Sommepy-Tahure

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Sommepy-Tahure
La mairie-école et, au loin, l'église.
La mairie-école et, au loin, l'église.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Champagne-Ardenne
Département Marne
Arrondissement Sainte-Menehould
Canton Argonne Suippe et Vesle
Intercommunalité Communauté de communes de Suippe et Vesle
Maire
Mandat
Olivier Soudant
2014-2020
Code postal 51600
Code commune 51544
Démographie
Population
municipale
629 hab. (2012)
Densité 9,2 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 15′ 09″ N 4° 33′ 29″ E / 49.2525, 4.5580555555649° 15′ 09″ Nord 4° 33′ 29″ Est / 49.2525, 4.55805555556
Altitude Min. 123 m – Max. 211 m
Superficie 68,24 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Marne

Voir sur la carte administrative de la Marne
City locator 14.svg
Sommepy-Tahure

Géolocalisation sur la carte : Marne

Voir sur la carte topographique de la Marne
City locator 14.svg
Sommepy-Tahure

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Sommepy-Tahure

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Sommepy-Tahure
Liens
Site web sommepy-tahure.fr

Sommepy-Tahure[1] est une commune française, située dans le département de la Marne en région Champagne-Ardenne.

Ses habitants sont appelés Sompinard ou Soupinat.

Avec 68 km2, dont la majeure partie occupée par le camp militaire de Suippes, Sommepy-Tahure est la commune la plus étendue de la Marne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Sommepy-Tahure est située au nord du département de la Marne, à la limite de celui des Ardennes.

À vol d'oiseau, la commune est située à 166,7 km au nord-est de Paris-Notre-Dame[2], point zéro des routes de France, à 35,6 km au nord-est de la préfecture Châlons-en-Champagne[3] et à 38,1 km à l'est de Reims[4].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Sommepy-Tahure
Saint-Étienne-à-Arnes Semide
Sainte-Marie-à-Py Sommepy-Tahure Aure,
Manre,
Gratreuil
Souain-Perthes-lès-Hurlus Rouvroy-Ripont,
Minaucourt-le-Mesnil-lès-Hurlus

Relief et géologie[modifier | modifier le code]

D'une superficie de 68,24 km2, la commune a le plus grand territoire du département depuis le rattachement de l’ancienne commune de Tahure à celle de Sommepy.

Le territoire communal se situe au nord-est de la macro-région naturelle la Champagne crayeuse, à la limite de l'Argonne.

D'une altitude moyenne de 135 m[5], l’altitude minimale est de 123 m, au niveau des rives de la Py à l'ouest de la commune, au lieu-dit la Berrière, et l'altitude maximale est de 211 m à l’extrême nord-ouest du territoire de la commune, à proximité du lieu-dit la Berrière. Le centre du bourg de Sommepy se situe à une altitude moyenne de 130 m, celle de l’ancien village de Tahure est de 143 m.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La rivière Py, affluent en rive droite de la Suippe, donc sous-affluent de la Seine, prend sa source sur le territoire communal à l'est du bourg de Sommepy. De même, la rivière la Dormoise, affluent en rive gauche de l'Aisne, donc sous-affluent de la Seine, prend sa source à proximité de l'ancien village de Tahure dans le camp militaire de Suippes.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Voies routières[modifier | modifier le code]

Deux routes départementales traversent le territoire de la commune :

  • la D 977, portion de l'ancienne route nationale 77 dans son parcours dans le département de la Marne, qui traverse la commune du nord au sud et relie Sedan80 km au nord) à Châlons-en-Champagne (à 38 km au sud)  ;
  • la D 20, qui traverse la commune d'est en ouest et relie Aure (à 7 km au nord-est) à Sainte-Marie-à-Py (à 5 km à l'ouest).

De même, la D320, qui a pour origine Sommepy-Tahure, permet d'accéder Saint-Étienne-à-Arnes (à 9,5 km au nord-ouest).

En outre, la commune est accessible par l'autoroute A4 (sortie no 28, Saint-Étienne-au-Temple), à 28 km au sud de la commune par la D 977.

Transport en commun[modifier | modifier le code]

Traversée par la ligne de Bazancourt à Challerange, le bourg de Sommepy disposait d'une gare jusqu'en 1938, date de la fermeture de la ligne au service des voyageurs.

La gare la plus proche est celle de Suippes, située 16 km au sud Sommepy-Tahure par la D977, desservie par des trains TER Champagne-Ardenne.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la commune actuelle est la combinaison des noms des deux anciennes communes, Sommepy et Tahuren, qui ont fusionné en 1950.

Sommepy[modifier | modifier le code]

Le nom latin Soman Pynus signifie « La source de la Py »[5].

Au XIIe siècle, le bourg était nommé Somepin[réf. nécessaire]. Lors de son passage au village le 18 juillet 1592, Henri IV écrit à son cousin et parle du village en utilisant le nom Souppy[5]. Aux XVIIe et XVIIIe siècles, le nom du village s’orthographiait Sompy sur une carte de Cassini[6]. Au XIXe siècle, les termes Somme-Py et SommePy sont utilisés dans des textes officiels[Lesquels ?].

Tahure[modifier | modifier le code]

Vers 1750, le nom du village s’orthographiait Tahure sur une carte de Cassini[6].

Histoire[modifier | modifier le code]

Antiquité[modifier | modifier le code]

Des fouilles effectuées sur le territoire communal témoignent de l'occupation du site à l'Antiquité. Ces fouilles ont permis de mettre à jour : un cimetière gaulois au lieu-dit du Blanc Mont et des pièces de monnaies romaines découvertes au Champ Blaud[5].

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Le village de Sommepy est nommé pour la première fois en 1126[réf. nécessaire] et fait partie des terres des comtes de Grandpré[5] ; il y est aussi fait mention de fours banaux, de moulins.

Époque moderne[modifier | modifier le code]

En 1556, la seigneurie de Sommepy appartient à Louis Jouvenel de Ursins. Puis, elle devient une baronnie qui appartient aux Loménie de Brienne[5].

En 1650, au cours de la Fronde, Turenne livre à Sommepy, au lieu dit le Blanc Mont, une bataille (plus connue sous le nom de Bataille de Rethel), contre les frondeurs et leurs alliées espagnols. Les combats y prennent fin le 15 décembre 1650, Turenne battu s’enfuit vers Bar-le-Duc. Plus de 1 500 cadavres restent pendant deux mois sur le champ de bataille de Sompy[5].

Dans l'Ancien Régime, la paroisse de Sommepy est rattachée au diocèse de Reims et au doyenné de Bétheniville. Celle de Tahure était aussi rattachée au diocèse de Reims mais au doyenné de Cernay-en-Dormois. Par ailleurs, Sommepy fait partie de l'élection de Rethel et de la coutume de Vitry. Quant à Tahure, il suivait aussi la coûtume de Reims et de Vitry mais relevait de l'élection de Sainte-Menehould.

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

L'église paroissiale Sainte-Croix de Sommepy fut détruite pendant la Première Guerre mondiale, il n'en reste que la table d'autel et des fragments de sculptures qui furent réemployées pour la reconstruction de l'église de Sommepy-Tahure.

le village Tahure est entièrement détruit pendant la guerre. Il se trouve actuellement dans le périmètre du camp militaire de Suippes ainsi que les villages de :

Par le décret du 14 juin 1950[5], le nom de Tahure est rattaché au nom de Sommepy pour spécifier la jointure des noms des deux villages et former ainsi le nouveau nom de la commune : Sommepy-Tahure, à partir 17 juin 1950[1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Vie politique locale[modifier | modifier le code]

Le nombre d'habitants de la commune étant compris entre 500 et 1 499, le nombre de membres du conseil municipal est de quinze[7].

Rattachement cantonal et administratif[modifier | modifier le code]

La commune est rattachée administrativement à l’arrondissement de Sainte-Menehould.

Elle dépendait du canton de Ville-sur-Tourbe et, dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, la commune fait désormais partie du et au canton d'Argonne Suippe et Vesle.

Elle fait partie de la quatrième circonscription de la Marne.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune, antérieurement membre de la communauté de communes de la Région de Suippes, est membre depuis le 1er janvier 2014 de la communauté de communes de Suippe et Vesle.

En effet, conformément aux prévisions du schéma départemental de coopération intercommunale (SDCI) de la Marne du 15 décembre 2011[8],[9], les communautés de communes CC de la région de Suippes et CC des sources de la Vesle ont fusionné le 1er janvier 2014 afin de former la nouvelle communauté de communes de Suippe et Vesle[10].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[réf. nécessaire]
Période Identité Étiquette Qualité
1944 1973 Robert Soudant MRP puis CD Agriculteur
conseiller général de Ville-sur-Tourbe (1945 → 1976)
Sénateur de la Marne (1959 → 1974)
président du conseil général (1964 → 1972)
1973 1995 Bernard Soudant    
1995 2008 Marie Josèphe Guyot    
2008[11] mars 2014 Marie Ange Gangand    
2014[12] en cours
(au 4 juillet 2014)
Olivier Soudant    

Jumelages[modifier | modifier le code]

Bas-relief commémorant le jumelage avec Wassenach, dans l'église de Sommepy-Tahure.

La commune est jumelée avec Drapeau de l'Allemagne Wassenach (Allemagne) depuis 1993[13],[14].

Comptes de la commune[modifier | modifier le code]

En 2013, la commune disposait d’un budget de 465 000 € dont 347 000 € de fonctionnement et 118 000 € d’investissement[15], financés à 19,84 % par les impôts locaux avec des taux d’imposition fixés à 8,27 % pour la taxe d'habitation et 6,87 % et 5,80 % pour la taxe foncière sur le bâti et le non-bâti[16]. Cette même année, la dette cumulée de la commune s’élevait à 234 000 €[17].

Services publics[modifier | modifier le code]

La sécurité de la commune est assurée par la brigade de brigade de proximité de gendarmerie de Suippes[18].

Sommepy-Tahure dispose d’une agence postale[19].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2012, la commune comptait 629 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 206 1 392 1 325 1 330 1 455 1 423 1 460 1 437 1 410
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 261 1 130 1 103 1 000 926 889 996 840 820
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
836 831 812 622 589 672 608 599 600
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
588 565 553 520 537 539 601 609 618
2012 - - - - - - - -
629 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2004[20].)
Histogramme de l'évolution démographique


Enseignement[modifier | modifier le code]

La mairie-école de Sommepy-Tahure.

Sommepy-Tahure est située dans l'académie de Reims. La commune fait partie du regroupement pédagogique Sommepy-Tahure – Sainte-Marie-à-Py – Saint-Souplet-sur-Py[21], la ville administre une école primaire publique[22]. Le collège de secteur est le collège Louis-Pasteur de Suippes[23].

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Depuis 1984, Sommepy-Tahure accueille tous les quatre ans la fête du mouton. Cette manifestation festive a pour thème principal l'élevage du mouton, mais aussi la gastronomie, le patrimoine rural et agricole de la région et l'environnement[24],[25].

En 2015, une douzaine d'associations participaient à l’animation culturelle de la commune[26].

Sports[modifier | modifier le code]

La commune dispose d'un stade de football.

Lieux de cultes[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Martin de Sommepy-Tahure.

Le territoire de la commune de Sommepy-Tahure fait partie de la paroisse catholique « Sainte Edith Stein de la Suippe » dans le secteur paroissial de « Champagne Périphérie Châlons » du diocèse de Châlons-en-Champagne[27]. Le lieu de culte est l'église Saint-Martin de Sommepy-Tahure.

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Monuments historiques[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Martin, construite au XVe, remaniée au XVIIe, avec un clocher restauré au XIXe. Elle fut incendiée le 2 septembre 1914 et ne restait debout que le portail ouest. Elle a été entièrement reconstruite après la guerre. L'église avait été classée au titre des monuments historiques en 1862[28].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Le calvaire du Bois de Vignon a été classé au titre monuments historiques le 12 juin 1922[29].

Monuments commémoratifs de la Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Sommepy-Tahure fait partie de ces villages qui ont été ravagés par les deux guerres mondiales. En effet, Sommepy-Tahure est entouré de deux stèles dont l'une est dédiées aux 171e et 174e R.I..

La nécropole nationale de Sommepy-Tahure[modifier | modifier le code]
Entrée de la nécropole nationale sur le terrain de la commune.
Monument à la sortie du village en hommage aux morts de la Première Guerre mondiale.

Ce cimetière militaire fut construit en 1925. Il regroupe les dépouilles de soldats français[30] et classée à l'inventaire général.

Le monument américain du Blanc Mont[modifier | modifier le code]
Article détaillé : Monument américain du Blanc Mont.

Il est situé à 5 km au nord du village de Sommepy-Tahure, il a été construit sur le Blanc Mont, point culminant des collines de Champagne (210 m) à la limite du département des Ardennes.

La tour carrée, haute de 20 m, construite en pierre jaune dite « cruchot » provenant de la Saône-et-Loire, domine le plateau, est entourée de sapins. Au sommet, on découvre l’intérêt stratégique de ce lieu.

L’ensemble du lieu de 4,50 ha, a été concédé aux États-Unis. Quelques marches conduisent sur une plateforme de 330 m2 entourée de 800 rosiers rouges. Soixante-dis-sept marches conduisent au sommet. Par temps clair, le panorama permet d’apercevoir le fort de Douaumont et le massif de l’Argonne à l’est, les villages ardennais au nord et les deux camps de Suippes et Mourmelon.

Monument Aux morts des Armées de Champagne[modifier | modifier le code]

Le monument Aux Morts des Armées de Champagne appelé également ossuaire de Navarin. Il est situé sur la D 977 entre Sommepy-Tahure et Souain-Perthes-lès-Hurlus, au lieu-dit « La ferme de Navarin », sur le territoire de la commune de Sainte-Marie-à-Py.

Les villages détruits[modifier | modifier le code]

Aux environs de Sommepy, il reste quelques ruines des villages détruits pendant la guerre de 1914-1918 : Hurlus, Le Mesnil-lès-Hurlus, Perthes-lès-Hurlus, Ripont, Souain (village reconstruit) et Tahure ; qui se trouvent actuellement dans le périmètre du camp militaire de Suippes. L'armée ouvre le camp au public une fois par an et il est donc possible de visiter les ruines.

Le château de Sommepy[modifier | modifier le code]

Le château de Sommepy se situait proche du lieu dit Orgemont. Il a été détruit avec le reste du village pendant la guerre 1914-1918 mais il subsiste aujourd'hui son portail d'entrée en pierre, situé au bord d'une aire de repos de la départementale 977.

Autres édifices[modifier | modifier le code]

La mairie, construite en 1912, détruite par la guerre était de l'architecte Armand Begue, elle fut reconstruite sur les mêmes plans en 1925, elle est classée à l'inventaire générale[31].

Équipements culturels[modifier | modifier le code]

La commune dispose d'une salle polyvalente[32] et d'une bibliothèque[33].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

François Flameng, peintre officiel de l'armée a réalisé de nombreux croquis et dessins des tragiques événements de la Grande Guerre qui se déroulèrent ici. Ceux-ci parurent dans la revue: L'Illustration.

Après la Première Guerre mondiale, André L'Huillier (né à Sommepy-Tahure) traversa l'Atlantique pour rejoindre les États-Unis dans le but de réaliser des conférences en faveur des villages détruits[34].

À Washington, un fonds d'aide est créé pour la recréation des villages et Sommepy fut le premier village choisi.

Francesco Bellinzani (1619-1684), seigneur de Sompy (Somme-Py), directeur de la Compagnie du Nord et du Levant, des Indes Occidentales (1670), inspecteur général des manufactures, intendant du commerce, l'un des premiers commis du sieur Colbert, ministre d'État.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Supposé être daté du XIXe siècle, son origine est assez mystérieuse. Gravé sur le fronton de la nouvelle mairie en 1892, il fut gardé pour son interprétation actuelle du village. Le mouton représente l'élevage ovin qui fut dans le passé et les deux gerbes de blé pour la culture actuelle qui est faite autour de Sommepy-Tahure.

Sommepy
Blason de Sommepy Blason D'argent à deux gerbes de blé d'or posées en chevron renversé, celle de senestre brochant sur l'autre, à la tête de chevreau du même issant entre les gerbes, le tout soutenu par deux branches de thym de sinople, les tigées passées en sautoir en pointe.
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Décorations françaises[modifier | modifier le code]

Croix de guerre 1914-1918 française.jpg

Les deux anciennes communes ont été décorées de la Croix de guerre 1914-1918 :

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Anne Maignien, Sommepy-Tahure : un village entre Marne et Ardennes, Ville de Sommepy-Tahure,‎ 2005, 138 p. (ISBN 2-9524203-0-0)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Fiche communale », sur le site de l'Insee (consulté le 14 mai 2015).
  2. « Orthodromie entre "Sommepy-Tahure" et "Paris" », sur le site lion1906.com de Lionel Delvarre (consulté le 13 mai 2015).
  3. « Orthodromie entre "Sommepy-Tahure" et "Châlons-en-Champagne" », sur le site lion1906.com de Lionel Delvarre (consulté le 13 mai 2015).
  4. « Orthodromie entre "Sommepy-Tahure" et "Reims" », sur le site lion1906.com de Lionel Delvarre (consulté le 13 mai 2015).
  5. a, b, c, d, e, f, g et h « Il était une fois Sommepy… », sur le site internet de la commune de Sommepy-Tahure.
  6. a, b et c « Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui », sur École des hautes études en sciences sociales.
  7. art L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales
  8. « Jamais plus sans ma communauté de communes : La France et ses 36.000 communes pèsent à elles seules 37,5% du nombre de collectivités territoriales de premier niveau (les communes) de l'Union européenne ! Avec 1.600 habitants par commune en moyenne, la France est dernière de ce classement européen, à égalité avec la République tchèque, très loin de 36.000 habitants par commune aux Pays Bas ou au Portugal, des 17.400 en Belgique, des 10.300 en Slovénie, des 7.100 en Italie ou des 5.900 en Allemagne », L'hebdo du vendredi,‎ (lire en ligne).
  9. « Schéma départemental de coopération intercommunale de la marne » [PDF], Tout savoir sur votre SDCI, Association nationale des Pôles d'équilibre territoriaux et ruraux et des Pays (ANPP),‎ (consulté le 19 juillet 2015), p. 2.
  10. « Arrêté préfectoral du 30 janvier 2013 portant création du nouvel Établissement public de coopération Intercommunale issu de la fusion de la Communauté de communes de la région de Suippes et de la Communauté de communes des Sources de la Vesle », Bulletin d'information et recueil des actes administratifs de la Préfecture de la Marne, no 2 quater,‎ , p. 3-7 (lire en ligne [PDF]).
  11. Liste des maires au 1er août 2008, site de la préfecture de la Marne, consulté le 22 décembre 2008
  12. « Liste des maires du département de la Marne » [PDF], Renouvellement des exécutifs locaux, Préfecture de la Marne,‎ (consulté le 27 août 2015).
  13. « Comité de jumelage Sommepy Wassenach », sur le site internet de la commune de Sommepy-Tahure (consulté le 14 mai 2015).
  14. « Atlas français de la coopération décentralisée et des autres actions extérieures », sur le site du ministère des Affaires étrangères (consulté le 28 avril 2015).
  15. « Budget communal simplifié 2013 sur la base Alize », sur le site du ministère des Finances (consulté le 14 mai 2015).
  16. « Compte communal détaillé 2012 sur la base Alize », sur le site du ministère des Finances (consulté le 14 mai 2015).
  17. « Endettement municipal 2012 sur la base Alize », sur le site du ministère des Finances (consulté le 14 mai 2015).
  18. « Brigade de proximité de gendarmerie de Suippes », sur le site service-public.fr, le site officiel de l'administration française (consulté le 15 mai 2015).
  19. « La Poste > Particulier > Utiliser nos outils pratiques > Services de localisation > Un bureau de poste », sur le site de La Poste (consulté le 15 mai 2015).
  20. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2012.
  21. « Les écoles », sur le site internet de la commune de Sommepy-Tahure.
  22. « L'école de Sommepy-Tahure sur l’annuaire de l'éducation nationale », sur le site du ministère de l'Éducation nationale (consulté le 14 mai 2015).
  23. « Le collège de Suippes sur l'annuaire de l'éducation nationale », sur le site du ministère de l'Éducation nationale (consulté le 14 mai 2015).
  24. « Le mouton au cœur d’un dimanche de fête », sur le site internet de la FDSEA de la Marne,‎ (consulté le 14 mai 2015).
  25. « L'histoire du mouton à Sommepy Tahure », sur le site internet de la radio France Bleu,‎ (consulté le 14 mai 2015).
  26. « Associations », sur le site internet de la commune de Sommepy-Tahure.
  27. « L'église de Sommepy-Tahure », sur le site egliseinfo.catholique.fr de la conférence des évêques de France (consulté le 14 mai 2015).
  28. « Église Saint-Martin de Sommepy-Tahure », base Mérimée, ministère français de la Culture
  29. « Calvaire du Bois de Vignon », base Mérimée, ministère français de la Culture
  30. « cimetière », base Mérimée, ministère français de la Culture
  31. « Mairie école », base Mérimée, ministère français de la Culture
  32. « Salle Polyvalente », sur le site internet de la commune de Sommepy-Tahure.
  33. « Bibliothèque », sur le site internet de la commune de Sommepy-Tahure.
  34. salle musée de la Mairie