Sophie Herfort

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Sophie Herfort
Description de cette image, également commentée ci-après
Sophie Herfort, membre du jury au prix du Guesclin de l'Histoire 2012
Naissance (41 ans)
Mantes-la-Jolie (Yvelines)
Activité principale
Distinctions
Prix du Guesclin de l'Histoire 2011
Auteur
Langue d’écriture Français
Genres
Essais historiques

Sophie Herfort, née le à Mantes-la-Jolie[1], est une écrivaine et essayiste française. Elle est notamment connue pour son essai paru en 2007 consacré à Jack l'Éventreur, dans lequel elle affirme que le tueur en série (dont l'identité est restée une énigme de l'Histoire) serait Sir Melville Macnaghten, devenu par la suite chef du département d'enquêtes criminelles de Scotland Yard.

D'une manière générale, l'auteure se passionne pour la criminologie[1] et cherche à résoudre de grandes énigmes identitaires : après avoir cherché l'identité de Jack l'Éventreur, elle a publié en 2011 un essai cherchant à établir l'identité du modèle ayant permis à Léonard de Vinci de peindre La Joconde. Son premier roman, Club (2008), est quant à lui lié à la thématique du crime organisé[1].

Les thèses mises en avant par Sophie Herfort dans ses essais sont diversement appréciées, notamment pour leur aspect volontairement « polémique » (Jack l'Éventreur serait un très haut fonctionnaire de Scotland Yard, le modèle de La Joconde serait un amant du peintre). Certaines preuves avancées par l'auteure sont fortement critiquées par d'autres historiens, notamment par Bernard Oudin[2]. Bien que sa thèse relative à Jack l'Éventreur soit abondamment controversée, celle-ci a été exposée au prestigieux Museum of London Docklands de Londres en 2008. Sophie Herfort a par ailleurs reçu en 2011 le prix de l'histoire du Guesclin (prix spécial de la Mairie du 8e arrondissement de Paris), un titre honorifique obtenu pour son ouvrage Le Jocond, paru aux éditions Michel Lafon.

Biographie[modifier | modifier le code]

Sophie Herfort est diplômée en philosophie (licence à l'université Paris-VIII), Docteur en Sciences de l'Art et « formée à la psychopédagogie et à la neuropsychiatrie[1] ».

Dans son ouvrage Jack L'Éventreur démasqué (2007), l'auteure explique avoir commencé à s'intéresser à l'affaire « Jack l'Éventreur » à l'âge de onze ans (1988) en voyant un téléfilm réalisé par David Wickes intitulé Jack l'Éventreur, consacré aux meurtres de Whitechapel[3],[4]. Ayant publié son ouvrage de « ripperologie » à l'âge d'environ trente ans, l'auteure affirme avoir travaillé sur l'affaire pendant vingt ans. C'est a l'âge adulte qu'elle se rend aux Archives de Kew à Londres pour y mener des recherches archivistiques, cette fois plus abouties. Elle a alors accès aux rapports de police et correspondances dont les lettres adressées au "Cher patron" ("Dear boss" letters). Depuis, ses travaux ont été crédités par Michèle Agrapart-Delmas, psychologue, criminologue, expert judiciaire agréé par la Cour de cassation de Paris, et Daniel Perron, ancien commissaire divisionnaire Place Beauvau, ex-membre Interpol.

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Essais historiques
  • Jack L'Éventreur démasqué, éditions Tallandier, 2007, réédition Points Seuil, 2008
  • Le Jocond - Qui était vraiment Mona Lisa ?, éditions Michel Lafon, 2011
  • Les dossiers brûlants de l'Hôtel-Dieu, éditions Dorval, 2012
  • Louis II de Bavière et Wagner : une passion interdite?, éditions France Empire, 2013
Romans
  • Club, éditions Galodé - co. éd. Cherche-Midi, 2008
  • Tom Cool, éditions Terriciae, 2010
  • Jack l'Éventreur, Scotland Yard savait (adaptation de Jack L'Éventreur démasqué sous forme de comédie dramatique / pièce écrite pour le théâtre), Dorval éditions, 2012
  • Lily Corvett, Dorval éditions, 2012

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Sophie Herfort, Maison des écrivains et de la littérature
  2. Bernard Oudin, Les Masques de l'Histoire, Chapitre 3 : Les crimes de Jack l'Éventreur, édition de Fallois, 2011, pages 85-86
  3. Sophie Herfort, Jack L'Éventreur démasqué, Points (édition de poche), 2008, p.13
  4. (en) Jack l'Éventreur (1988) sur l’Internet Movie Database

Liens externes[modifier | modifier le code]