Sophie Loizeau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Loizeau.
Sophie Loizeau
Sophie Loizeau par Adrienne Arth.tif
Sophie Loizeau par Adrienne Arth
Biographie
Naissance
Nationalité
Activités
Autres informations
Site web

Sophie Loizeau, née en 1966[1] à Versailles (Yvelines)[2], est une poétesse et une écrivaine française.

Biographie[modifier | modifier le code]

Sophie Loizeau est titulaire d'un DEA de lettres modernes[3]. Après avoir été enseignante, elle est aujourd'hui psychologue scolaire[4] à l'Éducation nationale.

Entre 2007 et 2009, elle fait partie de la commission poésie au Centre national du livre (CNL)[5].

Elle est membre du comité éditorial de la revue Formes poétiques contemporaines[6].

Regards sur l’œuvre[modifier | modifier le code]

Ses trois premiers livres, écrits entre 1998 et 2004 (Le Corps saisonnier, La Nue-bête, Environs du bouc ), affichent une sexualité jubilatoire. La présence de la nature, du fantastique et du mythologique y est forte.[7]

Les livres suivants (La Femme lit, Le Roman de Diane, Caudal), écrits entre 2004 et 2012, forment une trilogie autour du mythe de Diane (déesse de la chasse). En touchant à la langue des académiciens, qu’elle appelle souvent « pères », Sophie Loizeau bouleverse les conventions. Elle tâche seulement «de récupérer ce qui a sombré dans le grand tout masculin », et évite une sorte de sexisme linguistique. Cette expérience d’avant-garde qui débute avec La Femme lit, se poursuit en prose dans le Roman de Diane et se conclut avec Caudal, tente de donner une visibilité du féminin dans la langue[8].

Son recueil Ma maîtresse forme a fait partie de la sélection du prix des Découvreurs en 2018.

Sophie Loizeau à la foire du livre d'Helsinki en 2010.

Prix et bourses[modifier | modifier le code]

Elle a reçu la bourse Poncetton (supprimée en 2011) d'un montant de 1 500 [9] et le prix Georges Perros 2006 des Rencontres Poétiques Internationales de Saint-Malo[10] pour La Nue-bête, le prix Yvan Goll 2005[10] pour Environs du bouc, ainsi qu'une bourse du Centre national du livre de 6 600  en 2005[11] et de 7 000  en 2011[12].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Le Corps saisonnier, Chaillé-sous-les-Ormeaux, Le Dé bleu, (notice BnF no FRBNF37711847), édition bibliophilique numérotée enrichie de lithographies de Jacques Vimard, Éditions Barbova, 2009.
  • La Nue-bête, Chambéry, Comp'Act, (notice BnF no FRBNF39160868)
    Prix Georges Perros 2006.
  • Environs du bouc, Chambéry, Comp'Act, (notice BnF no FRBNF39917917)
    Avec une quatrième de couverture de Bernard Noël. Réédition en 2011 aux Éditions de L'Amandier, Paris, augmenté d'un entretien avec Pascal Quignard paru en octobre 2008 dans le n°5-6 de la revue Passages à l'Act (notice BnF no FRBNF42606899). Prix Yvan Goll en 2005.
  • George Sand, Daniel Arsand (suite), Céline Minard (suite) et Sophie Loizeau (suite), Albine Fiori : roman inachevé de George Sand ; avec trois suites de Daniel Arsand, Céline Minard, Sophie Loizeau, Chambéry, Éditions Comp’Act, (notice BnF no FRBNF40005551)
    Roman inachevé de George Sand avec 3 « suites ».
  • Sophie Loizeau et Claude Panier (frontispice), Anima mundi, Clamart, Les Cahiers de la Seine, (notice BnF no FRBNF42588580)
  • Bergamonstres, Chambéry, L’Act Mem, (notice BnF no FRBNF41193779)
    Nouvelle édition réunissant La Nue-bête et Environs du bouc.
  • La Femme lit, Paris, Flammarion, (notice BnF no FRBNF42017731)
    Ce livre a bénéficié d’une bourse du CNL en 2005.
  • Son appendice, caudal, Montluçon, Contre-allées, (notice BnF no FRBNF42290986)
    Réalisé dans le cadre du 6e festival de poésie contemporaine Poètes au potager.
  • Caudal, Paris, Flammarion,
    Ce livre a été publié avec une aide de 900 € du Centre national du livre[13].

En anthologies[modifier | modifier le code]

Des œuvres de Sophie Loizeau figurent également dans plusieurs anthologies, dont[14] :

Participations[modifier | modifier le code]

Théâtre et performances[modifier | modifier le code]

  • Un spectacle poétique : Le plus clair du temps je suis nue, mis en scène par Claude Guerre, créé à La Comédie de Reims en 2005 et repris à la Maison de la Poésie de Paris en 2008[15].
  • Écriture et chorégraphie : Pleine peau, textes écrits à partir d’un travail chorégraphique de Maria Donata d’Urso, créée au Cent Quatre à Paris en 2010[16].
  • Des lectures-performances à la Maison de la poésie de Paris, Arkhéon, mai 2011[17]. Conception : Wilfried Wendling / mise en scène : Sophie Loizeau.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. notice BnF no FRBNF42606899
  2. Notice d'autorité LCCN
  3. « 15 juin : Sophie Loizeau, la compagnie des revues », .evous, (consulté le 30 juin 2012)
  4. « Sophie Loizeau », Éditions de l'Amandier (consulté le 29 juin 2012)
  5. [PDF] Centre national du livre (CNL), « Rapport d'activité 2009 », sur centrenationaldulivre.fr, , p. 102
  6. « Formules », sur ieeff.org (consulté le 27 juin 2012)
  7. « Sophie Loizeau », France Culture,‎ (lire en ligne, consulté le 23 mars 2018)
  8. NG, « Sophie Loizeau - Le Printemps des Poètes », sur www.printempsdespoetes.com (consulté le 23 mars 2018)
  9. « 2 bourses Poncetton », SGDL (consulté le 30 juin 2012)
  10. a et b « Çà et là », Le Figaro,‎
  11. Bilan annuel des aides 2005, Centre national du livre, (lire en ligne)
  12. Bilan annuel des aides 2011, Centre national du livre (lire en ligne), p. 13
  13. http://www.centrenationaldulivre.fr/en/ressources/rapports_d_activites/
  14. « Sophie Loizeau », Maison des écrivains et de la littérature (consulté le 3 juillet 2012)
  15. « Le Plus clair du temps je suis nue », Théâtre contemporain (consulté le 30 juin 2012)
  16. « Pleine Peau », Concordanse, (consulté le 30 juin 2012)
  17. Joëlle Gayot, « Des femmes sur les plateaux », France Culture, (consulté le 30 juin 2012)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]