Sophie Tal Men

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Sophie Tal Men, née en 1980, est une romancière française, considérée comme l'une des figures du roman populaire français du XXIe siècle.

Sophie Tal Men est le nom de plume de Sophie Ory, neurologue à l'hôpital du Scorff à Lorient.

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille et formation[modifier | modifier le code]

Sophie Tal Men, née en 1980[1], est le nom de plume de Sophie Ory, neurologue à l'hôpital du Scorff à Lorient[2],[3].

Elle est la fille d'une kinésithérapeute et d'un médecin généraliste de campagne, son grand-père dirigeait un sanatorium. Très intéressée par les Lettres durant ses études secondaires au lycée Chateaubriand de Rennes, elle s'oriente vers khâgne et hypokhâgne mais hésite avec les études de médecine. Elle préfère alors suivre la recommandation de son père « Mon père, Patrick Ory, m’a seulement dit qu’il n’y avait pas de médecine par loisirs ». Elle intègre la faculté de médecine de l'université de Rennes 1 et termine première des bizuts au concours de première année : « Je me suis donné tous les moyens, je ne faisais rien d’autre ». Comme spécialité, elle s'oriente vers la neurologie : « la spécialité la plus littéraire. Cela a trait avec le cerveau. Tout est en lien avec les sens, les émotions. Il y a une base théorique des plus complexes » dit-elle[4]. Neurologue à Lorient, elle travaille avec l'université de Rennes 2 et publie dans les revues Journal of the Neurological Sciences (en)[5] et Journal of Neuropsychology (en)[6].

Mariée à un médecin[7], elle est mère de trois enfants[4].

Les deux romancières Sophie Tal Men et Aurélie Valognes sont belles-sœurs, ayant les mêmes beaux-parents[8].

Carrière d'écrivain[modifier | modifier le code]

En 2014, elle publie sur Amazon son premier roman, Les yeux couleur de pluie, roman repris par l'éditeur Albin Michel : il est vendu à plus de 100 000 exemplaires[9] et place son auteur en « tête d'affiches des plus grosses ventes »[10].

Elle publie ensuite un roman chaque année depuis 2016.

Elle est considérée comme l'une des « nouvelles papesses du roman populaire » aux côtés de sa propre belle-sœur Aurélie Valognes, d'Agnès Martin-Lugand, Raphaëlle Giordano, Agnès Ledig et de Virginie Grimaldi[11],[8].

Publications[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Sophie Tal Men - Biographie », sur le site du Livre de Poche (consulté le 23 mars 2020).
  2. Bertrand Le Néna, « Lettres bretonnes. Une belle romance de carabins. », sur le site du quotidien Le Télégramme, (consulté le 22 mars 2020).
  3. « Sophie Ory », sur le site des éditions éditions Albin Michel, (consulté le 22 mars 2020).
  4. a et b [http://www.ecrivainsdu56.bzh/T8-Tal%20Men.htm D'après l'article de Loïc Tissot, dans le quotidien Ouest France du .
  5. (en)Subjective emotional experience at different stages of Parkinson's disease, publication de Sophie Ory (en coll.), en 2011.
  6. (en)Pre-frontal-insular-cerebellar modifications correlate with disgust feeling blunting after subthalamic stimulation: A positron emission tomography study in Parkinson's disease, publication de Sophie Ory (en coll.), en 2015.
  7. Crinne Abjean, « Lettres bretonnes. Une belle romance de carabins. », sur le site du quotidien Le Télégramme, (consulté le 23 mars 2020).
  8. a et b Nathalie Dupuis, « Aurélie Valognes et Sophie Tal Men : les belles-sœurs devenues stars des librairies », sur le site du magazine Elle, (consulté le 22 mars 2020).
  9. « Sophie Tal Men », sur le site Babelio (consulté le 23 mars 2020).
  10. Lucas Bretonnier, « LE PARISIEN MAGAZINE. Livres : Des best-sellers jamais vus à la télé », sur le site du quotidien Le Parisien, (consulté le 22 mars 2020).
  11. Delphine Peras, « Feel good: ces auteures qui vous veulent du bien », sur le site du magazine L'Express, (consulté le 22 mars 2020).