Sonnac (Charente-Maritime)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sonnac.

Sonnac
Sonnac (Charente-Maritime)
La mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Charente-Maritime
Arrondissement Saint-Jean-d'Angély
Canton Matha
Intercommunalité Communauté de communes des Vals de Saintonge
Maire
Mandat
Laurent Bouille
2014-2020
Code postal 17160
Code commune 17428
Démographie
Gentilé Sonnacais
Population
municipale
516 hab. (2016 en diminution de 2,82 % par rapport à 2011)
Densité 30 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 50′ 25″ nord, 0° 16′ 15″ ouest
Altitude Min. 18 m
Max. 63 m
Superficie 17,12 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Charente-Maritime

Voir sur la carte administrative de la Charente-Maritime
City locator 14.svg
Sonnac

Géolocalisation sur la carte : Charente-Maritime

Voir sur la carte topographique de la Charente-Maritime
City locator 14.svg
Sonnac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Sonnac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Sonnac

Sonnac est une commune du Sud-Ouest de la France située dans le département de la Charente-Maritime (région Nouvelle-Aquitaine).

Ses habitants sont appelés les Sonnacais et Sonnacaises[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation et accès[modifier | modifier le code]

La commune n'est pas sur un axe routier important mais elle est reliée par des départementales à Matha et aux voies D 939 Matha-Angoulême et D 121 Matha-Cognac.

Hameaux et lieux-dits[modifier | modifier le code]

L'habitat se répartit entre le bourg de Sonnac et treize hameaux : Boissec, le Breuil, les Vignes, le Liboreau, le Chaillot, le Goulet, la Brandetterie, la Bonne Année, la Touche, Cornefou, la Métairie, la Fontaine et la Forêt[2].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Sonnac
Matha Haimps
Thors Sonnac Louzignac
Mons Bréville
(Charente)
Brie-sous-Matha

Sol et relief[modifier | modifier le code]

Le territoire forme une plaine vallonnée avec 98 % de terres agricoles à vignes en cru de Cognac des fins bois et à céréales[3].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La Soloire à Sonnac.

La Sonnoire ou Soloire, affluent rive droite de la Charente prend sa source sur le territoire de la commune de Sonnac.

Le Briou, affluent de l'Antenne passe dans la commune.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat y est océanique aquitain. Des tempêtes hivernales et des orages estivaux en émaillent le temps. Ainsi, une tornade de force EF2 frappa la commune le 16 septembre 2015.Cette tornade fit des degat au toiture et au vigne elle passa a environ 200metre du village de sonnac et passa au liboreau

Histoire[modifier | modifier le code]

Nous savons grâce à l'état des paroisses de 1686 que Sonnac comportait 182 feux et que les seigneurs en étaient « Dame Marie Amelot, dame de Cornefou, M. de Matha, M. de Pons et la dame de Lescurat ». Sont cultivés la vigne et les céréales. Suivant les années, la taille s'élevait entre 2 691 livres en 1680 et 1 950 livres en 1685 (« la gresle emporta tous les fruits »)[4].

Sur la commune de Sonnac, à la limite de celle de Louzignac, au point le plus haut (retenu au XXe siècle pour l’installation du château d’eau) fut construit un château féodal, celui de Cornefou.

En 1300, ce château appartenait à Pierre BOUCHARD, époux de Yolande de Rochefort, et sa construction devait être beaucoup plus ancienne car les Bouchard se présentaient comme descendants d'un écuyer de Charlemagne.

En 1406 Charles de Saint Gelais, épousa Yolande de Bouchard d’Aubeterre, descendante de Pierre Bouchard et devint Seigneur de Cornefou.

Les Saint Gelais prirent le nom de Saint Gelais de Lusignan après avoir fait reconnaître la maison de Lusignan dans leur ascendance, et dans leurs armoiries.

Le petit-fils de Charles, Alexandre de Lusignan de Saint Gelais épousa Jaquette de Lansac. Il était seigneur de Cornefou, Ambassadeur de François 1er et eut des charges importantes auprès de Louis XII et de François 1er dont il était intime.

Son fils, Louis de Saint Gelais de Lusignan naquit à Cornefou en 1513, et il fut dit qu’il était fils naturel de François 1er auquel il ressemblait  fort (voir son portrait et celui de François 1er, par l’atelier de François Clouet, dans les collections royales). Il eut un rôle très important auprès de Catherine de Médicis, et des rois successifs, ses enfants, jusqu'à Henri III qui le reçut parmi les chevaliers du saint Esprit. Il ne vécut pas à Cornefou qui ne vit plus la présence des seigneurs et tomba progressivement en ruines.

Son fils Guy de Saint Gelais de Lusignan, mort en 1622, perdit la seigneurie de Cornefou qui passa à Marie Amelot , dame de Pons, à laquelle Guy de Saint Gelais devait l'hommage-lige..

Marie Amelot fut la mère de Bernard de Beon Luxembourg

Bernard de Beon de Luxembourg, marquis, seigneur de Bouteville, Baron et seigneur de Cornefol  et de St Trojan, demeurant à Paris rue Geffroy, derrière l'Eglise St Gervais, vend Cornefou à Michel SUREAU, marchand drapier à St Jean d'Angely. Il tenait ces biens de Marie Amelot sa mère, veuve de Charles de Beon Luxembourg, et qui la tenait par adjudication sur saisie faite sur messire Guy de Lusignan, chevalier, seigneur de Lansac. La vente aurait été faite pour 40000 livres.

Les Sureau, Echevins de Saint Jean d’Angély, protestants, possédaient déjà le logis noble de « la Bonne Année », au pied de la Colline de Cornefou, sur les communes de Sonnac et d’Haimps  (reconstruite probablement en 1696 d'après les documents et la pierre retrouvée durant les années 1960 dans le portail). Cette demeure avait été vendue en 1669 par Pierre Dubreuil à Pierre Sureau négociant à St-Jean d'Angély.

Au bord du ruisseau la Rousille, un portail donnait accès à une cour, côté ferme, où se trouvait une fuye (pigeonnier) quadrangulaire, avec lanternon détruite vers 1980. Le logis à façade simple est animé par une porte Louis XIII encadrée de pilastres portant un fronton triangulaire. On devine aussi quelques appuis de fenêtres du XVIIe siècle. À l’intérieur, une salle de chasse dont les boiseries Louis XIV en noyer ont disparu. Une cheminée de pierre carrée de 4m50 de haut avec grosse moulure. Au-dessus, tablette et trumeau encadré de pilastres cannelés et portant en son milieu un grand médaillon ovale placé en largeur, orné d'un écusson, partie à 7 épis de blé 4 et 3, partie à trois petits pains 2 et 1. Deux lions pour support, et un casque taré de profil avec lambrequins.

La famille Sureau qui acheta le château voisin de Cornefou en 1714 le garda tout au long du 1XVIIe siècle.

En 2000, il ne subsiste du château que les assises du portail d'entrée ou l'on voit de chaque côté les bases des colonnes qui l'ornaient. 4 fragments des colonnes cannelées qui en proviennent sont dans le jardin intérieur d'une maison à La Touche, au pied de la colline. Il reste également le puits, très grand et très profond, ainsi que des bâtiments qui furent sans doute les communs, comme cela apparait dans le cadastre napoléonien de 1848.

Administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1971 2008 Maurice Thibaud    
2008 En cours Laurent Bouille   Professeur d'histoire-géographie
Les données manquantes sont à compléter.

En 2007 pour le second tour de l'élection présidentielle, sur les 401 électeurs inscrits sur les listes électorales, 12,97 % se sont abstenus, 52,79 % ont voté pour Nicolas Sarkozy et 47,21 % pour Ségolène Royal.

En 2005, Sonnac a voté à 61,98 % Non au référendum sur le projet de Constitution Européenne[5].

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[7].

En 2016, la commune comptait 516 habitants[Note 1], en diminution de 2,82 % par rapport à 2011 (Charente-Maritime : +2,64 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
8769231 0241 2071 2661 2651 2121 2101 234
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 2701 2851 2751 2101 1901 0911 0341 014960
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
960968910796683671686673696
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
705673671558536540529528536
2016 - - - - - - - -
516--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[9].)
Histogramme de l'évolution démographique

C'est la crise du phylloxéra qui va entrainer le début de la perte de population à la fin du XIXe siècle, et la baisse va continuer plus ou moins rapide durant tout le XXe siècle pour ne plus représenter que 42 % de son maximum en 1861.

Économie[modifier | modifier le code]

L'agriculture est la principale activité de la commune. Huit viticulteurs sont recensés[10]

Il y a un gite chambre d'hôtes.

Équipements et services[modifier | modifier le code]

L'école maternelle et l'école primaire sont un regroupement pédagogique avec la commune d’Haimps[2].

Il y a une maison de retraite.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

Église Saint-Étienne.

L'église Saint-Étienne a une façade de style roman avec des chapiteaux ornés de personnages et d'animaux. Son clocher octogonal à toit plat date du XVe siècle. Il repose sur quatre piliers à riche et profondes moulures datés de la même époque. La cloche, nommée Jeanne-Marie-Thérèse a été baptisée le 5 février 1899. À l'intérieur de l'église, le transept gauche est orné d'une très grande peinture sur toile curieuse et unique en son genre dans la région. Cette peinture représente à la fois le ciel, la terre et l'enfer, disposés devant, au-dessus et au-dessous d'un prêtre célébrant la messe.

L'autel, en bois doré, du XVIIIe siècle a été classé monument historique au titre d'objet le 27 février 1984 mais attribué à tort à Louzignac et réattribué à Sonnac par l'arrêté modificatif du 9 décembre 1988[11]

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

Les deux moulins de Sonnac et le moulin du Treuil sont sur le Briou.

Patrimoine environnemental[modifier | modifier le code]

La commune de Sonnac fait partie de deux sites Natura 2000 : la vallée de la Soloire à Sonnac est dans le site Natura 2000 vallée de la Charente entre Angoulême et Cognac et le linéaire du Briou est dans le site Natura 2000 vallée de l'Antenne

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]