Sommet du G7 de 2018

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Sommet du G7 de 2018
Type Conférence diplomatique
Édition 44e
Localisation Drapeau du Canada Canada (La Malbaie),
Coordonnées 47° 37′ 14″ nord, 70° 08′ 44″ ouest
Date et
Participant(s) Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Drapeau du Canada Canada
Drapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau de la France France
Drapeau de l'Italie Italie
Drapeau du Japon Japon
Drapeau du Royaume-Uni Royaume-Uni
Europe Union européenne
+ Pays invités
Site web https://g7.gc.ca/fr/

Géolocalisation sur la carte : Québec

(Voir situation sur carte : Québec)
Sommet du G7 de 2018

Géolocalisation sur la carte : Canada

(Voir situation sur carte : Canada)
Sommet du G7 de 2018
Fairmont Le Manoir Richelieu.
Sommet du G7 de 2018.
Sommet du G7 de 2018.

Le sommet du G7 de 2018 a lieu les et au Manoir Richelieu, à La Malbaie, dans la région de Charlevoix, au Québec (Canada)[1].

Définition du G7[modifier | modifier le code]

Le sommet du G7 est un forum qui joue un rôle important dans la formulation de réponses mondiales aux défis planétaires, en complément de la coordination économique assurée par le G20. Il réunit les dirigeants du Canada, de la France, de l'Allemagne, de l'Italie, du Japon, du Royaume-Uni, des États-Unis et de l'Union européenne.

Membres Représenté par Fonction
Drapeau de l'Allemagne Allemagne Angela Merkel Chancelière fédérale
Drapeau du Canada Canada Justin Trudeau Premier ministre
Drapeau des États-Unis États-Unis Donald Trump Président
Drapeau de la France France Emmanuel Macron Président de la République
Drapeau de l'Italie Italie Giuseppe Conte Président du Conseil des ministres
Drapeau du Japon Japon Shinzō Abe Premier ministre
Drapeau du Royaume-Uni Royaume-Uni Theresa May Première ministre
Drapeau de l’Union européenne Union européenne Jean-Claude Juncker Président de la Commission
Donald Tusk Président du Conseil

Galerie des dirigeants participants[modifier | modifier le code]

Galerie des dirigeants invités[modifier | modifier le code]

Sécurité[modifier | modifier le code]

Plus de 2 000 soldats des forces armées canadiennes sont présents durant l'opération CADENCE. Des réservistes du 34e Groupe-brigade du Canada et du 35e Groupe-brigade du Canada sont présents dans deux zones. La principale zone de sécurité est la zone rouge autour du sommet au Manoir Richelieu et la zone verte plus large autour de la ville. Des CF-188 Hornet et des CH-146 sont disponibles en tout temps avec une collaboration conjointe du Commandement de la défense aérospatiale de l'Amérique du Nord (NORAD) et le Commandement des opérations interarmées du Canada (COIC). Les dignitaires arrivent à la Base des Forces canadiennes Bagotville puis sont héliportés vers le manoir à environ 100 kilomètres[2]. La ville de La Malbaie a une zone d'exclusivité aérienne de 20 kilomètres autour du manoir. Une zone avec un rayon de 55 kilomètres est à autorisation restreinte pour les vols urgents dans la région. Il y a plus de 8 000 policiers dont ceux de la Sûreté du Québec (SQ) et de la Gendarmerie royale du Canada (GRC). Il est interdit de naviguer autour du manoir et dans la région. La marine royale canadienne a d'ailleurs déployé des plongeurs spécialisés dans la neutralisation d'engins explosifs sous-marins[3]. Les drones civils auront une restriction de 55,5 kilomètres autour du manoir Richelieu[4]. Deux camps militaires des forces armées canadiennes ont été érigés pour la surveillance aérienne. Un camp à Saint-Roch-des-Aulnaies et un camp à Saint-André-de-Kamouraska[5]. L'armée a déployé deux radars tactiques AN/TPS-70 du 12e escadron (12 ER) de Bagotville.

La Division du Québec du Corps Canadien des Commissionnaires fut (en sus des organisations étatiques fédérales de sécurité et de protection impliquées) l'organisation non-étatique officielle à assurer la sécurité de l'organisation du Groupe des sept[6].

Coûts[modifier | modifier le code]

Les opérations militaires et civils autour du sommet du G7 de 2018 devraient coûter au bas mot 606 millions de dollars canadiens. Environ 259 millions de dollars pour les opérations de la GRC, 100 millions de dollars pour les affaires mondiales Canada, 35 millions de dollars pour la défense nationale du Canada, 99 millions de dollars pour la sécurité publique Canada et 68 millions de dollars pour Approvisionnement Canada et Services partagés Canada[7]. Plus de 3,8 millions de dollars ont été dépensé pour une clôture haute de trois mètres avec des caméras toutes les cinq mètres. Les clôtures seront installées autour du manoir Richelieu[8] C'est le groupe Laval Fortin (LFL) de la ville d'Alma qui a reçu le contrat de la clôture[9]. Les clôtures de la ville de Montréal utilisées lors de la Formule E seront utilisées dans la zone blanche, aussi surnommé la zone « de libre expression ». La ville de Montréal avait dépensé plus de 7,5 millions de dollars pour 1 500 murets de béton sous l'ancienne administration de Denis Coderre[10]. En plus des caméras sur la zone rouge, il y a des caméras près du pont et dans la côte de Bellevue. La GRC a acheté pour environ 12,5 millions de dollars, 157 véhicules chevrolet Suburban flambants neufs. Les véhicules de ce type sont généralement vendus entre 60 000 à 80 000 $ l'unité selon les modèles. Il faut rajouter à ce prix les technologies de la police qui seront greffés aux camions[11]. Le gouvernement a dépensé pour des tables, des tapis, des plantes, des rideaux en velours, des babillards, des poubelles, un bac de recyclage et des canapés style « lounge ». Le gouvernement a acheté 33 figuiers et 50 fougères de Boston[12]. Le gouvernement a réservé 12 000 chambres dans la région.

Manifestation[modifier | modifier le code]

Amnistie internationale et la Ligue des droits et libertés vont déployer une trentaine de personnes à titre d'observateurs. La SQ a autorisé la libre expression dans une zone blanche surnommé la « zone de libre expression », située à 1,5 kilomètre du Manoir Richelieu[13].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Le G7 à La Malbaie : un Sommet sous haute surveillance », sur radio-canada, (consulté le 21 mai 2018)
  2. « Le dispositif des Forces armées canadiennes pour le Sommet du G7 », sur 45enord.ca, (consulté le 21 mai 2018)
  3. « LA SÛRETÉ DU QUÉBEC AU SOMMET DU G7 DANS CHARLEVOIX », sur Sûreté du Québec (consulté le 21 mai 2018)
  4. « Périmètres de sécurité et restrictions », sur Gendarmerie royale du Canada, (consulté le 23 mai 2018)
  5. « Surveillance aérienne en vue du sommet du G7 », sur radio-canada, (consulté le 3 mai 2018)
  6. « 500 agents de sécurité recherchés pour le G7 », TVA Nouvelles, {{Article}} : paramètre « date » manquant (lire en ligne)
  7. « La grosse facture du G7 de la Malbaie », sur journaldemontreal, (consulté le 23 mai 2018)
  8. « La clôture du G7 bientôt installée autour du Manoir Richelieu », sur lcn, (consulté le 23 mai 2018)
  9. « La maison la mieux protégée au monde », sur lcn, (consulté le 23 mai 2018)
  10. « Sommet du G7: les clôtures de la Formule E bientôt installées », sur le soleil, (consulté le 23 mai 2018)
  11. « Sécurité au Sommet du G7: les Suburban excédentaires seront revendus », sur le soleil, (consulté le 6 juin 2018)
  12. « La liste d’épicerie du G7 », sur le soleil, (consulté le 6 juin 2018)
  13. « LA MALBAIE TRANSFORMÉE EN FORTERESSE », sur la presse, (consulté le 23 mai 2018)