Sonnets pour Hélène

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Sonnets pour Hélène
Informations générales
Auteur
Date
Type

Sonnets pour Hélène est un recueil de poèmes de Pierre de Ronsard paru en 1578.

Présentation[modifier | modifier le code]

Ce recueil est une commande de la reine Catherine de Médicis pour sa protégée et fille d'honneur, Hélène de Fonsèque (fille de René de Fonsèque, baron de Surgères, et d'Anne de Cossé), afin de la consoler de la perte de son amant à la guerre[1]. Ronsard entreprend de lui écrire un recueil de sonnets, sous la forme du madrigal, où il loue sa beauté et la compare avec la belle Hélène, héroïne de la guerre de Troie.

Une grande différence d'âge sépare Hélène de Ronsard qui est âgé de près de 45 ans lorsqu'ils se rencontrent. C'est la reine qui encourage Ronsard à courtiser Hélène par vers interposés. C'est une œuvre de maturité qui célèbre un amour platonique pour une belle qui reste indifférente[1]. Ronsard retrouve dans ces sonnets l'influence de Pétrarque avec la figure mythologique d'Hélène de Troie. Les sonnets les plus connus sont Quand vous serez bien vieille... et Te regardant assise....

Les Sonnets pour Hélène sont publiés en 1578 dans une nouvelle édition des Amours[2].

Poème[modifier | modifier le code]

Bien que le recueil comporte cent onze sonnets et quatre autres poèmes[3], l'un d'entre eux éclipse les autres par sa célébrité, au point d'être parfois pris pour l'unique "Sonnet pour Hélène". Il s'agit du quarante-deuxième sonnet du deuxième livre, souvent désigné par son premier vers.

Quand vous serez bien vieille, au soir, à la chandelle,
Assise auprès du feu, dévidant et filant,
Direz, chantant mes vers, en vous émerveillant :
« Ronsard me célébrait du temps que j'étais belle ! »

Lors, vous n'aurez servante oyant telle nouvelle,
Déjà sous le labeur à demi sommeillant,
Qui au bruit de Ronsard ne s'aille réveillant,
Bénissant votre nom de louange immortelle.

Je serai sous la terre, et, fantôme sans os,
Par les ombres myrteux je prendrai mon repos ;
Vous serez au foyer une vieille accroupie,

Regrettant mon amour et votre fier dédain.
Vivez, si m'en croyez, n'attendez à demain :
Cueillez dès aujourd'hui les roses de la vie.

Références latines et mythologiques[modifier | modifier le code]

Naissance de Vénus par Sandro Botticelli (1485).
Ombres myrteux

L'expression « ombres myrteux » possède plusieurs significations. Le myrte, qui est l'un des symboles de Vénus et par conséquent de la beauté, est un thème privilégié par Ronsard qui voit « d'un mauvais œil » l'arrivée du laurier comme nouveau symbole de l'amour au XVIe siècle[4]. Ce terme s'ajoute au mot « ombre », eidolon ou phantasma en grec (umbra, simulachrum pour les Latins). En mythologie, l'ombre n'était ni le corps ni l'âme, mais un état intermédiaire ayant la figure et la capacité du corps et qui lui servait comme une enveloppe lors de la descente aux enfers[5]. L'expression fait donc allusion à un endroit où les amants pourront se retrouver après leur mort.

La référence est le livre VI de l'Énéide (v. 442-444) de Virgile. Énée, descendu aux Enfers, voit les divers secteurs correspondant à divers types de morts. Les ombres de ceux qui sont morts d'amour sont dans un bois de myrte :

Hic, quos durus amor crudeli tabe peredit,

secreti celant calles et myrtea circum

silua tegit; curae non ipsa in morte relinquunt.

Voici ceux qu'un dur amour a rongés d'une langueur cruelle;

ils se cachent dans des chemins secrets, protégés de tous côtés

par une forêt de myrtes; même la mort ne les délivre pas de leurs soucis.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Michel Simonin, Pierre de Ronsard, Paris, Fayard, 1990.
  • Oliviert Pot, Inspiration et mélancolie dans les Amours de Ronsard, Genève, Droz, 1990.
  • André Gendre, Ronsard, poète de la conquête amoureuse, 1970.
  • Pierre Villey, Pierre de Ronsard : textes choisis et commentés, Paris, Plon, [6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Villey 1914, p. 279.
  2. Malcolm Smith, Sonnets pour Hélène, in Volume 167 de Textes littéraires français, 1998, p. 8.
  3. « Ronsard, Sonnets pour Hélène », sur www.etudes-litteraires.com (consulté le 3 mai 2019)
  4. Françoise Joukovsky, La gloire dans la poésie française et néolatine du 16e siècle: (des rhétoriqueurs à Agrippa d'Aubigné), Librairie Droz, (ISBN 9782600030243, lire en ligne)
  5. François Noël, Dictionnaire de la fable ou mythologie grecque, latine, égyptienne, Le Normant, (lire en ligne)
  6. https://archive.org/details/pierrederonsardt00ronsuoft/page/n5.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Aricles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]