Sorbey (Meuse)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sorbey.
Sorbey
Sorbey (Meuse)
Mairie
Blason de Sorbey
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Meuse
Arrondissement Verdun
Canton Bouligny
Intercommunalité Communauté de communes du pays de Spincourt
Maire
Mandat
Évelyne Griffon
2014-2020
Code postal 55230
Code commune 55495
Démographie
Population
municipale
263 hab. (2015 en augmentation de 12,39 % par rapport à 2010)
Densité 21 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 23′ 50″ nord, 5° 34′ 43″ est
Altitude Min. 213 m
Max. 322 m
Superficie 12,64 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Meuse

Voir sur la carte administrative de la Meuse
City locator 14.svg
Sorbey

Géolocalisation sur la carte : Meuse

Voir sur la carte topographique de la Meuse
City locator 14.svg
Sorbey

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Sorbey

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Sorbey

Sorbey est une commune du département de la Meuse, dans la région Grand Est, en France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Entrée de Sorbey

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Armoiries Sorbey (inexactes) sur le gisant de Jean de Lavaulx, mort en 1586, dans l'église de Vrécourt (Vosges)
Armoiries Sorbey dans l'église de Vrécourt (Vosges)

La maison de nom et d'armes de Sorbey est d'ancienne chevalerie. L'héraldiste du XVIIe siècle Matthieu Husson L'Escossois la fait remonter, mais sans en donner la date, à Thiébault de Sorbey, chevalier.

Cette seigneurie fut transmise par Jeanne de Sorbey à la maison de Lavaulx par son mariage avec Wary de Lavaulx. Jean de Lavaulx, son fils, n'eut qu'une fille, Marie, qui en hérita et s'unit avec Guillaume de Croix, fils de Tassinet de Croix et de Jeanne des Armoises, dont Thomas, dont Louis qui vendit cette terre a Arnould de Gorcy, rachetée par Jean de Croix pour en avantager les sieurs de La Fontaine et de L'Escamoussier. La Maison de Sorbey était éteinte au XVIIe siècle. On en compte plusieurs branches ou Maisons distincte, toutes de l'ancienne chevalerie et qui suivent[1].

  • 1371 : Jean de Sorbey barisien, est tué avec plusieurs chevaliers, Jean de Salm le jeune, Humbert de Bauffremont sire de Bulgnéville, Raoul de la Tour en Ardennes, lors d'une guerre privée entre Robert de Hervilley soldoyer de la cité de Metz et Jean de Mars à la bataille de Ligny, le 22 août 1371[2].
  • 1340 : Parmi les vassaux du duc Jean III de Brabant, se trouvait le chevalier Thiébaut de Sorbey, que le duc s'était attaché par le don d'une rente annuelle de 30 livres, en échange de laquelle Thiébaut devait lui rendre certain service féodal : c'est ce que nous apprend une charte du 31 mars 1340 (n. st.) (1), par laquelle Theobaldus de Sorbe, miles, reconnaît avoir reçu du duc Jean, à Bruxelles, par l'entremise de sire Herman van Os et de Jean de Meldert, 60 livres de tournois noirs, que le duc lui devait pour deux termes annuels de sa rente.

Le duc ou ses successeurs pouvaient racheter cette rente par 300 livres de noirs tournois (un gros tournois compté pour 16 deniers) ; seulement, après le rachat, Thiébaut ou ses héritiers devaient assigner sur leur franc-alleu au duc ou à ses successeurs trente livrées de terre à noirs tournois, qu'ils devaient tenir perpétuellement en foi et hommage de ces derniers.

Or, ce rachat eut lieu en 1365 : eut effet, le 25 janvier 1365, Bastien et Jean de Sorbey, écuyers, fils de Thiébaut, reconnaissent avoir reçu de Wenceslas et Jeanne, duc et duchesse de Luxembourg et de Brabant, pour le rachat des 30 livrées de terre, une somme de 300 livres tournois ; ils assignent en conséquence à ces princes et à leurs successeurs, ducs de Brabant, tout ce qu'ils possèdent « en le ville et on finaige de Sorbey » et le reprennent et relèvent en fief et en hommage aux ducs. Eux, leurs hoirs et successeurs devront toujours tenir ces biens des ducs de Brabant, héréditairement, et ils s'engagent à « leur faire service et autre redevableteit appartenant a teil fief selon l'usage de Brabant, sous l'obligation de tous leurs autres biens meubles et immeubles, présents et à venir ».

Seulement, avant le rachat, Bastien et Jean de Sorbey avaient dû prouver qu'ils possédaient réellement sur le territoire de Sorbey, en franc-alleu, des revenus s'élevant à 30 livres de vieux tournois par an. Cette preuve avait été faite le 30 décembre précédent (1364), ainsi que le montre l'acte dont l'analyse suit :

« Le 30 décembre 1364, Alexandre de Bettange, prévôt de Marville et de Saint-Mard, fait savoir que comme le duc de Luxembourg et de Brabant l'a délégué, par ses lettres scellées, pour aller, avec Bastien de Sorbey, fils de feu messire Thiébaut de Sorbey, et en prenant avec lui deux hommes de fief, faire une enquête sur 30 livrées de terre à vieux tournois (le vieux gros compté pour 16 d. t. courants), que Bastien doit démontrer être de son franc-alleu et doit assigner au duc, pour les tenir en fief et hommage du duché de Brabant perpétuellement, le dit Bastien l'a mené à Sorbey, avec, comme hommes de fief du château de Marville, Guillaume de la Ferté et Henri Poincignon. En sa présence et en celle des dits hommes de fief, Arnould Godart, Angerbel et Jean Martel, respectivement maire et échevins de Sorbey pour les deux seigneurs de Marville, Willemin Gaudechin, Gérardin li Chaurelier et Simonin li Boutemand, respectivement maire et échevins de Sorbey pour le dit Bastien, ainsi que plusieurs autres bonnes gens, jurés et sermentés de Sorbey, témoignent sous serment que Bastien tire annuellement et perpétuellement de son héritage, qui est un franc-alleu, en la dite ville de Sorbey, les revenus suivants :
6 1/2 reix et 7 frenchars de froment (le reix à 18 franchars), ce qui fait,
au prix de 2 sous tournois le frenchart, le vieux gros étant compté pour 10
deniers : 12 1. 8 s. t.
Avoine : 7 reix (à 18 frenchars), à 9 s. t. le reix et le gros
vieux compté pour 16 d. t., soit 63 s.t »[3].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1833 1862 Pierre Hilaire    
1862 1865 Jean-Charles Michel    
1865 1901 Louis Balde    
1902 1909 Auguste Herman    
1909 1919 Olivier Balde    
1920 1925 Louis Pierret    
1925 1929 Abbé Joffin    
1929 1931 Constant Lambinet    
1931 1935 Achille Naudin    
1935 1939 Roland Naudin    
1939   Léon Pierret    
1940   Adolphe Lenoble    
1941 1944 Marcel Lorain    
1945 1946 Adolphe Lenoble    
1947 1977 André-Ernest Tourneur    
1977 1995 Maurice Jacques    
1995 mars 2014 Bernard Petit    
mars 2014 en cours Evelyne Griffon    

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[5].

En 2015, la commune comptait 263 habitants[Note 1], en augmentation de 12,39 % par rapport à 2010 (Meuse : -1,7 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
384 425 491 495 533 561 580 607 540
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
504 494 472 445 439 444 409 406 360
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
344 304 293 259 255 263 264 219 240
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
229 192 184 165 139 166 187 234 263
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église Saint-Martin, construite en 1862.
  • Fontaine.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique, logotype et devise[modifier | modifier le code]

Sorbey a donné son nom à une maison de nom et d'armes éteinte, qui portait : d'azur à un croissant montant d'argent surmonté d’une étoile de même[8].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (C. B. H-L.), Cayon
  2. Annales du Barrois, Servais
  3. Annales de l'Institut d'Archéologie du Luxembourg, tome 36, 1901
  4. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  8. Félix Liénard, Dictionnaire topographique du département de la Meuse, 1872