Sonia Devillers

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sonia Devillers
Image dans Infobox.
Sonia Devillers en 2011, lors de la 1000e émission Service public
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activités
Père
Autres informations
A travaillé pour

Sonia Devillers, née le aux Lilas, est une journaliste, chroniqueuse et animatrice de radio, sur France Inter principalement, ayant l'économie, la culture et les médias comme sujets de prédilection.

Biographie[modifier | modifier le code]

Études[modifier | modifier le code]

Fille de l'architecte Christian Devillers, Sonia Devillers suit des études de lettres en classes préparatoires[1]. Elle suit ensuite des études de philosophie à l'université Paris-1 Panthéon-Sorbonne[2].

Elle consacre un mémoire de maitrise à la sculpture contemporaine selon Bergson et entame une thèse de doctorat, avant de quitter le monde universitaire pour embrasser la carrière de journaliste.

Parcours professionnel[modifier | modifier le code]

Issue d’une famille de sensibilité de gauche[3], elle entre en 1999 dans la rédaction du Figaro, journal classé à droite, d'abord aux pages « Culture », puis à la rubrique « Médias et communication » du Figaro Économie[4] où elle reste dix ans.

À partir de 2005, elle travaille parallèlement à la radio, et tient une chronique hebdomadaire dans l'émission Service public, animée par Isabelle Giordano , sur des sujets de consommation, d'économie et de société.

Elle propose également des chroniques économiques et des coups de cœur « culture » sur Le Mouv'[4].

La journaliste à l'Université de la Terre, en avril 2011.

En 2011, elle fait partie, avec Marie Colmant, André Manoukian ou encore Daniel Morin, de l'équipe de l'émission Les affranchis, réunis autour d'Isabelle Giordano, sur France Inter de 11 à 12 heures 30.

En 2012, sur Canal+, elle participe à la soirée consacrée à la diversité et tirée de la conférence TEDxConcorde[5].

Entre 2012 et 2014, elle anime puis produit Le grand bain sur France Inter, le samedi à 16 heures puis de h 10 à 10 h. Le magazine hebdomadaire est consacré aux médias et aux industries culturelles, et il nait du succès du Grand bain dans une version quotidienne, diffusée de 9 à 10 heures, deux étés consécutifs (2011 et 2012) sur France Inter. La version quotidienne est reconduite durant l’été 2013 et le magazine élargit son horizon, abordant non seulement des thèmes culturels mais aussi tous les grands sujets de société.

À partir de 2014, elle présente L'instant M sur France Inter[6], une émission quotidienne diffusée de h 40 à 10 h qui traite des médias et des nouveaux médias. L'émission est suivie par 965 000 auditeurs en moyenne[7].

À partir de 2018, elle est chroniqueuse dans le 7-9 de France Inter. Elle y propose son Édito M du lundi au jeudi à h 52 où elle décortique l'actualité médiatique[8].

En 2018, elle joue son propre rôle dans la websérie Sibyle et Guy, créée par Charline Vanhoenacker et Alex Vizorek, qui parodie Sibyle Veil et Guy Lagache, les patrons de Radio France[9].

Prise de positions[modifier | modifier le code]

En 2018, elle reproche à l'émission « L'Heure des pros » de Pascal Praud sur CNews d'avoir mis en place un « grand déversoir » de fake news et de théories du complot, déclarant : « ils se permettent tout désormais ! C’est inquiétant. » Elle estime qu'un « verrou vient de sauter », après que la chaîne a invité André Bercoff[10]. En 2019, elle critique à nouveau la chaîne CNews qui accueille Eric Zemmour[11]. En 2020, elle suggère notamment qu'une « réflexion “urgente” » soit menée sur, selon elle, la « droitisation des plateaux de chaînes d'info en continu », demandant que le temps de parole des éditorialistes invités soit comptabilisé, ce à quoi son invité, le président du CSA, lui répond que cela est déjà le cas en période électorale lorsqu'une personnalité prend parti pour un camp. Gilles-William Goldnadel et Eugénie Bastié réagissent sur Twitter aux propos de Sonia Devillers, notamment en mettant en cause la pluralité du média dans lequel elle travaille[12].

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]