Solitaire (patience)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Solitaire.
Solitaire
casse-tête
Spiderette.jpg
Ce jeu appartient au domaine public
Format 1 jeu de 52 cartes
Joueur(s) 1
Âge à partir de 7 ans
Durée annoncée variable
habileté
physique

 Non
 réflexion
décision

 Oui
générateur
de hasard

 Oui
info. compl.
et parfaite

 Non

Le solitaire appelé aussi "la Ruée vers l'Or" (Klondike en anglais, nom de la rivière canadienne où eut lieu une ruée vers l'or à la fin du XIXe siècle) est un jeu de carte qui se joue tout seul, c’est-à-dire une patience.

Règles du solitaire[modifier | modifier le code]

Il existe de nombreuses patiences appelées solitaire. La plus courante, dont nous parlons ici, se pratique avec un jeu de 52 cartes que l'on prépare en sept colonnes de tailles décroissantes.

But du jeu[modifier | modifier le code]

Reconstituer quatre piles de cartes dans chacune des couleurs, du roi à l'as — on pose en premier le roi, puis la reine, le valet et les cartes : 10, 9, 8, 7, 6, 5, 4, 3, 2, et enfin l'as. Dès qu'une « famille » a été reconstituée, elle est mise de côté. La partie se termine lorsque tout un « groupe » a été reconstitué.

Préparation des colonnes[modifier | modifier le code]

  1. On place une première carte face visible sur la table, puis 6 cartes cachées à sa droite.
  2. La seconde rangée commence par une carte visible sur la première carte cachée, puis on dispose 5 cartes cachées.
  3. On procède de même pour la troisième ligne (une carte visible et 4 cartes cachées), la cinquième et sixième rangée.
  4. La septième rangée n'est composée que d'une seule carte visible.

Jeu de la carte[modifier | modifier le code]

Les vingt-quatre cartes qui restent forment une pile face cachée. De cette pile, on pourra tirer les cartes trois par trois. Seule la carte visible peut être utilisée.

Dans les colonnes, on peut déplacer les cartes d'une colonne à une autre si la carte déplacée peut être posée sur une carte immédiatement supérieure, par exemple un 6 sur un 7. Les As sont posés à part pour former les débuts des quatre piles à reconstituer.

Variantes[modifier | modifier le code]

Selon les variantes, on doit ou non tenir compte des couleurs dans les colonnes en alternant rouge et noir.

Solitaire avec un jeu de Tarot[modifier | modifier le code]

Le jeu peut se jouer avec un Tarot de 78 cartes. On forme alors sur le meme principe neuf rangées au lieu de sept et six piles au lieu de quatre.

Pile de 1 à 4 : As,2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10, Valet, Reine et Roi.

Les deux piles supplémentaires accueillent les cartes suivantes dans cet ordre :

Cinquième pile : Cavalier de Carreau, Cavalier de cœur puis les atouts de 1 à 11.

Sixième pile : Cavalier de pique, Cavalier de trèfle puis les atouts de 12 à 22.

Sous Windows[modifier | modifier le code]

La version du jeu fournie avec Windows tient compte des couleurs : chaque colonne doit alterner rouge et noir, et commencer par un roi si la colonne était vide. Placer les as ou empiler les suites de cartes peut se faire de trois manières (de la plus lente à la plus rapide) :

  • effectuer un glisser-déposer de la carte avec le bouton gauche, comme pour tout mouvement de cartes,
  • double-cliquer la carte à empiler avec le bouton gauche,
  • cliquer avec le bouton droit n'importe où dans la fenêtre, dans ce cas toutes les cartes empilables sont déplacées instantanément.

À noter que si la distribution des cartes semble aléatoire, elle est en réalité calculée en fonction de l'heure de l'horloge Windows. Il est ainsi possible de retrouver une partie en notant la date et l'heure de la donne.

Pour enlever toutes les cartes jouables, il faut appuyer sur Ctrl + A ou Clique droit.

Jeux de solitaires libres[modifier | modifier le code]

Il existe peu de solitaires libres, c'est-à-dire dont il est possible de modifier librement le code source (ne pas confondre libre et gratuit).[réf. nécessaire]


Pysol[modifier | modifier le code]

Une partie de FreeCell avec Pysol

PySolFC est un jeu vidéo ; une collection qui rassemble 1061 jeux de cartes solitaires. C'est un fork de PySol, compilé et distribué sous licence GPL.

Le logiciel, écrit avec le langage Python, fonctionne sous Windows, Unix et Macintosh.

Aisleriot[modifier | modifier le code]

Un jeu de solitaire développé pour linux comportant plus de 80 variantes et livré avec l'intégrateur GNOME.