Sourjyk

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Usage du sourjyk en plus de l'ukrainien et du russe, par macro-région (d'après l'Institut international de sociologie de Kiev, 2003)[1]

Le sourjyk (parfois orthographié sourzhyk, sourzyk, surzyk ou surzhyk[2] – norme non encore fixée –, en russe суржик suržik et en ukrainien суржик suržyk) est un langage mixte, un sociolecte, utilisé par quelque 15 à 20 % de la population ukrainienne. La nature de cet idiome constitué à partir du russe et de l'ukrainien (il apparaît souvent localement sous la désignation ukrusse) est discutée tant par les linguistes que par les institutionnels et politiques ukrainiens.

Originellement ce terme signifie « mélange », et est utilisé par exemple pour désigner une farine fabriquée à partir de plusieurs céréales (blé et seigle, seigle et orge, etc).

Histoire[modifier | modifier le code]

Période pré-soviétique[modifier | modifier le code]

Le Surzhyk a vu le jour à la fin du XVIIIe siècle, lorsque les paysans ukrainiens ont commencé à avoir davantage de contacts avec la langue russe à mesure que la société ukrainienne se modernisait. L'industrialisation a entraîné une migration des travailleurs de la Russie centrale vers les villes ukrainiennes et l'urbanisation de la paysannerie ukrainienne. L'administration civile et militaire russe ainsi que les institutions culturelles, commerciales, religieuses et éducatives sont rapidement devenues des forces de russification linguistique[3]. Les paysans ukrainiens qui s'installaient dans les villes considéraient le russe comme la langue plus urbaine et plus prestigieuse que leur propre langue. Cependant, leur formation en russe étant insuffisante, la plupart des paysans ukrainiens qui s’efforçaient de le parler finissaient par le fusionner avec leur langue natale – l’ukrainien; c'est ainsi que naquit Surzhyk[4].

Prédominance[modifier | modifier le code]

Selon les données présentées par l'Institut international de sociologie de Kiev en 2003, 11 à 18% des Ukrainiens communiquaient en sourjyk. Plus précisément, dans l'ouest de l'Ukraine, le sourjyk est parlé par 2,5% de la population, tandis que dans le sud, il est parlé par plus de 12,4% de la population. À l'est, 9,6% de la population parle le sourjyk. Étant donné que l'Ukraine occidentale présente un taux plus élevé de locuteurs ukrainiens par rapport aux russophones que le reste de l'Ukraine, il est compréhensible qu'il y ait une moindre proportion de locuteurs de sourjyk par rapport à l'est et au sud[5].

L’un des problèmes que pose l’analyse du statut linguistique de l’Ukraine est la tendance à l’existence d’erreurs de mélange des codes dans l’ensemble du spectre des langues. En d'autres termes, on peut souvent constater que ceux qui s'identifient comme russophones ou ukrainiens mélangent les deux langues dans une certaine mesure. Seules quelques-unes de ces personnes ont reconnu l'inexactitude de l'utilisation de l'une ou l'autre ou des deux langues, ou le fait qu'elles mélangeaient le russe et l'ukrainien dans leurs discours[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (uk) Institut international de sociologie de Kiev (KIIS)
  2. Les transcriptions de type surzhyk sont des transcriptions anglo-saxonnes, qui représentent notamment le son /ʒ/ (ж cyrillique) par zh.
  3. Eleonora Narvselius et Niklas Bernsand, « Lviv and Chernivtsi: Two Memory Cultures at the Western Ukrainian Borderland », East/West: Journal of Ukrainian Studies, vol. 1, no 1,‎ , p. 59 (ISSN 2292-7956, DOI 10.21226/t2h594, lire en ligne, consulté le 8 novembre 2019)
  4. George Mihaychuk, « Contested Tongues: Language Politics and Cultural Correction in Ukraine, Laada Bilaniuk (Ithaca, NY: Cornell University Press, 2005), xiv, 230 pp. + map, tables, illustrations. », Nationalities Papers, vol. 35, no 2,‎ , p. 399–401 (ISSN 0090-5992 et 1465-3923, DOI 10.1017/s0090599200016652, lire en ligne, consulté le 8 novembre 2019)
  5. Київський міжнародний інститут соціології., Громадянськість в Україні, Молдові та Білорусі : звіт за результатами дослідження громадської думки в трьох країнах. (OCLC 1050456277)
  6. I. Novikova, V. Martyniuk, A. Bediukh et O. Kharina, « Academic capitalism: development trends in Ukraine and European practice », Marketing and Management of Innovations, no 1,‎ , p. 27–44 (ISSN 2218-4511 et 2227-6718, DOI 10.21272/mmi.2018.1-02, lire en ligne, consulté le 5 novembre 2019)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]