notamment, dans une interview accordée le à L’Express sur la politique gouvernementale relative aux nouvelles technologies, dans laquelle elle indique vouloir « défendre notre souveraineté numérique ».

En , après avoir été le premier à définir ce qu’était la souveraineté numérique, Pierre Bellanger publie La Souveraineté numérique, un ouvrage dans lequel il constate le transfert massif de données personnelles du continent européen vers le continent américain[11] qui « siphonne nos emplois, nos données, nos vies privées, notre propriété intellectuelle, notre prospérité, notre fiscalité, notre souveraineté » et propose, faute d’alternative et sauf à régresser, la mise en place sous l’égide des pouvoirs publics, d’un vaste réseau français dont le cœur serait opéré par l'opérateur de télécommunications Orange[12].

Projets industriels qui concourent à la souveraineté numérique[modifier | modifier le code]

Jusqu’à ce que cette définition soit proposée, nombreux étaient les projets publics faisant référence à cette notion sans la définir. On pense notamment au projet d’antivirus français Uhuru (anciennement DAVFI), ou au cloud Andromède[13], rassemblant Orange et Thales, soutenus par l’État. Si ces projets s’intègrent dans la logique de la souveraineté numérique, telle que définie par Pierre Bellanger, force est de constater que cela ne suffit nullement à assurer leur succès, comme en témoignent les exemples de Numergy et Cloudwatt[14].

Dans l'optique de mettre en place des systèmes TIC alternatifs à ceux régis par le droit américains (OS et Softwares, par exemple), plusieurs projets sont actuellement à l'étude. Ainsi, l'ANSSI a travaillé en 2016 sur un OS français, nommé CLIP[15], présenté comme « un système d'exploitation endurci à forte résistance aux codes malveillants ». Chiffré par défaut, CLIP se veut axé sur la protection des données et des utilisateurs.

En 2020, un projet franco-allemand de Cloud souverain, Gaia-X est lancé, mais ne semble pas convaincre les observateurs de sa capacité à rivaliser avec les offres commerciales des grandes plateformes américaines[16].

Outils[modifier | modifier le code]

Cette notion récente fait encore l’objet de discussions afin de définir les conditions et outils permettant d’exercer cette souveraineté numérique. Au moment où se posent de nombreuses questions autour de la taxation des entreprises américaines de l’internet, d’aucuns proposent d’inverser la logique et de traiter la question de la souveraineté numérique à travers celle des données numériques personnelles. C’est notamment la thèse défendue par Pierre Bellanger devant la mission « Colin et Collin »[17] dans sa contribution « La liberté compétitive »[18], qui connaît un certain écho[19] si l’on en croit la presse[20].

L'une des explications de la difficulté de l'affirmation de la souveraineté numérique est l'interdépendance des éléments composant celle-ci. Selon Gaël Duval, la maîtrise de la souveraineté numérique demande une "prise de conscience" collective, car l'enjeu dépasse la simple transmission de données : c'est "toute la chaîne du numérique qui doit être reconquise : systèmes d’exploitations, services internet (e-mail, outils de bureautique, réseaux sociaux, cartographie, APIs…), jusqu’au matériel"[21],[22],[23].

En France[modifier | modifier le code]

Le monde politique s'est emparé du sujet de la souveraineté numérique, au vu de la montée en puissance des problématiques liées aux révélations des affaires WikiLeaks et Edward Snowden. Un rapport sénatorial de Catherine Morin-Desailly se penche sur cette problématique, en 2013, s'inquiétant de voir l'Europe devenir « une colonie numérique des États-Unis »[24]. Les « Assises de la Souveraineté Numérique »[25], lancées en 2014, illustrent cette prise de position du pouvoir politique sur ce sujet. Lors des assises de 2016, la députée Laure de La Raudière a d'ailleurs interpellé les futurs candidats à l'élection présidentielle 2017 sur le sujet de la Souveraineté numérique, estimant que « s’exonérer de ce débat et de cette pédagogie auprès des Français pendant la campagne pour l’élection présidentielle présenterait un risque majeur de rejet des transformations à venir par les Français ou les personnes directement impactées. »[26]

Le Premier ministre a présenté le la stratégie nationale pour la sécurité numérique dont l'élaboration a été coordonnée par l'ANSSI[27]. Cette stratégie définit cinq objectifs stratégiques, dont celui de « garantir la souveraineté et assurer la sécurité des infrastructures critiques en cas d'attaque informatique majeure »[28]. La même année, un institut de la souveraineté numérique est créé, afin de suivre ce sujet et favoriser l'émergence de projets numériques français, en particulier dans le cloud[29].

Au cours de 2017, en réponse aux développements politiques nationaux et internationaux, l'Observatoire français de l'indépendance numérique[30] a été fondé par un regroupement de citoyens cherchant à amener dans le débat public les questions liées à l'indépendance numérique. Installé à Paris, ce groupe analyse les opportunités et les menaces présentées par l'interdépendance croissante des infrastructures logicielles dans la société post-industrielle, en France en particulier.

En 2018, le ministère de la Défense annonce qu’il va privilégier le moteur de recherche français Qwant à la place de celui de Google. La protection des données issues des recherches sur l'Internet est un enjeu important pour la souveraineté numérique[31].

En 2019, une mission d'information sénatoriale, menée par Gérard Longuet, se penche à nouveau sur la souveraineté numérique[32].

En 2022, à l'occasion de la présidence française de l'UE, le ministre de l'économie Bruno Le Maire propose un plan de financement d'un milliard d'euros pour soutenir les startups européennes, par le biais de Scale-Up Europe[Quoi ?][33]

En Europe[modifier | modifier le code]

En 2022, sous l'impulsion française, une initiative est lancée pour les biens communs numériques en Europe. Ce projet vise en particulier à soutenir le développement de logiciels libres et à améliorer la sécurité des outils et innovations numériques[34]. Les États membres de l’Union européenne souhaitent aussi créer une initiative européenne pour les communs numériques autour des règlements Digital Services Act et Digital Market Act, le besoin d’un cloud européen, les enjeux de la cybersécurité[33].

Risques d'une approche souveraine du numérique[modifier | modifier le code]

L’un des reproches qui est fait à la politique de souveraineté numérique dont s’éprennent les États est qu’elle affaiblit la possibilité d’une gouvernance mondiale de l’internet. Une émission de sur France Culture[35] analyse le phénomène comme « une revanche des souverainetés nationales sur un réseau conçu, lui, dans un esprit transnational et para-étatique » et d’ajouter « Au nom d’une « souveraineté numérique », on pourrait bien être engagés dans une entreprise de démantèlement du réseau mondial. Or, c’est sur celui-ci que sont fondés les espoirs de faire émerger une opinion publique mondiale ».

Joseph Nye fait le même constat dans son article de 2017[36]. Pour lui, la solution n’est pas la souveraineté numérique nationale mais la gouvernance mondiale pour protéger les fonctions vitales d’internet. Bannir le protectionnisme en matière de numérique permettrait d'éviter des cyberconflits et de conserver internet comme un espace ouvert. Pour le professeur de Harvard, la myriade de politiques nationales unilatérales sera moins efficaces que des normes communes pour réguler le cyberespace.

Dans une tribune parue dans Les Échos en , l'économiste Bruno Alomar dénonce une approche européenne de la souveraineté « défensive et agressive »[37]. Il regrette la continuelle stigmatisation des grandes plateformes américaines, dont les réussites sont le fruit du mérite, de l’innovation et de leur esprit d’initiative. Il écrit que « L'Europe se condamne à ne pas comprendre les raisons des succès américains : esprit d'initiative, fiscalité avantageuse, liaison intelligente entre l'université et l'entreprise, financement du capital-risque etc. ». Pour lui, l’approche descendante avec un État qui contrôle tout ne créer pas un environnement optimal pour que des géants européens se développent. Il dénonce un trop plein de régulations, parfois prises à la hâte et à différent niveaux de décision sans être véritablement coordonnées.

Christophe-Alexandre Paillard, haut fonctionnaire et maître de conférence à Sciences Po Paris, décrit en la souveraineté numérique comme une politique « colbertiste »[38]. Selon lui, les hautes sphères de l’État élaborent cette autonomie numérique en ne prenant pas assez en compte les acteurs privés, qui sont pourtant clef dans le secteur du numérique. L’« approche européenne est inutilement agressive et parfaitement inefficace ». Cela rejoint les propos de nombreux analystes[Lesquels ?] qui souhaitent davantage coopérer avec les grandes plateformes numériques plutôt que de les combattre à tout prix.

Le concept est parfois remis en cause. Le think tank Renaissance numérique préfère parler de souveraineté technologique[39], concept plus précis que celui de souveraineté numérique, car limité aux enjeux technologiques, mieux définis.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Souveraineté numérique : quels enjeux ? », sur europolitique.info, .
  2. Bernard Benhamou, Laurent Sorbier, « Souveraineté et réseaux numériques », Politique étrangère,‎ (lire en ligne).
  3. Pierre Bellanger, « De la souveraineté en général et de la souveraineté numérique en particulier », Les Échos,‎ (lire en ligne).
  4. Gérard Longuet, Franck Montaugé, « Rapport de la Commission d'enquête sur la souveraineté numérique », .
  5. Martin Untersinger, « L’incertaine mais nécessaire « souveraineté numérique » », Le Monde, .
  6. Pierre Bellanger, « Consultation sur la création du Conseil national du numérique », sur skyrock.fm.
  7. « Météo-France commande à Bull la nouvelle génération de ses supercalculateurs pour une puissance crête totale de plus de 5 Petaflops à l’horizon », sur decideo.fr, .
  8. Les Echos, « De la souveraineté en général et de la souveraineté numérique en particulier », sur lesechos.fr, (consulté le )
  9. (es) Grupo de reflexión de Ametic, « Análisis | Soberanía tecnológica y soberanía digital », sur Cinco Días, (consulté le )
  10. ARCEP : Les territoires du numérique.
  11. « Le Net, menace américaine pour le modèle français », Les Échos.
  12. Bellanger, Pierre C.,, La souveraineté numérique, Paris, Éditions Stock, impr. 2014, cop. 2014, 252 p. (ISBN 978-2-234-07735-5, OCLC 869521399).
  13. « Cloud Andromède : l’État finance l'IaaS de SFR et Bull », ZDNet,‎ (lire en ligne).
  14. « À peine créé, le "cloud à la française" est déjà sous pression », Les Échos.
  15. Alexis Piraina, « L'OS souverain made in France existe déjà : découvrez CLIP », Numerama,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  16. Raphael Grably, « Raphaël Grably : Le cloud européen Gaia-X, un pistolet à eau contre les Gafam », sur L'Express, L'Express, (consulté le ).
  17. Fiscalité de l'économie numérique : création d'une mission d'expertise.
  18. Pierre Bellanger : La liberté compétitive.
  19. Club Parlementaire du Numérique : La nouvelle souveraineté est numérique.
  20. Andréa Fradin, « Vers une fiscalité des données - La mission sur la fiscalité du numérique, dont les conclusions sont attendues mi-décembre, envisage de créer une fiscalité fondée sur les données personnelles. L'idée est simple : plus une boîte ouvre ses données aux utilisateurs, moins elle est taxée. Toutes les entreprises pourraient donc être visées. Une petite bombe », OWNI,‎ (lire en ligne).
  21. Gaël Duval, « La France et l’Europe doivent conquérir leur souveraineté numérique », FrenchWeb.fr,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  22. Gaël Duval, « Pour redynamiser notre économie nous devons conquérir notre souveraineté numérique », LaTribune.fr,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  23. De Mol, Liesbeth, et Primiero, Giuseppe,, Reflections on programming systems : historical and philosophical aspects (ISBN 978-3-319-97226-8 et 331997226X, OCLC 1086467671).
  24. « notice rapport r12-443 », sur senat.fr, .
  25. « Assises de la Souveraineté Numérique », sur souverainetenumerique.aromates.fr (consulté le ).
  26. Corinne Erhel et Laure de la Raudière, Souveraineté Numérique : l'heure des choix, Aromates, , 44 p. (lire en ligne [PDF]).
  27. « La SSI en France », sur ANSSI, (consulté le ).
  28. Secrétariat général de la défense et de la sécurité nationale, Stratégie nationale pour la sécurité du numérique, , 44 p. (lire en ligne), p. 3
  29. Site souverainetenumerique.fr.
  30. « Observatoire français de l'indépendance numérique », sur ofin.fr (consulté le ).
  31. « La souveraineté numérique », sur FranceCulture.fr, (consulté le ).
  32. Gérard Longuet, Le devoir de souveraineté numérique (rapport de la commission d'enquête), (présentation en ligne).
  33. a et b « Souveraineté numérique : le plan ambitieux de la présidence française pour l'Europe », sur La Tribune, (consulté le ).
  34. « Souveraineté numérique : L'UE se cherche un socle technologique commun », sur Le Monde informatique, (consulté le ).
  35. « Le tour du monde des idées "Négocier la sécurité d'Internet pour éviter son éclatement et sa balkanisation" », sur franceculture.fr, .
  36. Joseph Nye, « Maitriser les cyberconflits », sur Project Syndicate, .
  37. Bruno Alomar, « Ne sombrons pas, en Europe, dans le « nationalisme numérique » », sur lesechos.fr/, .
  38. Christophe-Alexandre Paillard, « La souveraineté numérique, un colbertisme 2.0 ? », sur atlantico.fr, .
  39. https://www.renaissancenumerique.org/publications/souverainete-technologique-europeenne

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Pierre Bellanger, La souveraineté numérique, Paris, Éditions Stock, , 264 p. (ISBN 978-2-918866-21-3).
  • Patrice Cardot, Cybersouveraineté : mythe ou défi ?, Uppr Editions, 2016, 103 p.
  • Olivier Kempf, « La France face au numérique : une souveraineté rénovée ? », Revue Internationale et Stratégique, no 110,‎ , p. 109-117 (DOI 10.3917/ris.110.0109, lire en ligne).
  • « Comprendre la souveraineté numérique », Cahiers français, no 415, .

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]