Sonate pour piano nº 5 de Scriabine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la musique classique image illustrant la culture russe
Cet article est une ébauche concernant la musique classique et la culture russe.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Sonate pour piano nº 5
Opus 53
Image illustrative de l'article Sonate pour piano nº 5 de Scriabine
Page de couverture de l'une des premières éditions de la 5e sonate, 1910.

Genre Sonate
Nb. de mouvements 1
Musique Alexandre Scriabine
Effectif Piano
Durée approximative 10 minutes env.
Dates de composition 1907
Création
Moscou
Interprètes Mark Meitschik

La 5e sonate op. 53 est une sonate du pianiste et compositeur russe Alexandre Scriabine. Composée peu après son poème de l'extase en 1907, la 5e sonate ne comporte qu'un seul mouvement. Son exécution dure à peu près dix minutes. Scriabine rompt définitivement avec la forme classique de la sonate, et se trouve aux frontières de l'atonalisme, mettant en avant les harmonies, les couleurs et le rythme. Les glissements chromatiques, les envols, la frénésie sont très caractéristiques de Scriabine. L'œuvre est créée le à Moscou par le pianiste Mark Meitschik.

Composition[modifier | modifier le code]

Scriabine inclut à sa 5e sonate un épigraphe extrait de son Poème de l'Extase :

  • Texte original (russe)
Я к жизни призываю вас, скрытые стремленья!
Вы, утонувшие в темных глубинах
Духа творящего, вы, боязливые
Жизни зародыши, вам дерзновенье приношу!
  • Traduction française
Je vous appelle à la vie, ô forces mystérieuses !
Noyées dans les obscures profondeurs
De l’esprit créateur, craintives
Ébauches de vie, à vous j’apporte l’audace !
  • Traduction anglaise
I call you to life, oh mysterious forces!
Drowned in the obscure depths
Of the creative spirit, timid
Shadows of life, to you I bring audacity!

Analyse de l'œuvre[modifier | modifier le code]

Section Subdivision Extrait Mes. Description
Introduction 1
Mes. 1-3. Thème Allegro impetuoso. Toutes les notes appartiennent à une échelle diationique, mais la notion de tonalité n'est pas claire.
1-12 La sonate commence avec une introduction. La première partie consiste en un thème agité, marqué allegro-impetuoso-con stravaganza. It features trills and glissandos, and ends in an agitated ascending rush followed by a pause.
2
Mes. 13-24. Thème Languido. Toutes les harmonies tournent autour du fa dièse.
13-46 Suit un second thème mesure 13, marqué languido[1].
Exposition Premier thème
Mm. 47-53 and 68-69. Thème Presto con allegrezza.
47-95 Le premier thème, exposé mes. 47, est marqué presto con allegrezza. Il est en fa dièse majeur et est de forme binaire.
Transition
Mes. 96-99. Motifs Imperioso et sotto voce misterioso affanato.
Mes. 114-117. Motif Quasi tromba, écrit en mi bémol majeur.
96-119 La transition commence mes. 96 et consiste en des motifs de deux mesures.
Second thème
Mes. 120-124 et 134-135 : thème Meno vivo. Il apparaît pour la première fois comme un accord de dominante. Il revient plus tard sur une pédale de tonique.
120-139 Le second thème débute mesure 120. Marqué meno mosso, il est en si bémol majeur et de forme binaire.
Codetta
Mes. 140-148. Motif Allegro fantastico suivi par un thèmepresto tumultuoso esaltato.
140-165 La codetta commence mes. 140, interrompant alors le second thème. Il consiste en trois motifs : d'abord, un motif de 2 mesures marqué allegro fantastico, suivi par une idée plus longue, presto tumultuoso esaltato.
Développement 1
Mes. 166-171. Le thème languido est réutilisé mais transposé.
166-184 Le développement commence mes. 166 en présentant 17 mesures du thème languido transposé.
2
Mes. 185-197. Le premier thème interrompu quelque temps par le thème imperioso.
185-226
3
Mm. 227-230. Le passage dérive du thème presto tumultuoso esaltato.
Mm. 247-248 and 251-252. Le thème formé de trilles et le thème languido sont parodiés.
227-270 La prochaine section dérive du matériel de la coda et de l’Introduction. D’abord, le presto tumultuoso esaltato figure. Le thème formé de trilles apparaît brièvement(mm.247-250). Ensuite, le thème ayant été marqué languido est joué de façon espiègle (mm.251 ff.).
4
Mm. 271-273. Fragments provenant du thème meno mosso.
Mm. 281-284. Le meno mosso est interrompue par le allegro fantastico à deux reprises.
271-288 À la m. 271, des motifs du thème meno mosso reviennent. Il est d'abord montré partiellement à deux reprises. Ils sont interrompus deux fois par le thème allegro fantstico .
5
Mes. 289-293. Passage basé sur le thème allegro fantastico.
289-312
6 313-329
Conclusion 329-400 L'exposition (seconde moitié du premier thème, transition, second thème) est répété note par note et transposé une quinte plus bas.
Coda 401-457

Discographie[modifier | modifier le code]

Il s'agit de la sonate de Scriabine la plus enregistrée. Le pianiste russe Sviatoslav Richter dit qu'il s'agit d'une des œuvres les plus difficiles du répertoire avec la Valse-Mephisto n°1 de Liszt[2].

Parmi les nombreux pianistes ayant enregistré cette sonate : Alexei Sultanov, Vladimir Ashkenazy, Vladimir Horowitz, Sviatoslav Richter, Vladimir Sofronitsky, Michael Ponti, Samuil Feinberg, Glenn Gould, Marc-André Hamelin, Bernd Glemser, Igor Joukov...

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Scriabine a inscrit une double barre entre les mesures 46 et 47, ce qui indique une sépération nette entre ces deux sections.
  2. Richter - écrits et conversations, Bruno Monsaingeon, Actes Sud, 1998, (ISBN 2-7427-1981-4)