Sonate pour piano nº 9 de Prokofiev

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la musique classique
Cet article est une ébauche concernant la musique classique.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

9ème Sonate pour piano
Opus 103
Image illustrative de l'article Sonate pour piano nº 9 de Prokofiev
Prokofiev et son épouse Mira

Genre Sonate
Nb. de mouvements 4
Musique Sergueï Prokofiev
Effectif Piano
Durée approximative ?
Dates de composition (1946-1947)
Dédicataire Sviatoslav Richter
Création
Interprètes Sviatoslav Richter

La Sonate pour piano nº 9 opus 103 en do majeur est une sonate de Serge Prokofiev. Composée en 1946-47, elle est dédiée au pianiste Sviatoslav Richter qui la créa le 21 avril 1951. Le compositeur déclara : « Ce sera votre sonate... mais ne vous attendez pas à une œuvre avec effets. Ce n'est pas destiné à frapper la grande salle du Conservatoire... ».

Analyse de l'œuvre[modifier | modifier le code]

Il s'agit d'une sonate en 4 mouvements :

  1. Allegretto
  2. Allegro strepitoso
  3. Andante tranquillo
  4. Allegro con brio ma non troppo presto


« Il me faisait part, confiait Mira Mendelssohn, de son désir d'une langue musicale simple et claire. Il y pensait depuis longtemps avec obstination et ces pensées l'agitaient profondément ; même lorsqu'il parlait de clarté et de simplicité, il disait toujours qu'il ne s'agissait pas de la « simplicité ancienne » consistant en la répétition de ce qui avait été déjà dit, mais d'une simplicité nouvelle, liée au sens nouveau de notre vie[1]. »

Toujours est-il qu'on peut s'interroger sur la signification de cette sonate ; non seulement, elle clôt la série des sonates, mais est la dernière partition pianistique du compositeur ; il s'agit de la plus calme des sonates, la plus simple : le nouveau ton, plus détendu, plus apaisé, plus limpide de Prokofiev peut être attribué au changement de caractère de l'homme vieillissant et malade qui a troqué l'énergie de sa jeunesse contre une attitude plus contemplative. Mais cette œuvre n'est-elle pas l'aboutissement de la simplicité nouvelle dont il était en quête depuis plusieurs années[2]?

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Souvenirs de Mira Mendelssohn, op. cit.
  2. (fr) Claude Samuel, Prokofiev, mai 1995, Seuil. (ISBN 2-02-024580-9)