Somono

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Les Somonos sont un groupe de quelques dizaines de milliers de pêcheurs vivant autour du fleuve Niger au Mali. Ce sont des Bambaras. Ils en ont la plupart les coutumes. Ils ont adopté les règles coraniques, à la suite de leur conquête par les Toucouleurs d'El Hadj Oumar.

Leur langue, du même nom, est un dialecte du bambara.

Biton Coulibaly leur confia une flotte de guerre pour étendre son royaume au XVIIIe siècle.

Très habiles en poterie et en construction de pirogues, ils maitrisent aussi traditionnellement le travail du fer, qui les rend indispensables auprès des Bozos.

Étendus en principe de Bamako à Dioro, quelques-uns se sédentarisèrent à Conakry au début du XXe siècle. Ils ont contribué à l'introduction de la technique du filet dérivant en Casamance.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (de) Thomas Krings, Agrarwissen bäuerlicher Gruppen in Mali, Westafrika : standortgerechte Elemente in den Landnutzungssystemen der Senoufo, Bwa, Dogon und Somono, D. Reimer, Berlin, 1991, 301 p. (ISBN 3-496-00409-6)
  • (en) Mary Jo Arnoldi, « Sòmonò puppet masquerades in Kirango, Mali », in African Arts (Los Angeles), 34 (1) printemps 2001, p. 72-77
  • (en) David C. Conrad, Somono Bala of the Upper Niger : river people, charismatic bards, and mischievous music in a West African culture, Brill, Leiden, Boston, Köln, 2002, 160 p. (ISBN 90-04-12185-4)
  • Georges R. Celis et Yaya T.Coulibaly, Métallurgies traditionnelles du fer Sénoufo, Malinké et Somono, Côte d'Ivoire, Burkina-Faso et Mali, Musée royal de l'Afrique centrale, Tervuren, 2001, 192 p. (ISBN 90-75894-39-2)
  • Jacques Daget, « La pêche à Diafarabé : étude monographique », in Bulletin de l'Institut français d'Afrique noire, Série B, T. 18, nos 1-2, 1956
  • Paul Marty, « L'islam somono », in Études sur l'Islam et les tribus du Soudan, tome 4, E. Leroux, Paris, 1920, p. 47-62, disponible sur Gallica

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]