Sommet de la zone euro

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Sommet de la zone euro
Carte de l'organisation
Situation
Création Première réunion : octobre 2008
Officialisation : octobre 2011
Siège Bâtiment Justus Lipsius (Bruxelles) (1974-2013)
Résidence Palace (Bruxelles) (après 2013)
Coordonnées 50° 50′ 29″ N, 4° 22′ 53″ E
Organisation
Membres 19 chefs d'État ou de gouvernement
Président Donald Tusk

Géolocalisation sur la carte : Belgique

(Voir situation sur carte : Belgique)
Sommet de la zone euro

Géolocalisation sur la carte : Europe

(Voir situation sur carte : Europe)
Sommet de la zone euro

Le sommet de la zone euro désigne la réunion des chefs d'État ou chefs de gouvernement des dix-neuf États membres de la zone euro, sous la tutelle du président du sommet de la zone euro. Il ne doit pas être confondu avec le Conseil européen qui est la rencontre des chefs d’État ou de gouvernement des vingt-huit États membres de l'Union européenne.

Origine[modifier | modifier le code]

Le sommet de la zone euro est une ramification de l'Eurogroupe (la réunion des ministres des Finances de la zone euro). Le président français Nicolas Sarkozy demanda que les sommets de la zone euro remplace l'Eurogroupe en tant que « gouvernement économique clairement identifié » pour la zone euro en ajoutant qu'il ne serait pas possible pour la zone euro de perdurer sans cela. Le gouvernement économique de la zone euro discuterait des problèmes avec la Banque centrale européenne, qui resterait, pour sa part, indépendante[1]. Sarkozy déclara que « seuls les chefs d’État et de gouvernement avait la légitimité démocratique nécessaire » pour ce rôle. L'idée des sommets de la zone euro est basé sur la rencontre des chefs d’État et de gouvernement des États membres de la zone euro en 2008 qui s'était réunis pour s'accorder sur une réponse coordonnée de la zone euro à la crise bancaire[2].

Ils se sont réunis pour la première fois sous forme de sommet en octobre 2008 en réponse à la crise de la dette. Des rencontres ultérieures eurent lieu en mai 2010, juin 2011 et octobre 2011. En octobre 2011, la décision fut prise de formaliser le sommet de la zone euro, qui doit se réunir au moins deux fois par an, via une nouvelle modification du traité. Un président du sommet de la zone euro, différent du président de l'Eurogroupe, serait élu en même temps que le président du Conseil européen et par la même méthode. Ce rôle fut confié à Herman Van Rompuy jusqu'à ce que l'élection ait lieu[3],[4]. Il fut finalement reconduit dans ces fonctions le [5].

Base juridique[modifier | modifier le code]

La base juridique des Sommets de la zone euro est l'article 12 du traité sur la stabilité, la coordination et la gouvernance au sein de l'Union économique et monétaire, signé à Bruxelles le 2 mars 2012, qui dispose à l'alinéa 1 que « les chefs d’État ou de gouvernement des parties prenantes dont la monnaie est l'euro se réunissent de manière informelle lors de sommets de la zone euro auxquels participent également le président de la commission européenne ».

Le 2e alinéa précise que les sommets de la zone euro sont organisés lorsque cela est nécessaire et au moins deux fois par an.

Membres[modifier | modifier le code]

Président[modifier | modifier le code]

Le premier président du sommet de la zone euro a été nommé le 1er mars 2012. Auparavant, la fonction avait été exercée par le président du Conseil européen. Cependant, en dépit de leur dissociation, les deux postes sont restés occupés par la même personne, Herman Van Rompuy.

Le 30 août 2014, lors du sommet du Conseil européen de Bruxelles, Donald Tusk a été désigné pour devenir le deuxième président de cette instance. Il a pris ses fonctions le 1er décembre 2014, et est devenu en même temps le deuxième président du sommet de la zone euro. L'accès à ce poste du ressortissant d'un pays, la Pologne, qui ne fait pas partie de la zone euro a posé problème. Finalement, la fonction a été considérée comme non représentative, ce qui a permis cette nomination[6][réf. incomplète]. La désignation d'un président polonais a pu être vue comme une forme d'apaisement des inquiétudes des États non-membres de la zone mais tenus d'y entrer dans les prochaines années, et comme un gage d'amélioration de la coordination entre États membres et non-membres[7]. Cependant cette extériorité du président a aussi été citée, s'ajoutant au cumul de la fonction avec la présidence du Conseil, en tant que facteur aggravant du manque de visibilité institutionnelle de la zone[8],[9].

Chefs d’États et de gouvernement[modifier | modifier le code]

Représentant Photo États membres Prise de fonction Parti européen
Merkel, AngelaAngela Merkel Angela Merkel - Juli 2010 - 3zu4 cropped.jpg Drapeau de l'Allemagne Allemagne Parti populaire européen
Kurz, SebastianSebastian Kurz Sebastian Kurz crop.jpg Drapeau de l'Autriche Autriche Parti populaire européen
Michel, CharlesCharles Michel Charles Michel UNDP 2010.jpg Drapeau de la Belgique Belgique Alliance des libéraux et des démocrates pour l'Europe
Anastasiádis, NíkosNíkos Anastasiádis ANASTASIADES Nicos.jpg Drapeau de Chypre Chypre Parti populaire européen
Sánchez, PedroPedro Sánchez Pedro Sánchez in 2018.jpg Drapeau de l'Espagne Espagne Parti socialiste européen
Ratas, JüriJüri Ratas RK Jüri Ratas.jpg Drapeau de l'Estonie Estonie Alliance des libéraux et des démocrates pour l'Europe
Sipilä, JuhaJuha Sipilä Juha Sipilä 18-4-2015.JPG Drapeau de la Finlande Finlande Alliance des libéraux et des démocrates pour l'Europe
Macron, EmmanuelEmmanuel Macron Emmanuel Macron during his meeting with Vladimir Putin, June 2017.jpg Drapeau de la France France Aucun
Tsípras, AléxisAléxis Tsípras DIE LINKE Bundesparteitag 10. Mai 2014 Alexis Tsipras -9.jpg Drapeau de la Grèce Grèce Parti de la gauche européenne
Varadkar, LeoLeo Varadkar Leo Varadkar 2016.jpg Drapeau de l'Irlande Irlande Parti populaire européen
Conte, GiuseppeGiuseppe Conte Giuseppe Conte 2.jpg Drapeau de l'Italie Italie Aucun
Kučinskis, MārisMāris Kučinskis Flickr - Saeima - 10.Saeimas deputāts Māris Kučinskis.jpg Drapeau de la Lettonie Lettonie Aucun
Grybauskaitė, DaliaDalia Grybauskaitė Dalia Grybauskaite 2014 by Augustas Didzgalvis.jpg Drapeau de la Lituanie Lituanie Indépendante
Bettel, XavierXavier Bettel Xavier Bettel Royal Wedding 2012 cropped.jpg Drapeau du Luxembourg Luxembourg Alliance des libéraux et des démocrates pour l'Europe
Muscat, JosephJoseph Muscat Joseph Muscat, Leader, Partit Laburista, Malta.jpg Drapeau de Malte Malte Parti socialiste européen
Rutte, MarkMark Rutte Mark Rutte-6.jpg Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas Alliance des libéraux et des démocrates pour l'Europe
Costa, AntónioAntónio Costa António Costa img 6536.jpg Drapeau du Portugal Portugal Parti socialiste européen
Pellegrini, PeterPeter Pellegrini Peter Pellegrini - 2015.jpg Drapeau de la Slovaquie Slovaquie Parti socialiste européen
Šarec, MarjanMarjan Šarec Marjan Šarec in Logatec 2017.jpg Drapeau de la Slovénie Slovénie Aucun

Observateurs[modifier | modifier le code]

Les présidents d'autres institutions de l'Union européenne, tel que le président de la Commission européenne et le président de la Banque centrale européenne participe aussi aux sommets, mais cependant, il ne votent pas lors des prises de décisions. Le président de l'Eurogroupe et le président du Parlement européen peuvent aussi être invité. Le président du sommet de la zone euro remet, après chaque réunion, un rapport au Parlement européen. Les chefs d’État et de gouvernement des États hors-zone euro signataire du pacte budgétaire européen doivent participer, au moins une fois par an, aux discussions, découlant du pacte, qui s'appliquent à eux. Dans certains sommets, d'autres dirigeants peuvent participer, tel que le Premier ministre britannique qui a participé au sommet de 2008.

Sources[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. France 24 - 21 octobre 2008
  2. EU Business - 21 octobre 2008
  3. Possible modification du TUE - 23 octobre 2011
  4. Leigh 2011
  5. Élection du premier président
  6. Jacqué 2015
  7. Yann-Sven Rittelmeyer, « Réformer la gouvernance de la zone euro : le dilemme allemand », Revue d’Allemagne et des pays de langue allemande, nos 47-1,‎ , p. 25–35 (ISSN 0035-0974 et 2605-7913, DOI 10.4000/allemagne.451, lire en ligne)
  8. Philip Cordery, Arnaud Richard et commission des affaires européennes, Rapport d'information sur le renforcement de l'Union économique et monétaire, Assemblée nationale, , 135 p. (lire en ligne), p. 89
  9. « Rapport d'information de M. Christophe Caresche déposé par la commission des affaires européennes sur la gouvernance de la zone euro », sur www.assemblee-nationale.fr, (consulté le 30 octobre 2018)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Compléments[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]