Souvenirs d'égotisme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Les Souvenirs d’égotisme sont une œuvre autobiographique de Stendhal. Ils ont été rédigés en 1832, lors du séjour de leur auteur à Civitavecchia. Stendhal y raconte minutieusement sa vie à Paris après la chute de Napoléon, de 1821 à 1830. Le récit est resté inachevé et n'a été publié qu'en 1892 par Casimir Stryienski.
Dans ce livre, Stendhal exprime un vœu qui sera réalisé le 22 septembre 2012 à Andilly (vallée de Montmorency)[1].

Le titre[modifier | modifier le code]

Le titre signifie que Stendhal veut explorer sa propre personne et tenter de se connaître lui-même. Le Larousse du XXe siècle définit l'égotisme ainsi : « Terme employé par Stendhal pour désigner l'étude analytique faite par un écrivain, de sa propre individualité ». L'égotisme n’est donc pas synonyme d’égoïsme - l’égoïsme en constitue plutôt un danger.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Béatrice Didier, Stendhal, autobiographe. Presses Univ. de France: Paris (1983) (frz.) (ISBN 2-13-038064-6)
  • Victor Del Litto, Stendhal et les problèmes de l’autobiographie. Presses Univ. de Grenoble: Grenoble (1976) (frz.) (ISBN 2-7061-0072-9)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]