Soma (drogue fictive)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Le soma est, dans le roman dystopique Le Meilleur des Mondes d'Aldous Huxley, une drogue artificielle de synthèse présentée au peuple comme étant un simple médicament.

Les citoyens sont tous incités à utiliser ce produit qui peut, à forte dose, plonger celui qui en prend dans un sommeil paradisiaque.

Il se consomme sous forme de comprimés, distribués au travail en fin de journée. Cette substance est supposément le secret de la cohésion de cette société : grâce à elle, chaque élément de la société serait heureux et ne revendiquerait rien.

Elle est présentée comme étant dénuée d'effet secondaire indésirable : Huxley s'interroge sur le problème essentiel de la modification artificielle de la perception dans la recherche du bien-être, voire d'un bonheur simulé, sans se heurter selon lui aux problèmes techniques annexes de santé publique ou autre liés à toutes les drogues existantes.

Les individus de toutes les castes se satisfont de leur statut par le double usage du conditionnement hypnopédique et du soma.

Le thème de l'altération de la perception et de la drogue comme moyen de fermeture ou d'éveil pour l'esprit sera plus tard important dans la vie et l'oeuvre de l'auteur ; le soma n'est pas sans rappeler la mescaline, expérimentée par Huxley, expérience qui sera à l'origine de l'essai Les Portes de la perception (1954).