Souls of Mischief

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Souls of Mischief
Pays d'origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre musical Jazz rap[1], hip-hop alternatif[1], hip-hop underground[1], rap West Coast[1]
Années actives Depuis 1991
Labels Hieroglyphics Imperium, Jive/BMG
Composition du groupe
Membres A-Plus
Phesto
Opio
Tajai

Souls of Mischief est un groupe de hip-hop américain, originaire d'Oakland, sur la Côte Ouest des États-Unis. Il se compose des rappeurs A-Plus, Opio, Phesto, et Tajai, qui sont également membres du collectif Hieroglyphics.

Biographie[modifier | modifier le code]

Tajai, originaire d'Oakland, se lance dans la rime aux côtés d'A-Plus à l'âge de huit ans, alors qu'ils ne sont encore qu'en école primaire[2]. Tajai et Phesto se rencontrent plus tard au collège[3]. Tajai présente par la suite A-Plus et Phesto à l'autre membre des Souls of Mischief, Opio, et le groupe se forme finalement en 1991, tandis qu'ils sont au lycée, et avant qu'ils ne fassent leurs débuts au label Jive Records[3],[1]. Le groupe fait également partie du collectif Hieroglyphics, aux côtés des rappeurs Del tha Funkee Homosapien, Casual, Pep Love, Jaybiz, et du producteur Domino[3]. Il participe à plein temps aux trois albums des Hieroglyphics 3rd Eye Vision (1998), Full Circle (2003), et The Kitchen (2013).

Souls of Mischief publie son premier album, 93 Til' Infinity, le 6 septembre 1993[4]. Bien accueilli par la presse spécialisée[3], l'album atteint la 85e place du classement américain Billboard 200[5]. En janvier 1998, l'album atteint le top 100 des meilleurs albums rap au magazine The Source[6]. À cette période, le groupe est comparé à De La Soul et A Tribe Called Quest[1]. Deux ans plus tard, Souls of Mischief publie un deuxième album, No Man's Land le 10 octobre 1995[7], classé 111e du Billboard 200[8]. Tandis que le groupe perd quelques fans qui recherchent désespérément leur premier album, il parvient à se populariser auprès de fans en majorité loyaux[1]. Souls of Mischief revient peu de temps après avec la publication de leur album indépendant, Focus, en 1999[1],[9], puis avec l'album Trilogy: Conflict, Climax, Resolution, le 24 octobre 2000[10].

Neuf années s'écoulent avant la publication d'un nouvel album du groupe, Montezuma's Revenge, le 1er décembre 2009[11]. Produit par Prince Paul, l'album atteint la 93e place des R&B Albums[12].

Discographie[modifier | modifier le code]

Souls of Mischief[modifier | modifier le code]

  • 1993 : 93 Til' Infinity
  • 1995 : No Man's Land
  • 1999 : Focus
  • 2000 : Trilogy: Conflict, Climax, Resolution
  • 2009 : Montezuma's Revenge
  • 2014 : There Is Only Now

Opio[modifier | modifier le code]

  • 2004 : Masterpiece Theatre
  • 2005 : Triangulation Station
  • 2008 : Vulture's Wisdom

Tajai[modifier | modifier le code]

  • 2004 : Power Movement

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g et h (en) Michael DiBella, « Souls of Mischief Biography », sur AllMusic (consulté le 25 août 2015).
  2. (en) « Tajai Interview », Gorilla Movement,‎ (consulté le 3 février 2007).
  3. a, b, c et d (en) « Phesto Interview », StinkE Productions,‎ (consulté le 3 février 2007). Erreur de référence : Balise <ref> non valide ; le nom « Phesto_Interview » est défini plusieurs fois avec des contenus différents
  4. (en) Steve Huey, « 93 Til' Infinity Overview », sur AllMusic (consulté le 25 août 2015).
  5. (en) « 93 Til' Infinity Awards », sur AllMusic (consulté le 25 août 2015).
  6. (en) Edwards Paul, How to Rap,‎ (ISBN 1448132134, lire en ligne).
  7. (en) Chris Witt, « No Man's Land Overview », sur AllMusic (consulté le 25 août 2015).
  8. (en) « No Man's Land Awards », sur AllMusic (consulté le 25 août 2015).
  9. (en) Stanton Swihart, « Focus Overview », sur AllMusic (consulté le 25 août 2015).
  10. (en) M.F. DiBella, « Trilogy: Conflict, Climax, Resolution Overview », sur AllMusic (consulté le 25 août 2015).
  11. (en) Clayton Purdom, « Montezuma's Revenge Overview », sur AllMusic (consulté le 25 août 2015).
  12. (en) « Montezuma's Revenge Awards », sur AllMusic (consulté le 25 août 2015).

Liens externes[modifier | modifier le code]