Soukhoï Su-57

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Soukhoï T-50 (PAK-FA))

Su-57
Vue de l'avion.
Un prototype en vol le 14 août 2011.

Constructeur Drapeau : Russie Soukhoï
Rôle Avion multirôle
Statut En développement
Premier vol
Mise en service 202x (escompté)
Coût unitaire 80 millions $[1]
Équipage
1 ou 2 selon les versions[2]
Motorisation
Moteur AL-41F1
Nombre 2
Type Turboréacteurs avec postcombustion et tuyère vectorielle
Poussée unitaire 157 kN[3]
Dimensions
vue en plan de l’avion
Envergure 14,00 m
Longueur 19,70 m
Hauteur 4,80 m
Surface alaire 78,80[2] m2
Masses
À vide 18 500[3] kg
Carburant 10 300 kg
Maximale 37 000 kg
Performances
Vitesse maximale 2 600[3] km/h (Mach 2,45)
Vitesse de décrochage 250 km/h
Plafond 20 000[2] m
Vitesse ascensionnelle 21 000 m/min
Rayon d'action 2 150 km
Endurance 5.3 h[2]
Charge alaire 470 kg/m2
Rapport poussée/poids (avec postcombustion) 0,794
Armement
Interne 1 canon GSh-30-1 de 30 mm[2]

2 soutes à armement situées en tandem entre les moteurs[4]

2 soutes auxiliaires, chacune pour un missile air-air sur les flancs

Externe 6 pylônes sous les ailes[2]
Avionique
Radar Sh121

Le Soukhoï Su-57[5] (en russe : Сухой Су-57, Code OTAN : Felon, depuis )[6] est un avion de combat polyvalent de « cinquième génération ». Construit par Soukhoï, une version issue d'une coopération indo-russe aurait dû voir le jour sous la désignation HAL FGFA. L'appellation PAK-FA (en russe : Перспективный Авиационный Комплекс Фронтовой Авиации) peut être traduite en français par « Futur Système Aéronautique de l'Aviation du Front ».

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Les caractéristiques ne sont, fin 2008, toujours pas officielles et de nombreuses spéculations existent sur celles-ci. On connaît seulement quelques spécifications et mensurations, comme son poids, de l'ordre de 30 t en ordre de combat, une soute de 4,80 m de long au minimum, le fait qu'il sera biréacteur, monoplace pour la version russe, biplace pour la version indienne[7], équipé d'un radar à antenne active Sh121 conçu par Tikhomirov NIIP[8] et de radars bande L dans les ailes. Les versions russes et indiennes présenteront des différences notables (envergure, équipements électroniques...). Il semble que le chasseur T-50 créé de série, a reçu la désignation officielle Su-57.

Motorisation[modifier | modifier le code]

Il est annoncé en 2015 que le moteur “Izdeliye 30” censé avoir une poussée supérieure à 17 t. prévu pour propulser tous les appareils à l'horizon 2020 a commencé son développement chez NPO Saturn. Un premier exemplaire verra le jour en 2016. La production en série est espérée en 2020.

En attendant, le T-50 reste motorisé avec l’AL-41F1, ou “Izdeliye 117”, une profonde modernisation de l’AL-31FP qui équipe les Su-30. L'AL-41F1 est doté d’une soufflante au diamètre agrandi, de nouveaux étages de turbine à basse et haute pression, d’une chambre de combustion améliorée et d’une nouvelle régulation numérique fortement intégrée au reste des systèmes de l’avion. Ces moteurs sont équipés de tuyères à poussée vectorielle tridimensionnelles[9], rendant l'avion très maniable. Seize moteurs AL-41F1 ont été fabriqués, dont six pour les essais au sol[Quand ?] dont plusieurs ont subi des graves incidents[10].

Au moins un incendie moteur a été constaté entraînant la destruction complète de l'engin et à l'occasion d'une démonstration faite aux forces aériennes indiennes dans le cadre du programme FGFA un autre moteur aurait pris feu. Le PAK-FA a également été victime d'une extinction moteur lors du salon Maks 2011, au cours de laquelle le pilote du T-50 concerné fut contraint de renoncer à son décollage.

L'AL-41F1 bien que particulièrement puissant[réf. nécessaire] est surtout réputé pour son manque de fiabilité chronique.[réf. nécessaire]

Avionique[modifier | modifier le code]

Ce nouvel appareil est une fusion d'un appareil de frappe et d'un chasseur, il est équipé, selon son constructeur, d'une avionique dernier cri avec une fonction « pilote électronique »[11].

Il possède également un important camouflage face aux radars, aux systèmes optiques et infrarouges (grâce aux matériaux composites)[réf. nécessaire]. Cela participe à la dissimulation de l'appareil, laissant le pilote se concentrer uniquement sur l'accomplissement de missions tactiques.

Spécifications[modifier | modifier le code]

Caractéristiques générales

  • Équipage: 1
  • Longueur: 19,8 m
  • Envergure: 13,95 m
  • Hauteur: 4,74 m
  • Surface alaire: 78,8 m2
  • Poids à vide: 18 000 kg
  • Poids total (carburant): 25 000 kg
  • Poids maximal au décollage: 35 000 kg
  • Capacité carburant: 10 300 litres


Armement

Missile air-air:

  • 4 × RVV-MD

Missile air-sol:

  • 4 × Kh-38ME

Missile antinavire:

Missile anti-radar:

Calendrier[modifier | modifier le code]

Genèse[modifier | modifier le code]

À la fin des années 1980, l'Union soviétique exprime le besoin d'un avion de génération supérieure, destiné à entrer en service dans les années 1990. Le projet reçoit le nom de code I-90 (en russe : Истребитель, Istrebitel, « combattant »). Il est prévu que le chasseur soit capable de frappes au sol et remplace à terme les MiG-29 et les Su-27. Le projet MiG 1.44 est lancé par Mikoyan-Gourevitch[12]. De son côté, Soukhoï développe son propre programme au début des années 1990, afin de réaliser un avion de combat de nouvelle génération. Le Su-47, appelé originellement S-37, est le résultat de ce projet. La dislocation de l'URSS et le manque de fonds qui s'ensuivent causent des retards dans le vol des premiers prototypes, en 2000 soit 9 ans après la date prévue[12]. Le MiG 1.44 est annulé et un nouveau projet est étudié, qui reçoit le nom de code PAK FA. Les besoins de ce nouvel avion sont inspirés par leurs équivalents occidentaux : Dassault Rafale, Eurofighter Typhoon ou F-22 Raptor. En 2002, Soukhoï est sélectionné pour la conception de ce nouvel avion[13].

Réalisations[modifier | modifier le code]

Le premier vol, attendu pour 2009, a été effectué le vendredi , durant 47 min[14], à proximité de la ville de Komsomolsk-sur-l'Amour[15]. Lors du vol, son pilote d'essai Sergueï Bogdan a effectué l'évaluation initiale de la maniabilité de l'avion, le fonctionnement des moteurs et des systèmes principaux. « L'avion a bien réagi à toutes les étapes du programme de vol » a commenté dans le communiqué le pilote d'essai. Son second vol eu lieu le suivant et une troisième série de vols d'essai devrait avoir lieu à Komsomolsk-sur-l'Amour avant que ne commence le programme principal de test au Centre d'essai de Joukovski, près de Moscou[16]. Il a été présenté au public pour la première fois lors du salon aérospatial MAKS 2011 à Moscou. Il a été montré en vol mais n'a pas été exposé au sol afin d'éviter qu'il puisse être examiné de trop près[17]. Cependant, le Sukhoï T-50 n’a pas pu assurer sa dernière représentation le lors de ce salon. Selon un porte-parole du salon, l’appareil n’a pas pu décoller à cause d’une défaillance technique. La Corporation russe de construction aéronautique (OAK) a précisé que l’origine de l’incident est due à un défaut du moteur droit de l’avion[18],[17].

Initialement prévu pour 2015, les premières livraisons ont été repoussées en 2016 (annonce de Vladimir Poutine du [19]), puis en 2017 (annonce du ministre adjoint à la défense russe, Youri Borisov le [20]), puis à l'horizon 2020/2025 alors qu'auparavant, le ministre russe de l'Industrie, Denis Manturov, avait confirmé qu'un contrat pour l'acquisition de 76 avions Su-57.

Selon un rapport publié dans Forbes par David Axe, Soukhoï avait initialement prévu de remettre les deux premiers SU-57 aux normes de production à la fin de 2019 et deux autres en 2020. Mais le crash de l'un des avions en décembre 2019 a contraint la société à arrêter temporairement le travail sur le programme.[21].

Production[modifier | modifier le code]

Selon le ministère de la défense russe, début , plus de 300 vols d'essai auraient été effectués par les 5 prototypes alors existants, un sixième étant en cours de finition à cette date[22]. La question des moteurs utilisés reste entière. Les AL-41F1 restant n'étant au mieux que 4 et le “Izdeliye 30” devant équiper à terme l'avion étant loin d'être prêt à être mis en production. (Début de production prévu pour 2020 selon le motoriste NPO Saturn. En , 10 prototypes sont construits[23]).

Modèle Premier vol Remarques
T-50-1 premier prototype, ne vole plus depuis .
T-50-2
T-50-3 doté du radar à antenne active (AESA) N036 et des deux détecteurs d’alerte 101KS-U, sous le nez de l’avion et sur la pointe arrière
T-50-4 prévu fin 2011 à l'origine
T-50-5
T-50-6

Sur la période 2016-2020, la loi de programmation militaire russe prévoyait l'achat de 60 appareils de dernière génération mais voici mi-2015 le calendrier des livraisons prévues - Les T-50C, sont les T-50 du 2e lot mais sans le nouveau moteur Izd.30, les PMI sont les FGFA Indiens alors prévus - soit un total de 24 appareils russes et 4 indiens :

  • 2016 : Т-50-9, Т-50-10, Т-50-11.
  • 2017 : Т-50-12 (повторная статика), Т-50С-1,2.
  • 2018 : Т-50С-3,4
  • 2019 : Т-50С-5,6,7,8, PMI-1,2.
  • 2020 : Т-50С-9,10,11,12, MIC-3,4.

Mais finalement le gouvernement russe ne signant pas de contrat ferme et le retrait de l'Inde font capoter cette planification.

Utilisateurs actuels et futurs[modifier | modifier le code]

Selon Mikhaïl Pogosian, directeur général de Soukhoï, le T-50 pourrait viser un marché ambitieux de 1 000 avions (dont 550 pour l'export seul).

Russie[modifier | modifier le code]

Les médias d'État de la Russie estimaient que l'armée de l'air pourrait acquérir 200 monoplaces. Au sein de la force aérienne russe, les prototypes, courant 2018, ont fait d'un premier déploiement en Syrie[24]. 12 exemplaires de pré-production auraient été commandés en pour l'année 2019[25]. Le , le vice-ministre russe de la Défense russe déclare que l’on ne prévoit pas de produire en série le Su-57 pour le moment[23].

Finalement, en , le ministère russe de la défense signe un contrat pour la livraison de seulement deux avions d'ici 2020[26].

Algérie[modifier | modifier le code]

L'Algérie serait le premier client à l'export du Su-57. Les forces aériennes ont pris la décision de l'acquisition de 14 chasseurs furtifs de ce type lors de la visite de la délégation algérienne au salon aéronautique MAKS à Moscou durant l'été 2019. Avec ce contrat, l’Algérie deviendra le premier pays de la rive sud de la Méditerranée et d'Afrique à disposer d’avions furtifs et d’appareils de 5e génération après avoir été le premier à introduire des avions de 4e génération, le contrat doit s'achever d'ici 2025[27].

Inde[modifier | modifier le code]

L'Inde, quant à elle, qui est devenue partenaire à part entière du programme depuis 2008, a réduit ses prévisions de commandes de 214 à 144 biplaces (sous la désignation de FGFA : Fifth Generation Fighter Aircraft) destinés à la Force aérienne indienne et peut-être avec la possibilité de les faire construire par HAL. La Russie demandant à l'Inde un montant équivalent à six (puis neuf par la suite) milliards de dollars américains pour ce programme avec mise en service prévue en 2020[28]. Finalement, l'Inde se retire du projet en , sans renoncer à acquérir l'appareil dans un avenir lointain[29],[30].

Turquie[modifier | modifier le code]

La Turquie a manifesté un intérêt à acquérir le chasseur furtif après avoir été exclue du Programme Joint Strike-Fighter (F-35 Lightning II) en 2019. Le contrat est toujours en cours de discussion et rien n'a encore été signé en 2020 alors que les relations russo-turques se dégradent. La Turquie pourrait devenir le premier membre de l'OTAN à acquérir des avions de combat russes.

Galerie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Infographie: L'avion de chasse le plus manœuvrable de Sukhoï a fait ses premiers vols d'essai (IMAGES) », RT Info, (consulté le 19 décembre 2016)
  2. a b c d e et f « Infographie: avion de combat russe de cinquième génération T-50 », RIA Novosti, (consulté le 18 juin 2010)
  3. a b et c (en) « PAK-FA Sukhoi T-50 », sur vostokstation.com.au
  4. ^ a b c d Butowski 2010, p. 34.
  5. Arnaud, « Sukhoi Su-57 », sur avions légendaires, (consulté le 19 décembre 2017)
  6. (en) « NATO Code Name “FELON” : Russian Su-57 Gets Its Reporting Name, And It Couldn’t Be Better. », sur The Aviationist, (consulté le 1er août 2020).
  7. « L'Inde et la Russie créeront deux versions d'un chasseur de cinquième génération », RIA Novosti,
  8. Guillaume Steuer, « Les nouveaux chasseurs de l'Étoile rouge », Air et Cosmos, no 2144,‎ , p. 28-29 (ISSN 1240-3113)
  9. « [Dossier] Sukhoi Su-57 PAK FA, la relève de la garde? », Red Samovar,‎ (lire en ligne, consulté le 29 août 2018)
  10. Antony Angrand, « http://www.air-cosmos.com/2015/02/27/29216-nouveau-turboreacteur-pour-le-sukhoi-t-50-pak-fa », sur Air et Cosmos, (consulté le 2 mars 2015).
  11. « Chasseur de 5e génération: la Russie fer de lance de l'aviation militaire (OAK) », RIA Novosti,
  12. a et b (en) Yefim Gordon, Sukhoi S-37 and Mikoyan MFI: Russian Fifth-Generation Fighter Technology Demonstrators, vol. 1, Hinckley, U K, Midland Publishing, coll. « Red star », (ISBN 1-85780-120-2)
  13. (en) « Premier Putin satisfied with Russian fifth-generation fighter tests », RIA Novosti,‎ (lire en ligne, consulté le 20 décembre 2017)
  14. (vi) Máy bay chiến đấu tàng hình của Nga bay chuyến đầu tiên (vi)
  15. Dépêche AFP du 29 janvier 2010
  16. « Deuxième vol d'essai du chasseur russe T-50 », RIA Novosti, (consulté le 12 février 2010)
  17. a et b Jean-Dominique Merchet, « Présentation du T-50 en vol »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), Blog Secret Défense, (consulté le 18 août 2011)
  18. Laurent Lagneau, « Problème technique pour le chasseur furtif russe T-50 », Blog opex360, (consulté le 22 août 2011)
  19. « Sputnik France : actualités du jour, infos en direct et en continu », sur Ria.ru (consulté le 1er août 2020).
  20. « PAK FA : les essais sont terminés », sur Air et Cosmos (consulté le 1er août 2020).
  21. (en) « India Scrutinizing Russian SU-57 Stealth Jets As Makers Struggle To Fulfill », sur Defenceaviationpost.com, (consulté le 1er août 2020).
  22. « L’Inde doute des capacités opérationnelles du T-50 de Sukhoi », sur Aerobuzz, (consulté le 26 janvier)
  23. a et b (en) « Russia Will Not Mass-Produce 5th Generation Stealth Fighter Jet », sur https://thediplomat.com/, (consulté le 19 juillet 2018).
  24. « Que cache la nécessité d’envoyer des Su-57 en Syrie? », sur Sputniknews.com (consulté le 1er août 2020).
  25. « Le premier contrat de livraison de Su-57 sera conclu sous peu », sur Sputniknews.com (consulté le 1er août 2020).
  26. http://www.opex360.com/2018/08/23/drone-de-combat-russe-okhotnik-va-bientot-entamer-premiers-essais/
  27. « L’Algérie serait le premier client export pour le Su-57 et le Su-34 »
  28. (en) Gulshan Luthra, « IAF decides on 144 Fifth Generation Fighters », sur India Strategic, (consulté le 20 octobre 2012)
  29. (en) « India withdraws from FGFA project, leaving Russia to go it alone », sur Jane's 360, (consulté le 30 juin 2018)
  30. Manu Pubby, « DRDO’s technology claim fells $9 billion Indo-Russian aircraft deal », The Economic Times,‎ (lire en ligne, consulté le 13 juin 2018)

Articles connexes[modifier | modifier le code]