Sourdeval (commune déléguée)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ne doit pas être confondu avec Sourdeval-les-Bois.

Sourdeval
commune déléguée
Sourdeval (commune déléguée)
Vue sur le bourg et son église Saint-Martin.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Manche
Arrondissement Avranches
Canton Le Mortainais
Intercommunalité Mont-Saint-Michel-Normandie
Commune Sourdeval
Statut commune déléguée
Maire délégué Albert Bazire
2016-2020
Code postal 50150
Code commune 50P30
Démographie
Gentilé Sourdevalais
Population 2 690 hab. (2015)
Densité 74 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 43′ 24″ nord, 0° 55′ 15″ ouest
Altitude Min. 155 m
Max. 354 m
Superficie 36,12 km2
Historique
Date de fusion
Commune(s) d’intégration Sourdeval
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Normandie

Voir sur la carte administrative de Normandie
City locator 15.svg
Sourdeval
commune déléguée

Géolocalisation sur la carte : Manche

Voir sur la carte topographique de la Manche
City locator 15.svg
Sourdeval
commune déléguée

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 15.svg
Sourdeval
commune déléguée

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 15.svg
Sourdeval
commune déléguée

Sourdeval, parfois Sourdeval-la-Barre, est une ancienne commune française, située dans le département de la Manche en Normandie, devenue le une commune déléguée à la suite de sa fusion avec sa voisine Vengeons au sein de la commune nouvelle de Sourdeval.

Elle est peuplée de 2 690 habitants[Note 1].

La Sée passe dans la commune

Géographie[modifier | modifier le code]

La ville se situe dans le sud-est de la Manche à mi-chemin entre Caen et Rennes. L'atlas de paysages de la Basse-Normandie localise la presque totalité du territoire comme une exclave à l'est de l'unité du Val de Sée dans son écrin, caractérisée par « une plaine verdoyante au sein de laquelle serpente le fleuve côtier de la Sée [formant] un bocage très géométrique »[1]. Seule une petite partie nord se situe dans l'unité du Haut Bocage transparent : des « hauteurs copieusement arrosées [qui] se distinguent par la présence de hauts talus lessivés »[2]. Couvrant 3 612 hectares, son territoire était le plus étendu de son canton. L'agglomération est à 11 km au nord de Mortain, à 14 km au sud de Vire et à 17 km à l'ouest de Tinchebray[3].

L'agglomération est traversée par la route départementale no 977, ancienne route nationale 177, reliant Vire à Mortain . Elle y croise la D 911 (ancienne N 811) menant à Brécey à l'ouest et à Tinchebray à l'est. La D 82, la D 283, la D 499 et la D 599 permettent de joindre Le Fresne-Poret et Ger à l'est et au sud-est et la D 182 mène à Saint-Clément-Rancoudray au sud. Au nord-ouest, Vengeons et Gathemo sont reliés à Sourdeval par la D 497 et la D 82.

Le territoire de Sourdeval est sur une ligne de partage des eaux séparant le bassin de la Sée, qui y prend sa source, de celui de la Loire par son sous-affluent l'Égrenne qui délimite le territoire à l'est et dont le bassin occupe la moindre partie du territoire. Le bras principal de la Sée, la Sée Blanche, parcourt le centre de la commune et récupère les eaux de la Sée Rousse, irrigant le sud, au Pont de Sée. L'Yeurseul, après avoir matérialisé la limite nord-est avec Vengeons, conflue au Pont de la Forge.

Le point culminant (354 m) se situe au nord-est, près du lieu-dit la Butte-le-Gréard. Le point le plus bas (155 m) correspond à la sortie de la Sée du territoire, à l'ouest, à la confluence de l'Yeurseul. La commune est bocagère.

Le climat est océanique, comme dans tout l'Ouest de la France. La station météorologique la plus proche est Granville-Pointe du Roc, à 50 km, mais Caen-Carpiquet est à moins de 65 km[4]. Le Nord-Mortainais s'en différencie toutefois pour la pluviométrie annuelle qui, à Sourdeval, avoisine les 1 200 mm[5].

Les lieux-dits sont, du nord-ouest à l'ouest, dans le sens horaire : la Bruyère, la Mare Pinet, le Bourg, le Moulin Foulon, la Choisnière, le Clos des Chemins, le Moulin de Sourdeval, la Becquellerie, la Petite Chesnaye, la Grande Chesnaye, la Vannerie, la Brouainsière, la Morinière, la Bénestière, la Gonfrère, Beauvais, la Tessardière, la Basse Métairie, la Haute Métairie, Launay, la Thébaudière, la Petite Morinière, la Barbotière, les Grivellières, les Loges, les Gilberdières, Rougemont, la Hutière, le Hamelet, la Grande Logerie (au nord), la Petite Logerie, la Calleudière, Loraire, la Machellerie, la Vallée, la Butte le Gréard, la Basse Boucherie, les Champs, les Bas Brulays, les Hauts Brulays, la Valette, la Roussellière Bigot, la Yaule, la Reslière, les Coudriaux, la Verrerie, l'Étang, les Tenues, le Val, la Musangère, la Haute Boucherie, les Petits Buissons, le Mont Héry, la Rançonnière, la Besnardière, la Taillevendière, le Soucher, le Moulin de la République, le Château Fleury, la Bensière, la Gallouinière, les Grands Buissons, la Pitouillère, la Croix Rouge, la Fouquerie, les Sillons, la Jamelottière, l'Aubellerie (à l'est), la Rousselière d'Égrenne, la Richardière, les Hautes Loges, les Basses Loges, le Gué Angeray, la Noé Ambrière, les Filières, la Fieffe au Dru, les Hauts Vents, Mont Huan, le Biot, la Lieudière, la Rivière, la Rouerie, le Village Gobard, la Guermondière, la Foucherie, le Val Roger, le Cerisier, les Basses Naudières, les Hautes Naudières, la Masure Hamon, l'Aubesnière, le Val Picard, la Fieffe au Landelles, la Fieffe aux Jembles, les Renardières, la Fieffe aux Merciers (au sud), le Cazouard, la Fieffe Renault, la Chartrie, le Villages aux Saints, la Blanche Roche, la Foucaudière, la Mancellière, la Barre, le Haut Hamel, le Bas Hamel, les Fontenelles, la Pelleterie, la Nicollière, la Cocherie, la Guesnelière, l'Étallerie, la Morandière, la Fieffe Corbière, la Fieffe Brulay, le Meslier, la Blandelière, les Houttières, la Palissière, Beau Soleil, le Hervieu, la Butte Eslier, les Boussardières, la Doisnelière, la Françaisière, le Moulin d'Esson, la Moissardière, la Moinerie, la Houssaye, la Boussardière, la Pitardière, le Petit Village, Bellevue, la Davière, la Haise Daniel, le Petit Mont d'Éron, le Grand Mont d'Éron, la Guillardière (à l'ouest), les Touchardières, le Domaine, Éron, la Gallouinière, Isambut, la Cohérie, Frécu, la Lande de Bas, le Vieux Souil, les Vallées, la Botellerie, les Vallées Durand, la Mare Pinet et la Masure aux Uriens[6].

Communes limitrophes de Sourdeval[7]
(commune déléguée)
Vengeons (comm. nouv. de Sourdeval),
Beauficel
Vengeons (comm. nouv. de Sourdeval), Chaulieu Saint-Christophe-de-Chaulieu (Orne)
Brouains Sourdeval Le Fresne-Poret
Chérencé-le-Roussel Saint-Clément-Rancoudray Ger,
Saint-Clément-Rancoudray

Toponymie[modifier | modifier le code]

La commune est également nommée Sourdeval-la-Barre[8].

Dans sourde, Albert Dauzat voit le latin surdus, « sourd »[9], et René Lepelley sordidus, « sale », « boueux »[10].

L'origine de la deuxième partie du toponyme est attribuée au latin vallis, qui a donné en français val, vallée.

René Lepelley considère que barre est issu du gaulois barro, « enclos »[11].

Le gentilé est Sourdevalais.

Histoire[modifier | modifier le code]

Lors de la bataille de Normandie, épargnée par les bombardements de juin 1944, Sourdeval est gravement endommagée au cours des combats de la contre-attaque allemande d'août[12]. La ville est libérée le 13 août, à la suite de l'échec de cette opération, par la 28e division d'infanterie américaine[13].

Commune nouvelle[modifier | modifier le code]

Le la commune de Sourdeval fusionne avec sa voisine Vengeons pour donner naissance Sourdeval, commune nouvelle dont le statut est instauré par la loi no 2010-1563 du de réforme des collectivités territoriales. La nouvelle entité baptisée initialement Sourdeval-Vengeons[14], est finalement nommée Sourdeval[15].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Candidats ou listes ayant obtenu plus 5 % des suffrages exprimés lors des dernières élections politiquement significatives :

Administration municipale[modifier | modifier le code]

La mairie.
Liste des maires[20]
Période Identité Étiquette Qualité
1837 1841 Pierre Meslay[21]    
         
1848 1864 Théophile Victor Lorier[22]   Conseiller général
         
1878 1904 Jules Labiche   Sénateur de la Manche
1904 1908 Edmond Lesoudier    
1908 1910 Ferdinand Alix    
1910 1912 Jules Roblin    
1912 1912 Jean Masse    
1912 1914 Victor Sauvé   (maire par intérim)
1914 1918 Alphonse Guesdon   (maire par intérim)
1918 1919 Victor Sauvé   (maire par intérim)
1919 1920 Gervais Hélène    
1920 1921 Émile Seguin    
1921 1925 Hippolyte Bazin    
1925 1929 Joseph Leménager    
1929 1944 Hippolyte Bazin    
1944 1945 Emmanuel Fortin    
1945 1946 Edmond Maillard    
1946 1953 Pierre Cheruau    
1953 1956 Joseph Louvet    
1956 1971 Marcel Seguin    
1972 1975 Émile Follet    
1975[23] 1989 Raoul Hamon   Agriculteur
1989[24] décembre 2015 Albert Bazire[25] UMP Conseiller général de la Manche (1992-2011)

Le conseil municipal était composé de vingt-trois membres dont le maire et cinq adjoints[25]. Ces conseillers intègrent au complet le conseil municipal de la commune nouvelle le jusqu'en 2020 et Albert Bazire, élu maire de cette commune nouvelle, est également maire délégué de la commune déléguée.

Liste des maires délégués
Période Identité Étiquette Qualité
janvier 2016 en cours Albert Bazire UMP Conseiller général (1992-2011)

Jumelages[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Sourdeval a compté jusqu'à 4 409 habitants en 1836.

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
3 5003 8964 1914 3064 2804 4094 3394 2804 328
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
4 1654 0563 9793 9433 9143 9323 9793 7653 617
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
3 5723 6553 3513 0693 2083 1973 2322 7522 870
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2015
3 2753 5203 6243 5763 2113 0382 8782 7332 690
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[26] puis Insee à partir de 2006[27].)
Histogramme de l'évolution démographique

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

Parcs et espaces verts[modifier | modifier le code]

La commune est une ville fleurie ayant obtenu trois fleurs au concours des villes et villages fleuris[28].

Sports[modifier | modifier le code]

L'Union sportive club omnisports de Sourdeval fait évoluer une équipe de football en ligue de Basse-Normandie et deux autres en divisions de district[29].

Le Sourdeval Moto Club organise, tous les ans à la mi-mars, une épreuve d'enduro moto qui est ouverte à tous les licencés UFOLEP. Cette épreuve est réputée pour être particulièrement difficile surtout par temps humide[30].

Économie[modifier | modifier le code]

Sourdeval a été en 1948 le lieu de création de l'entreprise Guy Degrenne. L'usine a été transférée en partie en 1967 à Vire. L'unité de Sourdeval comptait 200 employés en 1984. Elle a fermé en .

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Martin.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Sourdeval

Les armes de la commune de Sourdeval se blasonnent ainsi :
D'or fretté de sable au franc-quartier du même[33].

Ce blason tire son origine de la famille Le Moine de Sourdeval, une branche de la famille de Verdun[34].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2015, légale en 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Les unités de paysage : Unité 5.2.4 - Le Val de Sée dans son écrin, un bocage original en voie d’effacement » [PDF], sur basse-normandie.developpement-durable.gouv.fr, Dreal Basse-Normandie (consulté le 18 octobre 2015).
  2. « Les unités de paysage : Unité 4.4.4 - Le Haut Bocage transparent, aux talus en dentelle » [PDF], sur basse-normandie.developpement-durable.gouv.fr, Dreal Basse-Normandie (consulté le 18 octobre 2015).
  3. Distances routières les plus courtes selon Viamichelin.fr
  4. Distances orthodromiques selon le site Lion 1906
  5. « Pluviométrie interannuelle. Normale 1970-2000 » (consulté le 21 août 2012) (archive Wikiwix du site www.basse-normandie.ecologie.gouv.fr)
  6. Géoportail, « Soudeval » .
  7. « Géoportail (IGN), couche « Limites Administratives » activée »
  8. Voir [PDF] « Recueil des cates administratifs de la préfecture de la Manche - Mai 2010 » (consulté le 5 février 2011), page 14 : « Arrêté en date du 5 mai 2010 portant autorisation de démolir à Sourdeval la Barre »
  9. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, Larousse,
  10. René Lepelley, Dictionnaire étymologique des noms de communes de Normandie, Condé-sur-Noireau, Éd. Charles Corlet, (ISBN 2-86253-247-9, notice BnF no FRBNF36174448), p. 249
  11. René Lepelley, Dictionnaire étymologique des noms de communes de Normandie, Condé-sur-Noireau, Éd. Charles Corlet, (ISBN 2-86253-247-9, notice BnF no FRBNF36174448), p. 59
  12. Voir un témoignage sur la libération de Sourdeval
  13. « Normandie 44 - La mémoire - Mortain et Sourdeval » (consulté le 14 avril 2012)
  14. « recueil des actes administratifs de la Manche » (consulté le 18 décembre 2015)
  15. « Recueil des actes administratifs de la préfecture de la Manche, n° 80 »,
  16. « Résultats des élections régionales 2015 », sur www.interieur.gouv.fr, ministère de l'Intérieur (consulté le 11 février 2017)
  17. « Résultats des élections européennes 2014 », sur www.interieur.gouv.fr, ministère de l'Intérieur (consulté le 1er septembre 2014)
  18. « Résultats des élections législatives 2012 », sur www.interieur.gouv.fr, ministère de l'Intérieur (consulté le 1er septembre 2014)
  19. « Résultats de l'élection présidentielle 2012 », sur www.interieur.gouv.fr, ministère de l'Intérieur (consulté le 1er septembre 2014)
  20. René Gautier, 601 communes et lieux de vie de la Manche, Éditions Eurocibles, (ISBN 978-2354-58-0360), p. 634
  21. Annuaire du département de la Manche, 12e année, 1840, p 226
  22. Annuaire du département de la Manche, 33e année, 1861, p 102
  23. « Raoul Hamon, maire honoraire, n'est plus », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 18 octobre 2015)
  24. « La médaille de vermeil pour le maire Albert Bazire », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 12 novembre 2014)
  25. a et b Réélection 2014 : « Sourdeval (50150) - Municipales 2014 », sur elections.ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 6 mai 2014)
  26. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  27. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 20112012201320142015 .
  28. « Palmarès du concours des villes et villages fleuris » (consulté le 5 juillet 2013)
  29. « Site officiel de la Ligue Basse-Normandie – USC Omnisports de Sourdeval » (consulté le 5 février 2014)
  30. « La Manche libre.fr - Un difficile enduro de la Sée sur la pluie » (consulté le 27 février 2012)
  31. « Statue : Saint Martin évêque », notice no PM50001153, base Palissy, ministère français de la Culture
  32. Les Duval, Archives & Culture, coll. « Les Dictionnaires patronymiques » (ISBN 2-909530-74-4, lire en ligne), p. 48
  33. « GASO, la banque du blason - Sourdeval » (consulté le 14 avril 2012)
  34. Les seigneurs de Sourdeval.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :