Sotouboua

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (avril 2012).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Sotouboua
Administration
Pays Drapeau du Togo Togo
Région Région centrale
Préfecture Sotouboua
Indicatif téléphonique international +(228)
Démographie
Population 22 721 hab. (Recensement Général de la Population du Togo - 2010; actualisation partielle 2014)
Géographie
Coordonnées 8° 34′ 00″ nord, 0° 59′ 00″ est
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Togo

Voir la carte administrative du Togo
City locator 14.svg
Sotouboua

Géolocalisation sur la carte : Togo

Voir la carte topographique du Togo
City locator 14.svg
Sotouboua

Sotouboua est une commune togolaise d'environ 22 721 habitants, chef-lieu de la préfecture de Sotouboua, située dans la Région Centrale et à environ 284 km au nord de la capitale Lomé.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le toponyme de la ville provient de la rivière Sotouboua qui borde le sud de la ville et qui signifie sotou = « glissant » et boua = « rivière »[réf. nécessaire]. La ville est également arrosée par la rivière Anié à l'est[réf. nécessaire].

Accident[modifier | modifier le code]

Le 6 décembre 1965, deux camions entrent en collision dans une foule de danseurs et tuent 125 personnes. C'est l'un des pires accidents de la route du Togo[1],[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Historical Events on 6th December sur HistoryOrb.com
  2. « Décret no 65-182 déclarant la journée du 19 décembre 1965 « Journée de Deuil National » en mémoire des victimes de l'accident de Sotouboua », Journal officiel de la République Togolaise, no 309,‎ , p. 10 (lire en ligne)