Soma (drogue fictive)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Le soma est, dans le roman dystopique Le Meilleur des Mondes d'Aldous Huxley, une drogue artificielle de synthèse présentée au peuple comme étant un simple médicament.

Les citoyens sont tous incités à utiliser ce produit qui peut, à forte dose, plonger celui qui en prend dans un sommeil paradisiaque.

Il se consomme sous forme de comprimés, distribués au travail en fin de journée. Cette substance est supposément le secret de la cohésion de cette société : grâce à elle, chaque élément de la société serait heureux et ne revendiquerait rien.

Elle est présentée comme étant dénuée d'effet secondaire indésirable. Son effet et sa prise à répétition par les divers personnages du roman est un ressort essentiel au maintien de l'univers créé par Huxley. Il introduit une dimension d'habitude sociale liée à l'éducation, consommer cette drogue est un recours indispensable aux utilisateurs pour lutter contre les maux de la vie en société, elle a pour effet de remplacer la cigarette ou l'alcool du notre monde réel.

Les individus de toutes les castes se satisfont de leur statut par le double usage du conditionnement hypnopédique et du soma.

Le thème de l'altération de la perception et de la drogue comme moyen de fermeture ou d'éveil pour l'esprit sera plus tard important dans la vie et l'oeuvre de l'auteur ; le soma n'est pas sans rappeler la mescaline, expérimentée par Huxley, expérience qui sera à l'origine de l'essai Les Portes de la perception (1954).

Étrangement au cours des années 1950, un produit hypnotique sera commercialisé sous le nom de Soma : le carisoprodol, un analogue de la méprobamate[1],[2]. La classe des carbamates dont il fait partie se voit progressivement retirée des marchés du fait d'un potentiel d'abus et de surdosage excessif[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Pharms - Carisoprodol (also Soma) : Erowid Exp: Main Index », sur www.erowid.org (consulté le 12 juin 2021)
  2. (en) « Carisoprodol (Soma) Uses, Side Effects & Dosage », sur MedicineNet (consulté le 12 juin 2021)
  3. J. G. Bramness, K. Furu, S. Skurtveit et A. Engeland, « Effect of the market withdrawal of carisoprodol on use of other prescribed drugs with abuse potential », Clinical Pharmacology and Therapeutics, vol. 91, no 3,‎ , p. 438–441 (ISSN 1532-6535, PMID 22318620, DOI 10.1038/clpt.2011.250, lire en ligne, consulté le 12 juin 2021)