Sous-station Bastille

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Sous-station Bastille
Sous-Station Electrique Bastille Paris, boulevard Bourdon.JPG
Présentation
Destination initiale
Destination actuelle
Bureaux
Architecte
Construction
1911
Propriétaire
État
Statut patrimonial
Localisation
Pays
Région
Département
Commune
Adresse
Coordonnées
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Paris
voir sur la carte de Paris
Red pog.svg

La sous-station Bastille est un immeuble situé à Paris, 4e arrondissement, en France[1]. Il abritait un transformateur électrique convertissant le courant électrique pour les besoins du métro de Paris.

Localisation[modifier | modifier le code]

L'immeuble est situé dans le 4e arrondissement de Paris, à proximité du port de l'Arsenal et de la place de la Bastille. Il occupe l'angle formé par le boulevard Bourdon, la rue de l'Arsenal et la rue de la Cerisaie.

Description[modifier | modifier le code]

La sous-station est un bâtiment massif, avec un façade en briques et une charpente métallique.

Historique[modifier | modifier le code]

Le bâtiment est construit en 1911 par l'architecte Paul Friesé pour la Compagnie du chemin de fer métropolitain de Paris.

Salle des alternateurs de la centrale électrique de Saint-Denis en 1912.

Il fait partie des anciennes sous-stations électriques. À l’intérieur, on trouvait, jusqu’au milieu du XXe siècle, une immense salle des machines composée de quatre commutatrices. Ces dernières étaient capables de convertir le courant alternatif à haute tension fourni par la centrale thermique de Saint-Denis en courant continu à basse tension utilisable par les engins moteurs. Pendant un demi-siècle, ces sous-stations ont ainsi fourni l’électricité nécessaire au fonctionnement du métro parisien depuis l’ouverture de la première ligne le .

Entre 1967 et 1971, le bas de l'immeuble, sur la rue de la Cerisaie, est percé de fenêtres.

L'édifice est inscrit au titre des monuments historiques en 1992[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]