Sonatine, mélodie mortelle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Sonatine, mélodie mortelle
Description de cette image, également commentée ci-après

Graffiti représentant Kitano dans une scène du film.

Titre original ソナチネ (Sonachine)
Réalisation Takeshi Kitano
Scénario Takeshi Kitano
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau du Japon Japon
Genre Drame
Durée 94 minutes
Sortie 1993

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Sonatine, mélodie mortelle (ソナチネ, Sonachine) est un film japonais écrit et réalisé par Takeshi Kitano, sorti en 1993.

Ce film a fait reconnaitre Kitano par le public occidental.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Murakawa, le bras droit du chef yakuza Kitakima, est appelé d'urgence afin de venir en aide au clan Nakamatsu en guerre contre Anan, un clan rival. Murakawa qui était sur le point de prendre sa retraite perd plusieurs hommes après un attentat à la bombe et une fusillade. Pour se protéger, il se réfugie sur Okinawa avec quelques hommes dans une maison au bord de la mer, le temps que les choses se calment.

Les tentatives de trêve entre les deux clans échouent. Un tueur finit par tuer le chef du clan Nakamatsu, puis se rend sur la plage et abat un homme de Murakawa. Murakawa découvre que son chef était allié depuis le début au clan Anan, et désirait éliminer le clan Nakamatsu. Désirant par la même occasion récupérer la part de Murakawa, il l'a envoyé s'allier avec le clan Nakamatsu. Murakawa apprend également qu'une rencontre entre son chef et le chef du clan Anan est prévue. Pour se venger, il s'y rend et tue les membres présents, puis se suicide.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Musique[modifier | modifier le code]

La bande originale du film a été composée par Joe Hisaishi en 1993.

Sortie et accueil[modifier | modifier le code]

Lors de sa sortie initiale au Japon, Sonatine, mélodie mortelle rencontre un échec commercial. Toutefois, il reçoit des critiques élogieuses en Europe quand il est projeté pour la première fois au Festival de Cannes en 1993[2]. Les raisons sont que Kitano n'était perçu que comme un comédien d'Owarai dans son pays natal et que le public n'était pas préparé, ni capable et à l'accepter comme crédible dans un personnage de gangster dans un film noir. Cependant, vu que Kitano n'était pas encore connu à l'étranger, le film a bénéficié de cette situation, notamment sur le marche européen.

Le producteur et éditeur reconnu Jean-Pierre Dionnet, cinéphile, raconta qu'une personne avait convaincu Alain Delon de visionner Sonatine en prétextant que Kitano était fan du Samouraï[3]. Pris de court, Delon dit du jeu de Kitano : « C’est quoi ÇA ? […], ce n’est pas un acteur […], il possède seulement 3 expressions faciales et en plus, il ne parle pratiquement pas »[3]. La réaction de l'acteur français est partagée par l'ensemble des professionnels autour de Dionnet, qui lui est frappé et intrigué devant ce nouveau genre de long-métrage[3]. Dionnet prend contact avec Shochiku, le distributeur japonais du film, afin d'acheter les droits d'exploitation de Sonatine, mais sa demande est rejetée[3]. Insistant pendant plusieurs mois, Dionnet découvre que Shochiku ne veut pas le sortir à l'étranger affirmant que le film est « trop Japonais », qu’il ne sera pas accepté, ni compris par le public occidental.

Mais il apprendra que le distributeur ne voulait pas vendre les droits de Sonatine à l'étranger en raison de l'échec du film sur le territoire japonais[3]. La Shochiku cèdera devant un Dionnet expliquant que le public français ne connait pas la carrière de Kitano et qu’il accepterait plus facilement de le voir sous les traits d’un personnage violent[3]. Dionnet acheta aussi les droits de Violent Cop, Jugatsu et Kids Return. En 1995, Sonatine est sélectionné au 13e Festival du film policier de Cognac, où il obtient le Prix de la Critique[4].

Sonatine sort le en France et totalise 37 402 entrées[5], puis est distribué aux États-Unis le , où il récolte 58 834 $ (soit 12 500 entrées)[6].

Récompenses[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]