Sonya Yoncheva

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Sonya Yoncheva (bulgare : Соня Йончева, transcription[1] : Sonâ Jončeva) est une soprano bulgare née le (36 ans) à Plovdiv (Bulgarie).

Biographie[modifier | modifier le code]

Sonya Yoncheva étudie le piano et le chant à l'école nationale de musique de sa ville natale dans la classe de Nelly Koitcheva et fait ensuite un master de chant classique au Conservatoire de musique de Genève.

Elle a gagné de nombreux prix lors de concours nationaux en Bulgarie et a été finaliste de la compétition Enrico Caruso à Milan et semi-finaliste de la compétition Montserrat Caballé en Andorre. En 2003, elle prend part au concert de gala sous le patronage de Mirella Freni et Nicolai Ghiaurov au Teatro Dal Verme à Milan. Entre 2004 et 2007, elle est lauréate de la bourse Mosetti à Lausanne et de la fondation Hablitzel Bâle.

En 2005, Sonya Yoncheva chante le rôle d'Isabella dans L'inganno felice de Gioachino Rossini et celui du Coq et de la Chouette de l'opéra La Petite Renarde rusée de Leoš Janáček puis le rôle de Giunome dans Il ritorno d'Ulisse in patria de Claudio Monteverdi en 2006 et, en 2007, celui de Norina dans Don Pasquale de Gaetano Donizetti.

Elle débute en 2007, dans des lieux prestigieux, avec l'ensemble Les Arts Florissants dirigé par William Christie : le Lincoln Center de New York, le London Barbican Center, la Alte Oper de Francfort, le Palais des Beaux-Arts de Bruxelles, l’Auditorio Nacional de Madrid, la Cité de la musique à Paris, la Gulbenkian à Lisbonne et en 2008 dans la représentation de l’opéra baroque Les Indes Galantes de Jean-Philippe Rameau, donnée en version de concert au Théâtre national de Prague.

Dès lors, sa carrière est lancée et elle chante sous la direction de chefs d'orchestre comme Emmanuelle Haïm, Diego Fasolis, Marc Minkowski.

En 2011, elle chante Cléopâtre dans Giulio Cesare in Egitto, avec Christophe Dumaux (Cesar) et Dominique Visse (Tolomeo), puis dans Les Pêcheurs de perles à l'Opéra-Comique (direction Leo Hussain), Agrippina et L'incoronazione di Poppea à l'opéra de Lille (direction Emmanuelle Haïm, et les trois héroïnes des Contes d'Hoffmann sous la baguette de Marc Minkowski à la salle Pleyel.

Sonya Yoncheva a participé à plusieurs classes de maître dirigées par Edda Moser, Alain Garichot et Nathalie Stutzmann. Elle étudie actuellement avec Danielle Borst à Genève.

Récompenses[modifier | modifier le code]

  • 2007 : Prix des amis du festival d'Aix en Provence
  • 2010 : Premier Prix du Concours Operalia / Placido Domingo

Discographie[modifier | modifier le code]

  • 2016 : « Pergolesi : Stabat Mater » - Sonya Yoncheva (soprano) et Karine Deshayes (contralto) ; Amarillis : Héloïse Gaillard (flûte à bec), Violaine Cochard (clavecin & orgue positif), Alice Piérot (premier violon), Sandrine Dupé, Louis Créac'h (violons I), Olivier Briand, Diana Lee, Koji Yoda (violons II), Fanny Paccoud, Laurent Muller (altos), Annabelle Luis, Frédéric Baldassare (violoncelles), Gautier Blondel (contrebasse), Bruno Helstroffer (théorbe). (Sony classical 88985369642)[2]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Source[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]