Soligny

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Soligny-la-Trappe et Soligny-les-Étangs.
Icône de paronymie Cet article possède des paronymes, voir Saligny, Souligny et Sologny.
Soligny
Biographie
Naissance
Activité
Autres informations
Tessiture

Soligny (né Pierre-Claude Senisseler à Paris le , paroisse Saint-Eustache[1]) est un comédien et chanteur français, fils d'un maître tailleur.

Soligny débute à Stockholm, dans la troupe Dulondel, le 22 octobre 1767 dans La Clochette de Duni et Anseaume. Le 18 janvier 1770, il épouse dans cette ville la danseuse Jeanne-Élisabeth-Renée Malter, dite Mlle Le Clerc, attachée comme son mari à la cour de Suède.

Après un passage au théâtre de Copenhague, Soligny débute au Théâtre-Italien de Paris le 17 février 1773, mais sans succès : « Il a du talent, & de l'usage du théâtre ; mais un organe foible & ingrat », note le Mercure de France du mois de mars.

Il joue ensuite à Lyon, puis est engagé au Théâtre de la Monnaie à Bruxelles, où il débute le 7 avril 1774 par le rôle de Dorlis dans Isabelle et Gertrude de Favart et Blaise.

Élément turbulent de la troupe, il est jugé sévèrement par ses contemporains : « Mr. Soligny remplit les rôles de Colins & d'amoureux. Il a du goût & de la musique, une voix faible & peu sonore. Son jeu parait plûtot [sic] formé par la routine que par l'art. Il se fait un soin particulier d'affecter le ton de voix de Clerval & ses gestes, quoiqu'il y ait loin de l'original à la copie ». Ses gages seront d'ailleurs ramenés de 5 000 à 3 000 livres la saison suivante.

À partir de 1776, il joue à La Haye, Metz (1778-1779), Marseille (1782) et Toulouse (1783), puis revient à Bruxelles pour la saison 1783-1784, comme première haute-contre. En 1784, il s'installe à Amsterdam, où il joue au Collège dramatique et publie, en 1788, Les Passe-tems de société, ou Recueilles [sic] des romances et petits rondeaux mis en musique et arrangé pour le clavecin ou piano forte (Berlin et Amsterdam).

De retour à Metz en 1789, il prend le parti de la Révolution et devient capitaine de la Garde nationale. Jugé trop révolutionnaire, il est contraint de se réfugier à Amsterdam en mars 1790 mais en est expulsé à la fin de l'année 1792 et se replie sur La Haye.

On ignore tout de la suite et de la fin de sa vie.

Notes et références[modifier | modifier le code]