Soulèvement du ghetto de Varsovie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Soulèvement du ghetto de Varsovie
Description de cette image, également commentée ci-après
Insurrection du ghetto de Varsovie. Photo extraite du « rapport Stroop » que Jürgen Stroop adressa en mai 1943 à Heinrich Himmler. La légende originale en allemand est « Poussés hors de leurs trous ». Cette photo du petit garçon levant les bras est l'une des plus célèbres de la Seconde Guerre mondiale.
Informations générales
Date
Lieu Ghetto de Varsovie, Pologne
Issue Victoire allemande
Belligérants
Drapeau de l'Allemagne nazie Reich allemandFlag of ZOB (Jewish Fighting Organization).svg ZOB
Flag of ZZW (Jewish Military Union).svg ŻZW
Avec le soutien de :
Flaga PPP.svg Armia Krajowa
Socialist red flag.svg Gwardia Ludowa
Commandants
Heinrich Himmler
Friedrich-Wilhelm Krüger
Jürgen Stroop
Ferdinand von Sammern-Frankenegg
Franz Bürkl
Mordechaj Anielewicz
Dawid Moryc Apfelbaum
Yitzhak Zuckerman
Marek Edelman
Pawel Frenkel
Henryk Iwański
Zivia Lubetkin
Dawid Wdowiński
Forces en présence
2 090 hommes400 à 900 combattants dans le ghetto
Pertes
17 morts
93 blessés
13 000 morts
58 000 déportés

Seconde Guerre mondiale

Batailles

Front de l’Est
Prémices :

Guerre Germano-soviétique :

  • 1941 : L'invasion de l'URSS

Front Nord :

Front Central :

Front Sud :

  • 1941-1942 : La contre-offensive soviétique

Front Nord :

Front Central :

Front Sud :

  • 1942-1943 : De Fall Blau à 3e Kharkov

Front Nord :

Front Central :

Front Sud :

  • 1943-1944 : Libération de l'Ukraine et de la Biélorussie

Front Central :

Front Sud :

  • 1944-1945 : Campagnes d'Europe centrale et d'Allemagne

Allemagne :

Front Nord et Finlande :

Europe orientale :


Front d’Europe de l’Ouest


Campagnes d'Afrique, du Moyen-Orient et de Méditerranée


Bataille de l’Atlantique


Guerre du Pacifique


Guerre sino-japonaise


Théâtre américain

Coordonnées 52° 14′ 46″ nord, 20° 59′ 45″ est

Le soulèvement du ghetto de Varsovie est une révolte armée, organisée et menée par la population juive du ghetto de Varsovie contre les forces d'occupation allemandes entre le et le . C'est l'acte de résistance juive pendant la Shoah le plus connu et le plus commémoré[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le , débute la Grande Action : les Allemands commencent à déporter les Juifs au camp d'extermination de Treblinka[2]. Début janvier 1943, les autorités allemandes décident d’accélérer la déportation de la population civile du ghetto vers les camps d'extermination afin de le « liquider » définitivement. Dans le cadre de l'Aktion Reinhard, la population du ghetto est en effet déjà passée de 450 000 à environ 70 000 personnes.

Les déportations massives de l'été avaient eu comme conséquence l'apparition d'une résistance juive armée dans le ghetto autour de deux organisations : d'une part l'Organisation juive de combat (Żydowska Organizacja Bojowa, ŻOB) d'inspiration sioniste et bundiste, dirigée par Mordechaj Anielewicz, 23 ans, et Marek Edelman, 24 ans, et d'autre part l'Union militaire juive (Żydowski Związek Wojskowy, ŻZW), organisation sioniste révisionniste du Betar dirigée par Pawel Frenkel et Dawid Moryc Apfelbaum[3].

Le , ces deux groupes s'opposent par la force à une nouvelle vague de déportation. Après quatre jours de combats de rue, le ghetto est paralysé et les déportations suspendues.

Heinrich Himmler donne donc l'ordre à son représentant en Pologne, Friedrich-Wilhelm Krüger, dans une lettre du , de détruire complètement le ghetto. Il écrit : « Pour des raisons de sécurité, j'ordonne que le Ghetto de Varsovie soit détruit (…), après que tous les éléments de maisons ou les matériaux ayant de la valeur ont été récupérés[4] ». Le , la police allemande et les forces SS entrent dans le ghetto sous le commandement du SS-Oberführer Ferdinand von Sammern-Frankenegg afin de faire reprendre les déportations. Bien qu'équipés de chars, d'artillerie et de lance-flammes, les quelque 2 000 policiers et SS rencontrent une très vive résistance et le plan prévoyant la maîtrise complète du ghetto en trois jours est un échec complet[5].

Aussi Ferdinand von Sammern-Frankenegg est-il remplacé par Jürgen Stroop, qui met quatre semaines à anéantir le ghetto, en recevant chaque jour ses ordres du Höhere SS- und Polizeiführer Friedrich-Wilhelm Krüger et de Heinrich Himmler en personne. Krüger lui recommande ainsi de faire exploser la synagogue de Varsovie[6].

Les forces juives polonaises alignent 400 insurgés du ŻZW conduits par Dawid Moryc Apfelbaum et Paweł Frenkel et environ 500 combattants de la ŻOB (Organisation juive de combat) sous les ordres de Mordechaj Anielewicz. La résistance polonaise non juive, c'est-à-dire l'Armée Intérieure polonaise (Armia Krajowa, AK) fournit quelques hommes, mais aussi des armes[5]. Marek Edelman, seul commandant survivant de l'insurrection, donne un nombre de combattants plus restreint : « Je me souviens d'eux tous, des garçons et des filles, 220 au total », âgés de 13 à 22 ans[7].

Le ghetto de Varsovie, François Szulman, 1962

Marek Edelman a 24 ans lorsqu'il prend le commandement de l'un des trois groupes de combattants, constitué de cinquante insurgés[7]. Après la mort des premiers dirigeants et le suicide de Mordechaj Anielewicz le , c'est lui qui dirige l'insurrection. Ayant survécu aux combats, il participe l'année suivante à l'Insurrection de Varsovie.

La nourriture manquait terriblement. Marek Edelman indique : « nous ne mourions pas de faim. On peut vivre pendant trois semaines simplement avec de l'eau et du sucre », que lui et ses hommes trouvaient chez ceux qui avaient été déportés[7].

Durant les combats, environ 7 000 résidents du ghetto ont été tués, 6 000 ont été brûlés vifs ou gazés durant la destruction totale du quartier, les Allemands déportèrent les survivants, afin de les faire mourir, dans les camps d'extermination de Treblinka et Majdanek et dans les camps de concentration de Poniatowa et de Trawniki.

Après la destruction des état-majors de la ŻOB et de la ŻZW et la chute du ghetto, de petits groupes de survivants continuent la lutte armée dans les ruines jusqu'au mois de . Certains groupes de combattants parviennent également à sortir du ghetto et continuent la lutte, rejoignant les partisans dans les forêts de la région.

Impact[modifier | modifier le code]

L'impact moral et historique de l'insurrection du ghetto de Varsovie fut important. La résistance dépassa les prévisions allemandes, même si l'issue était certaine au vu du déséquilibre des forces. Izrael Chaim Wilner (dont le pseudonyme était Jurek), soldat de la ŻOB, a résumé le sens de ce combat en ces termes : « My nie chcemy ratować życia. Żaden z nas żywy z tego nie wyjdzie. My chcemy ratować ludzką godność » (« Nous ne voulons pas sauver notre vie. Personne ne sortira vivant d'ici. Nous voulons sauver la dignité humaine »). Elle remet aussi en cause le cliché et stéréotype raciste du Juif passif[8].

En 1970, le chancelier Willy Brandt s'agenouille devant le mémorial du ghetto de Varsovie en Pologne.

Photographie historique[modifier | modifier le code]

La plus célèbre photographie du ghetto de Varsovie est celle représentant un groupe de femmes et enfants juifs poussés hors de leur cachette par les soldats allemands en 1943, pour être envoyés à Treblinka[9]. Y sont reconnaissables[10],[11],[12] :

Dans une rue, des civils (des femmes et des enfants au premier plan, quelques hommes derrières) ont les mains levés. Derrière eux, des soldats ont leurs armes pointés sur les civils et font sortir d’autres personnes d’un bâtiment.
La photographie de 1943.
  • le garçon au premier plan, qui est peut-être Artur Dab Siemiatek, ou bien Levi Zelinwarger (près de sa mère Chana Zelinwarger), ou encore Harry-Haim Nieschawer ou enfin Tsvi Nussbaum ;
  • Chana Zelinwarger, avec la tête tournée, deux sacs aux bras et les mains levées ;
  • Hannah (Hanka) Lamet, la petite fille à gauche qui lève la main (assassinée à Majdanek) ;
  • Matylda Lamet Goldfinger, la mère de Hanka, deuxième en partant de la gauche ;
  • Ahron Leizer (Leo) Kartuziński (ou Kartuzinsky) de Gdańsk, en arrière plan avec un sac blanc sur l'épaule ;
  • Golda Stavarowski, la première femme à droite, au fond, qui ne lève qu’une main ;
  • Josef Blösche, le SS-Rottenführer à droite, avec une arme à feu pointée sur le garçon[13],[9].

Cette photographie est notamment récupérée dans deux œuvres d'art controversées juxtaposant le soulèvement du ghetto de Varsovie avec la souffrance palestinienne, l'une par Alan Schechner en 2003 intitulée L'Héritage des enfants victimes de mauvais traitements : de Pologne en Palestine[14] et l'autre par Norman G. Finkelstein en 2009 avec le sous-titre « Les petits-enfants des survivants de l'Holocauste font aux Palestiniens exactement ce qui leur a été fait par les nazis allemands »[15].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Dans les arts[modifier | modifier le code]

Au cinéma[modifier | modifier le code]

  • 1978 : Mini-série Holocauste dans laquelle est relatée l'insurrection du ghetto de Varsovie.

Roman[modifier | modifier le code]

Musique[modifier | modifier le code]

Images[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Georges Bensoussan (dir.), Jean-Marc Dreyfus (dir.), Édouard Husson (dir.) et al., Dictionnaire de la Shoah, Paris, Larousse, coll. « À présent », , 638 p. (ISBN 978-2-035-83781-3), p. 462.
  2. (pl) Władysław Bartoszewski et Zofia Lewinówna, Ten jest z ojczyzny mojej, Cracovie, Wydawnictwo Znak, (ISBN 978-83-240-2790-3), p. 98.
  3. Dictionnaire de la Shoah, p. 462.
  4. (de) Tatiana Berenstein (éd.), Faschismus – Getto – Massenmord. Dokumentation über Ausrottung und Widerstand der Jugen in Polen während des zweiten Weltkrieges, Röderberg-Verlag, Frankfurt-am-Main, 1960, page 349.
  5. a et b Pierre Souyri, Michel Borwicz, L'insurrection du ghetto de Varsovie. Collection « Archives ». (compte-rendu), Annales, Année 1967, 22-6, pp. 1384-1386
  6. Kazimierz Moczarski, Entretiens avec le bourreau, Gallimard, Paris, 2011, page 329.
  7. a b et c « Soixante-cinq ans après, un chef du soulèvement du ghetto de Varsovie se souvient », Monika Scislowska, dépêche Associated Press, 14 avril 2008.
  8. Dictionnaire de la Shoah, p. 463.
  9. a et b (en) « The Boy in the Photo? http://www.HolocaustResearchProject.org », sur www.holocaustresearchproject.org (consulté le 1er janvier 2020)
  10. « Anonymous No Longer. Holocaust History Museum. Yad Vashem », sur www.yadvashem.org (consulté le 1er janvier 2020)
  11. « Jews captured by SS and SD troops during the suppression of the Warsaw ghetto uprising are forced to leave their shelter and march to the Umschlagplatz for deportation. - Collections Search - United States Holocaust Memorial Museum », sur collections.ushmm.org (consulté le 1er janvier 2020)
  12. « L’enfant juif de Varsovie | Histoire et analyse d'images et oeuvres », sur www.histoire-image.org (consulté le 1er janvier 2020)
  13. (en) « Only the oppressor has a name. The story of the boy from the picture », sur TVN24.pl (consulté le 1er janvier 2020)
  14. (en) Celina Jeffery et Gregory Minissale, Global and Local Art Histories, Cambridge Scholars Publishing, (ISBN 978-1-4438-0730-2, lire en ligne), p. 284 & ss.
  15. Michael Rothberg, « FROM GAZA TO WARSAW: MAPPING MULTIDIRECTIONAL MEMORY », Criticism, vol. 53, no 4,‎ , p. 523–548 (ISSN 0011-1589, lire en ligne, consulté le 1er janvier 2020)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]