Soncourt-sur-Marne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Soncourt-sur-Marne
Image illustrative de l'article Soncourt-sur-Marne
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Champagne-Ardenne
Département Haute-Marne
Arrondissement Chaumont
Canton Bologne
Intercommunalité Communauté de communes du Bassin de Bologne Vignory et Froncles
Maire
Mandat
Jacky Rubini
2014-2020
(1 an, 0 mois et 1 jour)
Code postal 52320
Code commune 52480
Démographie
Gentilé Soncourtois, Soncourtoises
Population
municipale
406 hab. (2012)
Densité 30 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 15′ 12″ N 5° 06′ 54″ E / 48.2533333333, 5.11548° 15′ 12″ Nord 5° 06′ 54″ Est / 48.2533333333, 5.115  
Altitude Min. 222 m – Max. 391 m
Superficie 13,63 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Soncourt-sur-Marne

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Soncourt-sur-Marne

Soncourt-sur-Marne est une commune française, située dans le département de la Haute-Marne en région Champagne-Ardenne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le village se trouve sur la rive gauche de la Marne.

L'ouest et le nord de Soncourt sont occupés par des collines boisées. De l'ouest coule le ruisseau de l'Abbaye, formant un vallon entouré de champs et de coteaux, le ruisseau traverse le village d'ouest en est pour se jeter dans la Marne. L'extrémité du vallon est occupé par la ferme dite de l'Abbaye.

Le côté sud du village s'ouvre sur la vallée de la Marne, en direction du village de Vraincourt. À l'est s'étendent des prairies traversées par la Marne et le canal de la Marne à la Saône.

Quelques habitations isolées jalonnent le territoire communal : la ferme de l'Abbaye, la ferme du Champ de la Grange, le Charmont, la maison Calvès.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'histoire de Soncourt est liée à celle du village de Vignory, situé à 3 km au nord. Le démembrement de l'empire de Charlemagne en 843 amène un seigneur à s'emparer du territoire de Vignory où il se fait bâtir un château fort. Jusqu'au XVIIIe siècle, Soncourt sera alors une dépendance de la seigneurie de Vignory.

Dès 1050 il est fait mention dans diverses archives de Secundi Curtis, de Suncort à l'époque de Philippe Auguste, de Suncurt puis Soncor à l'époque de saint Louis

Vers 1220, Gauthier Ier, seigneur de Vignory de 1191 à 1229, offre aux religieux du Val des Choux le vallon dit de Dame Richier, sur le territoire de l'actuelle commune de Soncourt sur Marne. Ces religieux y fondent le prieuré de Lagenevroie, ou La Genevroye, du nom des nombreux genévriers qui couvrent les pentes des collines entourant le vallon.

L'église de Saint-Hilaire, bâtie à la limite nord du village semble être l'un des plus anciens lieux de culte chrétien de la région. Elle était utilisée par les villageois de Vignory, Soncourt et Vouécourt. Vignory est la première à s'en séparer au Xe siècle, puis ce sera Soncourt, qui consacre son église Saint-Martin en 1245.

En 1358, l'abbé Lorrain, du prieuré de Lagenevroie, rapporte dans sa chronique que le seigneur de Bulgnéville assiège puis prend le château de Vignory. À cette occasion le village de Soncourt est pillé et incendié, ses habitants pourchassés et rançonnés, le prieuré et l'église furent également la proie des flammes.

À partir du XIVe siècle, la seigneurie de Vignory passe successivement à plusieurs maisons, au gré des alliances et des héritages, et elle est érigée en comté en 1559 sous les de Lenoncourt.

Après que l'Assemblée Nationale ait décidé la vente des biens ecclésiastiques, le prieuré de La Genevroye est vendu en 1790 et les religieux quittent le site. Soncourt sur Marne devint une commune à la suite de la loi du 14 décembre 1789.

Pendant très longtemps, la commune était rattachée politiquement au canton de Vignory par son histoire, mais suite à un redécoupage cantonal défini par le décret no 2014-163 du 17 février 2014, la commune devient rattachée au canton de Bologne à partir des élections départementales de 2015.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Vie politique locale[modifier | modifier le code]

Le maire actuel, Jacky Rubini, préside le conseil municipal. Le nombre d'habitants de la commune étant compris entre 100 et 500, le nombre de membres du conseil municipal est de 11. Les actuels premier adjoint et deuxième adjoint sont respectivement Arlette Baussmayer et Didier Jolly.

La commune de Soncourt-sur-Marne est rattachée administrativement à l’arrondissement de Chaumont et politiquement au canton de Bologne représenté par le conseiller général Denis Maillot (PS) et à la deuxième circonscription de Haute-Marne représentée par le député François Cornut-Gentille (UMP).

La commune de Soncourt-sur-Marne est membre de la Communauté de communes du bassin de Bologne Vignory et Froncles qui regroupe 22 communes.

Comptes de la commune[modifier | modifier le code]

En 2013, la commune disposait d'un budget de 265 000€ dont 233 000€ de fonctionnement et 32 000€ d'investissement, financés à 34,33% par les impôts locaux avec des taux d'imposition fixés à 17,17% pour la taxe d'habitation, à 22,44% pour la taxe foncière sur le bâti et à 35,62% sur le non - bâti. Cette même année, la dette cumulée de la commune s'élevait à 49 000€, soit 118€ par habitant.

Les années précédentes, la dette cumulée s'élevait :

• à 49 000€ en 2013, soit 118€ par habitant.

• à 65 000€ en 2012, soit 155€ par habitant.

• à 80 000€ en 2011, soit 188€ par habitant.

• à 88 000€ en 2010, soit 210€ par habitant.

• à 102 000€ en 2009, soit 246€ par habitant.

• à 116 000€ en 2008, soit 336€ par habitant.

• à 122 000€ en 2007, soit 354€ par habitant.

• à 134 000€ en 2006, soit 390€ par habitant.

• à 146 000€ en 2005, soit 424€ par habitant.

• à 73 000€ en 2004, soit 213€ par habitant.

• à 78 000€ en 2003, soit 227€ par habitant.

• à 85 000€ en 2002, soit 245€ par habitant.

• à 40 000€ en 2001, soit 116€ par habitant.

• à 42 000€ en 2000, soit 123€ par habitant.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
10 mai 1912 5 décembre 1919
(7 ans, 6 mois et 25 jours)
Abel Remy SE  
5 décembre 1919 8 mai 1925
(5 ans, 5 mois et 3 jours)
Abel Remy SE  
8 mai 1925 10 mai 1929
(4 ans, 0 mois et 2 jours)
Jules Roux SE  
10 mai 1929 10 mai 1935
(6 ans, 0 mois et 0 jour)
Jules Roux SE  
10 mai 1935 1940 (démission)
(4 ans, 6 mois et 20 jours)
Jules Roux SE  
1940 11 mai 1945
(5 ans, 5 mois et 11 jours)
Émile Bigey (intérim) SE  
11 mai 1945 24 octobre 1947
(2 ans, 5 mois et 13 jours)
Jules Roux SE  
24 octobre 1947 1 mai 1953
(5 ans, 6 mois et 7 jours)
Paul Marangé SE  
1 mai 1953 1958 (démission)
(4 ans, 6 mois et 29 jours)
Paul Marangé SE  
1958 13 mars 1959
(1 an, 3 mois et 13 jours)
Fabien Caussin SE  
13 mars 1959 19 mars 1965
(6 ans, 0 mois et 6 jours)
Martial Adnot SE  
19 mars 1965 1967 (démission)
(1 an, 8 mois et 11 jours)
Henri Duchêne SE  
1967 19 mars 1971
(4 ans, 3 mois et 19 jours)
Hubert Massard SE  
19 mars 1971 18 mars 1977
(5 ans, 11 mois et 27 jours)
Hubert Massard SE  
18 mars 1977 1981 (démission)
(3 ans, 8 mois et 12 jours)
Daniel Privet SE  
1981 11 mars 1983
(2 ans, 3 mois et 11 jours)
Georges Husset SE  
11 mars 1983 17 mars 1989
(6 ans, 0 mois et 6 jours)
Georges Husset SE  
17 mars 1989 16 juin 1995
(6 ans, 2 mois et 30 jours)
Jean-François Meylan RPR Enseignant des Sciences de la vie et de la Terre
16 juin 1995 16 mars 2001
(5 ans, 9 mois et 0 jour)
Jean-François Meylan RPR Enseignant des Sciences de la vie et de la Terre
16 mars 2001 14 mars 2008
(6 ans, 11 mois et 26 jours)
Michel Ménétrier SE Cadre commercial
14 mars 2008 juin 2010 (démission)
(2 ans, 2 mois et 17 jours)
Jean-François Meylan UMP Enseignant des Sciences de la vie et de la Terre
septembre 2010 décembre 2011 (démission)
(1 an, 3 mois et 0 jour)
Jean-Éric Lahoreau SE Ancien directeur général adjoint des services de la ville de Chaumont
10 février 2012 28 mars 2014
(2 ans, 1 mois et 18 jours)
Ghislaine Perrin SE Retraitée
28 mars 2014
(1 an, 0 mois et 1 jour)
en cours Jacky Rubini SE Retraité

Tendances et résultats politiques[modifier | modifier le code]

En analysant les résultats électoraux de Soncourt-sur-Marne, on peut constater une tendance au vote à droite des électeurs de la commune avec quasiment que des victoires systématiques des candidats de l'UMP aux élections majeures.

Élections présidentielles, résultats des deuxièmes tours[modifier | modifier le code]

Élections législatives, résultats des deuxièmes tours[modifier | modifier le code]

Élections régionales, résultats des deuxièmes tours[modifier | modifier le code]

Élections européennes[modifier | modifier le code]

Référendums[modifier | modifier le code]

  • Le référendum de 1992 où la question posée était « Approuvez-vous le projet de loi soumis au peuple français par le Président de la République autorisant la ratification du traité sur l'Union Européenne ? » : 56,60% de NON, 43,40% de OUI, 78,91% de participation.
  • Le référendum de 2000 où la question posée était « Approuvez-vous le projet de loi constitutionnelle fixant la durée du mandat du Président de la République à cinq ans ? » : 72,46% de OUI, 27,54% de NON, 31,49% de participation.
  • Le référendum de 2005 où la question posée était « Approuvez-vous le projet de loi qui autorise la ratification du traité établissant une Constitution pour l'Europe ? » : 63,13% de NON, 36,87% de OUI, 70,69% de participation.

Élections départementales (cantonales), résultats des deuxièmes tours[modifier | modifier le code]

  • Élections cantonales de 2004 (seulement le 1er tour) : 58,50% pour Denis Maillot (PS), 20,10% pour Michel Perrin (FN), 17,5% pour Guillaume Minel (UMP), 4% pour Jérôme Bourgoin (MoDem), 65,97% de participation.
  • Élections départementales de 2015 : % pour Brigitte Fischer Patriat et Nicolas Lacroix (UMP), % pour Aude Chatelain et Frédéric Fabre (FN), % pour Denis Maillot et Catherine Michel (PS), % de participation.

Élections municipales[modifier | modifier le code]

  • Élections municipales de 2008 : 211 voix pour Nicolas Thomas (85,43%), 209 voix pour Jacky Rubini (84,62%), 207 voix pour Jean-Éric Lahoreau (83,81%), 196 voix pour Christophe Duchêne (79,35%), 195 voix pour Blandine Vachet (78,95%), 194 voix pour Véronique Maire (78,54%), 191 voix pour Ghislaine Perrin (77,33%), 190 voix pour Benoît Baussmayer (76,92%), 184 voix pour Cyrille Parisse (74,49%), 159 voix pour Jean-François Meylan (64,37%), 159 voix pour Didier Jolly (64,37%) ; 84,41% de participation.
  • Élections municipales de 2014 : 172 voix pour Jacky Rubini (83,50%), 166 voix pour Dany Zyck (80,58%), 157 voix pour Fabien Cornu (76,21%), 153 voix pour Christelle De Castro (74,27%), 150 voix pour Alexandre Tonner (72,82%), 150 voix pour Christophe Bossu (72,82%), 149 voix pour Tony François (72,33%), 142 voix pour Sophie Remy (68,93%), 139 voix pour Arlette Baussmayer (67,48%), 137 voix pour Jérôme Voirin (66,50%), 119 voix pour Didier Jolly (57,77%) ; 75,89% de participation.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2012, la commune comptait 406 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
378 383 405 433 473 486 488 470 466
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
419 420 409 418 405 404 413 369 383
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
404 375 403 379 403 427 391 356 383
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2012
373 366 331 336 331 339 407 408 406
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Données économiques et taux de chômage[modifier | modifier le code]

Au dernier recensement de 2011, Soncourt-sur-Marne comptait 96,5% de résidences principales et 1,0% de résidences secondaires.

Le revenu fiscal net par foyer dans la commune était de 22 661€ en 2010.

Au 3ème trimestre de 2013, le taux de chômage dans la zone d’emploi de Chaumont - Langres à laquelle appartient Soncourt-sur-Marne était de 8,6 %.

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

La "fête du village" a lieu chaque année au mois de mai, où les habitants sont invités à un apértif-concert avec les Amis de la Musique de Bologne. L'association le "Club des Trois-Vingt" présidée par Édith Jolly organise tous les premiers dimanche d'août une brocante - vide-greniers. Pour chaque 13 et 14 juillet, la commune propose une distribution de lampions, un feu d'artifice puis une soirée dansante à la salle des fêtes, et le lendemain matin se déroule la Lyre Joyeuse accompagnée d'un vin d'honneur et d'un repas, et enfin différentes animations sont proposées l'après-midi. La commune comprend aussi en son sein d'autres associations telles que l'association du "Solex Soncourtois", qui propose en fin d'année une soirée Beaujolais et qui est présidée par Mickaël Teinturier, celle présidée par Régis Perrin : "Eurosolex", la société de pêche le "Brochet Soncourtois", présidée par Mathieu Caussin, et qui organise chaque année la Fête de la pêche à la Fontaine de l'Érable, la société de chasse des bois la "Diane Soncourtoise" dirigée par Laurent Piot, et enfin la société de chasse en plaine la "Saint-Hubert" présidée par Tony François.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La commune de Soncourt-sur-Marne a en son sein divers lieux tels la place communale, le monument aux morts, situé tout juste entre la place et l'église du village, la mairie et même la bibliothèque. Se trouve également à Soncourt-sur-Marne l'école maternelle entièrement rénovée et agrandie en 2013 et 2014, et à côté de laquelle on trouve désormais une micro-crèche depuis janvier 2013. La commune est aussi dotée d'un hébergement touristique depuis 2006 : une Habitation Légère de Loisirs (H.L.L) "Les Iris", qui a reçu le label 3 clés au niveau de Clévacances. Le conseil municipal décida de viabiliser le lotissement communal Porte-Joie de septembre à novembre 2003. Depuis 2006, chaque parcelle est occupée, et on retrouve juste à côté le terrain de jeux (tables de ping-pong, parcours pour vélo cross, jeux pour enfants,..). Sans compter qu'un nouvel hangar communal a été reconstruit en 2014. La commune compte aussi un circuit de randonnée de l'Abbaye de la Genevroye et une piste de décollage pour deltaplanes et parapentes, ainsi qu'un arrêt de bus SNCF Joinville - Chaumont avec aller/retour quotidien. De plus, 2014 fut marquée par la création d'une station de traitement des eaux usées par filtre avec plantation de roseaux.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Marie Calvès, artiste peintre française.

Nicolas Gosse, peintre, mort à Soncourt en 1878.

James Marangé, instituteur, et secrétaire général de la Fédération de l'Éducation Nationale (FEN) de 1966 à 1974.

Maurice Regnaut, écrivain, poète et traducteur, né le 23 janvier 1928 à Soncourt et mort le 12 juin 2006 à Corbeil-Essonnes.

Roger Masson, artiste peintre français, né à Doulaincourt le 6 octobre 1890, décédé le 4 février 1950.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011, 2012