Souancé-au-Perche

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Souancé-au-Perche
Souancé-au-Perche
L'église Saint-Georges
 Inscrit MH (1930, 1935).
Blason de Souancé-au-Perche
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre-Val de Loire
Département Eure-et-Loir
Arrondissement Nogent-le-Rotrou
Canton Nogent-le-Rotrou
Intercommunalité Communauté de communes du Perche
Maire
Mandat
Patrick Gouhier
2014-2020
Code postal 28400
Code commune 28378
Démographie
Population
municipale
537 hab. (2016 en diminution de 1,83 % par rapport à 2011)
Densité 28 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 16′ 04″ nord, 0° 51′ 20″ est
Altitude Min. 123 m
Max. 270 m
Superficie 18,94 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Centre-Val de Loire

Voir sur la carte administrative du Centre-Val de Loire
City locator 14.svg
Souancé-au-Perche

Géolocalisation sur la carte : Eure-et-Loir

Voir sur la carte topographique d'Eure-et-Loir
City locator 14.svg
Souancé-au-Perche

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Souancé-au-Perche

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Souancé-au-Perche

Souancé-au-Perche est une commune française située dans le département d'Eure-et-Loir en région Centre-Val de Loire.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

La commune se situe dans la région naturelle du Perche, au sein du canton de Nogent-le-Rotrou.

Construit autour de la rivière la Rhone, affluent de la rive gauche de l’Huisne, le village propose une vision typique du Perche : bocage, lavoir et sources. Deux sources coulent dans le village aux fontaines Saint-Marc et Saint-Georges.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Communes et département limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Souancé-au-Perche
Nogent-Le-Rotrou Saint-Jean-Pierre-Fixte Trizay-Coutretot-Saint-Serge
Mâle (Orne) Souancé-au-Perche Vichères
Les Étilleux Coudray-au-Perche

Toponymie[modifier | modifier le code]

Bas latin Swabincacus. Swabinc, nom de personne d’origine germanique, et pseudo-suffixe de possession iacus.

Suenci, vers 1128 (Bibliothèque nationale de France-Manuscrit Latin 9223 Cartulaire Notre-Dame de Josaphat) ; Suentheium, 1141 (Cartulaire de Thiron, t. 2) ; Suhenci, vers 1150 (Bibliothèque nationale de France-ManuscritLatin 9223 Cartulaire Notre-Dame de Josaphat) ; Souencé, octobre 1359, (Archives nationales.-JJ 90, n° 331, fol. 169 v°) ; Souencé, XVIIIe s. (Carte de Cassini) ; Souancé au Perche, décret du 15 novembre 1912.

Histoire[modifier | modifier le code]

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Les seigneurs de Montdoucet et de la Chaise, vassaux des Rotrou, possédaient un domaine à Souancé. Deux des tours du château Saint-Jean à Nogent-Le-Rotrou portent le nom des seigneurs Montdoucet et Chaise[1].

Époque moderne[modifier | modifier le code]

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

La mairie.
La mairie.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mars 2008 François Jacques    
mars 2008 En cours Patrick Gouhier SE Cadre
Les données manquantes sont à compléter.

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[3].

En 2016, la commune comptait 537 habitants[Note 1], en diminution de 1,83 % par rapport à 2011 (Eure-et-Loir : +0,82 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 0099269151 0161 0741 1141 1351 2101 237
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 1211 0861 008949990968917914875
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
855832852710728738701647623
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
589551530579547514544547537
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le chœur.
Le chœur de l'église Saint-Georges.

Église Saint-Georges[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Georges,  Inscrit MH (1930, 1935), date des XIIe, XIIIe et XVIe siècles[6].

Plusieurs éléments de mobilier sont remarquables, dont des vitraux du XVIe siècle classés monuments historiques, ainsi qu'une peinture sur toile de la même époque représentant la crucifixion de Jésus, également classée.

Château de la Galaisière[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (septembre 2014)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Bien que remanié depuis lors, construit au XVIIe siècle par Louis Aubin, huissier au cabinet de la duchesse d'Orléans dont la fille Françoise Louise l'apporta à son époux François de Mauduison (également constructeur du château d'Oursières à Argenvilliers), Secrétaire du Roi. Il est resté dans la descendance directe de son constructeur, passant par mariage, à la famille de Carpentin, puis Fergon, Colin de Marnes et enfin, Guillier de Souancé, ses actuels propriétaires.

Château de Montdoucet[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Jacques Guillier de Souancé (1749-1812), propriétaire à Souancé, député d'Eure-et-Loir au Corps législatif de 1808 jusqu'à sa mort.
  • Charles Rappoport (1865-1941) et son épouse Sophie Rappoport-Oguse ont habité Souancé de 1904 à 1908. Sophie y a succédé à madame Sarraute comme médecin. Charles Rappoport, grande figure des débuts du socialisme, dut rapidement quitter Souancé après s'être présenté aux élections municipales en 1908[7]. Pour obliger les Rappoport à s'en aller, le comte de Souancé fit venir un médecin qui soignait les malades à ses frais !

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Souancé-au-Perche.svg

Les armes de la commune se blasonnent ainsi : d’azur au chevron d’or, au chef du même chargé de trois tourteaux de gueules.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Recueil des antiquitez du Perche, comtes et seigneurs de ladicte province... / par Bart des Boulai[1]
  2. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  3. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  6. « Église », notice no PA00097214, base Mérimée, ministère français de la Culture
  7. Une vie révolutionnaire : 1883-1940 : les mémoires de Charles Rappoport / texte établi et annot. par Harvey Golberg, Georges Haupt ; éd. achevée et présentée par Marc Lagana, Paris : Maison des sciences de l'homme, 1991, 1 vol. (513 p.) : ill., couv. ill. ; 22 cm. BNF Notice nº FRBNF35475707