Solidarité laïque

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Solidarité laïque
Solidarite Laique.jpg
Histoire
Fondation
1956
Cadre
Sigle
SLVoir et modifier les données sur Wikidata
Zone d'activité
international
Type
Forme juridique
Objectif
Lutte contre les exclusions
Accès à l'éducation
Siège
Pays
Organisation
Site web
Identifiants
RNA
SIREN
TVA européenne

Solidarité laïque est une association loi de 1901 reconnue d'utilité publique. L’association est un collectif de 51 organisations liées à l’école publique, à l’éducation populaire et à l’économie sociale et solidaire. Le collectif se mobilise pour l’accès de tous à une éducation de qualité, en France et dans plus de 20 pays.

Mission[modifier | modifier le code]

Ses programmes en France et dans le monde cherchent à faciliter l'accès aux droits fondamentaux, en particulier le droit à l'éducation. En partenariat avec la Ligue de l'enseignement , Solidarité laïque pilote la campagne de solidarité internationale « Pas d'éducation, pas d'avenir. »

Solidarité laïque agit en France et dans plus de 20 pays pour améliorer l'accès à l'éducation.

Solidarité laïque est membre du réseau francophone contre la marchandisation de l'éducation[1]. Le collectif est également chef de file de la Coalition Éducation[2]

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1956, plusieurs organisations de l’enseignement public, dont la Fédération de l'Éducation nationale (FEN), le Syndicat national des instituteurs (SNI), l’Entraide ouvrière française, la Fédération unie des auberges de jeunesse, l’Entraide universitaire, la Mutuelle générale de l'Éducation nationale (MGEN), ont créé le Comité d’aide aux réfugiés hongrois, pour accueillir les victimes des événements de Budapest. En 1958, en raison du développement de ses activités, ce comité devient Comité national de solidarité, 13 organisations en sont membres.

En , après la catastrophe de Fréjus, le Comité national de la solidarité des œuvres complémentaires de l’enseignement public est mis en place. Il intervient, notamment, en faveur des victimes des inondations dans le centre de la France, des victimes de l’OAS (1962), des sinistrés de la Guadeloupe (1966)… grâce aux collectes effectuées auprès de ses adhérents.

En 1981, le comité se transforme en Comité national de solidarité laïque, organisation humanitaire reconnue d'utilité publique le .

En 1994, Solidarité laïque fusionne avec le CLED (Comité laïque pour l’éducation au développement) et, à partir de cette date, créée en son sein un secteur éducation au développement.

Engagée dès 2005 à Sri Lanka après le tsunami, Solidarité Laïque participe, à côté de l’Internationale de l’éducation, à la reconstruction d’écoles.

De plus, dans le cadre du projet de construction post-tsunami du village Istouti de l’organisation Sri Lanka Solidarity, Solidarité Laïque construit un centre culturel et une école maternelle. Elle lance aussi la publication de « Yuti », magazine trilingue destiné aux enfants de l’île,  et organise la formation de toutes les enseignantes de maternelle du district d’Hambantota, dans le sud de l’île.

Le travail est poursuivi à travers le pays pour faciliter l’ouverture de maternelles et la formation d’enseignantes. L’État sri lankais s’engage dans une politique de la petite enfance et demande à Solidarité Laïque de poursuivre le travail effectué dans la province de l’Est dans d’autres provinces. Aujourd’hui, le Secrétariat d’état de la petite enfance qui était rattaché au ministère de la Famille s’est transformé en ministère adjoint rattaché au ministère de l’Éducation.

Dans l'entre-deux-tours de l'élection présidentielle de 2017 qui oppose Marine Le Pen et Emmanuel Macron, Solidarité laïque appelle implicitement dans une tribune avec soixante autres associations à faire barrage à la candidate FN[3].

En , Solidarité laïque et d'autres organisations mettent en garde contre toute modification de la loi de séparation des Églises et de l’État du [4]. Solidarité laïque lutte contre le dévoiement de la laïcité en racisme identitaire et donne la parole des acteurs dans ses Rendez-vous de la laïcité[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Réseau francophone contre la marchandisation de l'éducation », sur Réseau francophone contre la marchandisation de l'éducation (consulté le )
  2. « Coalition-education.fr », sur Coalition-education.fr (consulté le )
  3. « "Le pire est malheureusement possible!" : l’appel de 61 associations et ONG avant le second tour », lejdd.fr, 29 avril 2017.
  4. Solidarité laïque, « Non à la révision de la loi de 1905 ! - Solidarité laïque », sur www.solidarite-laique.org (consulté le )
  5. Solidarite Laïque, « Pensons ensemble la laïcité - Solidarité laïque », sur www.solidarite-laique.org (consulté le )

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]