Sorong (ville)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Sorong
Image illustrative de l'article Sorong (ville)
Port de Sorong
Noms
Nom Indonésien Kota Sorong
Administration
Pays Drapeau de l'Indonésie Indonésie
Province d'Indonésie Papouasie occidentale
Maire Ec. Lambert Jitmau
Démographie
Population 219 958 hab. (2014)
Coordonnées 0° 52′ 00″ sud, 131° 15′ 00″ est
Île Nouvelle-Guinée
Liens
Site officiel www.sorongkota.go.id

Sorong est une ville portuaire de l'est de l'Indonésie située dans la province de Papouasie occidentale. Elle est entourée par le Kabupaten de Sorong, et est la porte d'entrée des Îles Raja Ampat, réputées pour ses récifs coralliens. C'est également une plateforme logistique pour la prospection de gaz et de pétrole.

La ville a connu une forte croissance ces dernières années, et continue à se développer depuis qu'elle a été reliée par la route aux autres villes de la Péninsule de Doberai. La population de la ville s'élève à 190,625 selon le recensement de 2010; la dernière estimation officielle de janvier 2014 fait état de 219,958 habitants. La ville est desservie par l'Aéroport Dominique Edward Osok[1].

Administration[modifier | modifier le code]

La Ville de Sorong est divisée en six districts (kecamatan), listés ci-dessous avec leurs population respectives[2].

District Population

Recensement de 2010

Sorong Barat

(Sorong Ouest)

35,306
Sorong Kepulauan

(Iles de Sorong)

9,711
Sorong Timur

(Sorong Est)

26,694
Sorong Utara

(Sorong Nord)

45,001
Sorong 31,264
Sorong Mandi 42,539

Étymologie[modifier | modifier le code]

L'origine du nom de la ville vient du mot Soren, qui signifie "océan profond et houleux" en langue Biak. Le nom était d'abord utilisé par le peuple Biak-Numfor, nomades de la mer qui se sont établis sur les Îles Raja Ampat. Lorsque ceux-ci arrivèrent sur un lieu appelé "Daratan Maladum", ils le baptisèrent Soren. Après des siècles de contacts avec des marchands Chinois, des missionnaires Européens et des peuples des Moluques et de Sangihe-Talaud, le nom a évolué en Sorong[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le Nagarakertagama, un poème épique écrit en 1365 dans le royaume javanais de Majapahit, mentionne « Sorong » parmi les quelque cent « contrées tributaires » du royaume. En réalité, le territoire contrôlé par Majapahit ne s'étendait que sur une partie de l'est et du centre de Java. Les contrées tributaires étaient en fait des comptoirs formant un réseau commercial dont Majapahit était le centre. Majapahit y envoyait des dignitaires dont le rôle était de s'assurer que ces comptoirs ne s'adonnaient pas à un commerce privé qui échapperait au royaume.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]