Solomon Marcus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Marcus.
Solomon Marcus
C14 7404-SolomonMarcus.edited.jpg

Solomon Marcus en 2007

Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 91 ans)
BucarestVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
Directeur de thèse
Miron Nicolescu (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Nombre d'Erdős
1Voir et modifier les données sur Wikidata

Solomon Marcus, né le à Bacău et mort le [1] à Bucarest, est un mathématicien roumain.

Biographie[modifier | modifier le code]

Solomon Marcus est le fils de Halter et Sima Marcus, un couple de modestes tailleurs ashkénazes [2] de Bacău en Moldavie; il est le frère de l'historien Marius Mircu (Israël Marcus)[3] et de l'écrivain Marcel Marcian (Morits Marcus)[4]. Dès 16 ans, en pleine guerre, Solomon Marcus, génie des nombres et des chiffres, doit aider sa famille à survivre en donnant des cours particuliers de mathématiques. N'étant ni pratiquants, ni communistes, et grâce à la bienveillance de voisins et de ses professeurs, ses parents échappent aux persécutions mais perdent la plus grande partie de leur clientèle et la famille vit dans une grande pauvreté[5].

L'effondrement de la dictature fasciste et l'entrée de la Roumanie dans le camp des Alliés permettent à la famille Marcus de revivre normalement et à Solomon de poursuivre ses études. Grâce à une bourse obtenue en 1945, il peut venir à Bucarest et s'inscrire à la faculté de mathématiques de l'université. La modicité de la bourse l'oblige cependant à continuer ses cours particuliers. En 1949, alors que la dictature stalinienne est désormais bien installée (pour 40 ans), Marcus Salomon échappe aux persécutions sociales de ce régime du fait que ses parents n'avaient pas eu d'employés et ne pouvaient donc pas être accusés d'avoir été des „exploiteurs de la classe ouvrière“, et grâce à cela (et à la „neutralité politique“ de sa discipline), il obtient son doctorat en mathématiques et un poste d'enseignant dans ce domaine à l'université de Bucarest.

Salomon Marcus devra attendre la „Libération de la Roumanie“ (qui n'intervient qu'en 1989) pour que ses capacités soient véritablement reconnues. En 1993 il devient membre correspondent de la section mathématiques de l'Académie roumaine et professeur émérite de l'université de Bucarest ; en 2001 il est académicien de plein droit. Ses domaines de recherche étaient l'analyse mathématique, la linguistique informatique et l'informatique théorique. Il a, entre autres, coécrit un article avec Paul Erdős[6] ce qui lui donne un nombre d'Erdős de 1. Outre ses 50 livres dans plusieurs langues européennes et ses 400 articles de mathématiques, il a également publié des articles dans des domaines culturels variés comme la poésie, la linguistique, la sémiotique, l'histoire des sciences et l'éducation[7]. Il publiait aussi sur Internet : son dernier article date du 11 février 2016 et traite de la réforme de l'enseignement[8].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Mathematician Solomon Marcus dies aged 91 », sur agerpres.ro, 17 mars 2016
  2. (ro) Hary Kuller - "Contribuția evreilor din România la cultură și civilizație", în "Realitatea evreiască", nr. 231-232 (1031-1032), 19 mai - 10 iunie 2005, p. 10-11.
  3. Marius Mircu est l'auteur d'une monumentale relation de la Shoah en Roumanie: Ce qui est arrivé aux juifs de Roumanie, éd. Glob, Bat Yam et Papyrus, Holon, Israël, 1996, qui a la particularité de ne pas partager le point de vue très répandu dans l'historiographie occidentale, imputant cette tragédie à l'identité roumaine elle-même laquelle, selon d'autres auteurs, serait foncièrement pétrie d'antisémitisme; selon Mircu, elle est d'abord due, comme ailleurs en Europe, au contexte politique et à l'effondrement des états de droit et des démocraties parlementaires, qui ont permis aux courants antisémites de se concrétiser politiquement, en Roumanie comme dans toute l'Europe sous domination nazie.
  4. Voir (ro) Mots et langages.
  5. Interviews de Solomon Marcus dans „România culturală“ sur (ro) [1] et sur (ro) [2] du 17 mars 2016 ; Salomon Marcus, „Despre autor“ éd. Spandugino sur (ro) [3].
  6. Sur la décomposition de l'espace euclidien en ensembles homogènes, Acta Math. Acad. Sci. Hungar 8 (1957), p. 443-452
  7. Alina Neagu : L'académicien Solomon Marcus est mort sur (ro) [4] du 17 mars 2016.
  8. Son dernier article sur (ro) [5].

Liens externes[modifier | modifier le code]