Sonelgaz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant l’énergie image illustrant l’Algérie image illustrant une entreprise
Cet article est une ébauche concernant l’énergie, l’Algérie et une entreprise.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Sonelgaz
logo de Sonelgaz
Création 1969
Forme juridique Groupe
Siège social Drapeau d'Algérie 2, boulevard Krim Belkacem
Alger (Algérie)
Activité Énergie
Produits Gaz naturel, courtage, électricité
Filiales SPE, GRTE, GRTG, OS, SDA, SDC, SDE, SDO
Effectif 80 000 (2012)
Site web http://www.sonelgaz.dz
Bilan comptable 40 milliards d'euros

Sonelgaz, ou Société nationale de l'électricité et du gaz, est une compagnie chargée de la production, du transport et de la distribution de l'électricité et du gaz en Algérie.

Histoire[modifier | modifier le code]

Elle a été créée en 1969, en remplacement de l'entité précédente Électricité et gaz d'Algérie (EGA)[1], et on lui a donné un monopole de la distribution et de la vente de gaz naturel dans le pays, de même pour la production, la distribution, l'importation, et l'exportation d'électricité. En 2002, le décret présidentiel no 02-195, la convertit en une société par actions SPA entièrement détenue par l'État. En 2010, on parle de Groupe Sonelgaz.

En 2003, elle produisait 29 milliards de kilowattheures par an, vendait 4,6 milliards de mètres cubes de gaz par an. En 2006, elle employait environ 28 000 personnes. En 2002, la loi n° 02-01 du 5 février 2002 ouvre le secteur de la production d'énergie électrique à la concurrence et met fin à son monopole.

Identité visuelle (logo)[modifier | modifier le code]

Missions[modifier | modifier le code]

Organisation[modifier | modifier le code]

Groupe Sonelgaz Algerie

La Sonelgaz est organisé en groupe industriel constitué de 39 filiales et cinq sociétés en participation exerçant des métiers de bases, travaux, périphériques.

Parmi ces filiales :

  • la Société de production de l'électricité (SPE) ;
  • Sharikat Kahraba wa takat moutadjadida (SKTM) ;
  • la Société de l’engineering de l’électricité et du gaz (CEEG) ;
  • la Société de gestion du réseau de transport de l'électricité (GRTE) ;
  • la Société de gestion du réseau de transport gaz (GRTG) ;
  • l'Opérateur système électrique (OS), chargée de la conduite du système de production et de transport de l'électricité ;
  • la Société de distribution de l'électricité et du gaz d'Alger (SDA) ;
  • la Société de distribution de l'électricité et du gaz du Centre (SDC) ;
  • la Société distribution de l'électricité et du gaz de l'Est (SDE) ;
  • la Société de distribution de l'électricité et du gaz de l'Ouest (SDO).

Il y a aussi Kahrif, Kahrakib, Etterkib, Inerga et Kanaghaz, qui sont spécialisées dans le domaine de la réalisation des infrastructures énergétiques (engineering, montage industriel, réalisation de réseaux…).

Sonelgaz et General Electric[modifier | modifier le code]

En , Sonelgaz achète neuf centrales électrique à General Electric pour un montant de 2,7 milliards de dollars[2]. La puissance totale de six de ces centrales est de plus de 8 000 mégawatts, permettant d'augmenter la capacité de production de l'Algérie en électricité de 70 %[2]. Un partenariat entre les deux groupes est prévu dans le cadre de ce contrat pour la fabrication en Algérie d'équipements de production d'électricité[2].

Le , Sonelgaz et General Electric ont signé un accord de partenariat à long terme pour la construction d'un complexe industriel en Algérie[3],[4]. Celui-ci aura une capacité de fabrication de matériel de production d'électricité (turbines à gaz, turbines à vapeur, alternateurs et systèmes de contrôle-commande) représentant 2 000 MW par an[3],[4],[5]. Le complexe permettra également de créer environ un millier d'emplois directs sur le territoire de Ain Yagout dans la wilaya de Batna[3],[4],[6]. La première pierre a été posée en [5]. Le projet est lancé au deuxième semestre de 2016 et devrait être opérationnel en 2017[5],[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Arnaud Berthonnet, « L'industrie électrique en Algérie : le rôle des sociétés électriques et plus particulièrement d'EGA à partir de 1947 », Outre-mers, vol. 89, no 334-335,‎ , p. 331-352 (lire en ligne).
  2. a, b et c Lélia de Matharel, « General Electric décroche un contrat géant de 2,7 milliards de dollars en Algérie », sur usinenouvelle.com, L'Usine nouvelle,‎ (consulté le 8 juin 2016).
  3. a, b et c Lyes Mechti, « Partenariat Sonelgaz-General Electric – Un nouveau complexe de production de turbines en 2017 », sur algeria-watch.org, El Watan,‎ (consulté le 8 juin 2016).
  4. a, b et c « Batna : 1 000 emplois créés par le partenariat Sonelgaz-General Electric », sur algerie-focus.com,‎ (consulté le 8 juin 2016).
  5. a, b et c « Partenariat Sonelgaz - General Electric : projet de construction du complexe de fabrication de turbines en Algérie », sur portail.cder.dz, Portail algérien des énergies renouvelables,‎ (consulté le 8 juin 2016).
  6. « Sonelgaz et General Electric signent un accord de partenariat à long terme pour la réalisation d’un complexe industriel en Algérie », sur genewsroom.com, General Electric,‎ (consulté le 8 juin 2016).
  7. Abdelmadjid Benyahia, « Batna : lancement du projet du complexe industriel de la General Electric à Ain-Yagout », sur lematindz.net, Le Matin d'Algérie,‎ (consulté le 8 juin 2016).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]