Solange Ghernaouti

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Solange Ghernaouti
Image dans Infobox.
Fonction
Experte en sécurité informatique (d)
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (62 ans)
BlidaVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalités
Formation
Activités
Directrice de recherche, professeure d’université, experte en sécurité informatiqueVoir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
A travaillé pour
Domaines
Membre de
Distinction

Solange Ghernaouti est professeure à l'université de Lausanne (UNIL) et experte internationale en cybersécurité et cyberdéfense. Elle collabore régulièrement avec diverses instances onusiennes, européennes, gouvernementales ainsi qu'avec des institutions privées.

Biographie[modifier | modifier le code]

Solange Ghernaouti naît le 5 décembre 1958 à Blida, en Algérie[1]. Son père est géomètre[2].

Après avoir obtenu son baccalauréat et raté sa première année de médecine, elle quitte le domicile familial et vit de petits boulots. Elle suit ensuite des cours du soir pour entrer à l'université. En 1986, elle obtient un doctorat en informatique et télécommunication à l'Université Pierre-et-Marie-Curie, sous la direction du professeur Guy Pujolle[2].

Première femme professeure de la faculté des HEC Lausanne en , elle dirige le Swiss Cybersecurity Advisory and Research Group[3] qu'elle a créé, et le groupe de recherche en sciences de la complexité. Elle est ancienne auditrice de l'Institut des hautes études de Défense nationale (arrêté du )[4], membre de l’Académie suisse des sciences techniques (depuis 2013)[5] et, depuis 2018, membre de la Commission suisse pour l'UNESCO[6].

Elle est l’auteure de nombreux ouvrages et publications scientifiques et de vulgarisation[7] relatifs aux télécommunications, à la maîtrise des risques informatiques, à la sécurité, à la cybercriminalité, au cyberpouvoir et à la philosophie numérique. Depuis 2018, elle tient un blog sur le site du journal suisse Le Temps dans lequel elle publie des analyses concernant la cybersécurité et les impacts du numérique et de l'intelligence artificielle sur la société[8].

Analyste prospectiviste technico-économique et politique, elle intervient régulièrement dans les médias (RTS, France Culture[9], RTBF[10], RFI[11], ...)[12] et donne des conférences sur les cinq continents. Elle est classée à plusieurs reprises dans divers journaux et magazines parmi les femmes ou personnalités les plus influentes de Suisse ou de Suisse romande[13],[14],[15].

Elle a présidé diverses associations telles que la Fondation Erna Hamburger de 2012 à 2017[16] ainsi que la Commission sociale[17] et la Commission Egalité des chances de l'université de Lausanne[18] de 2006 à 2016.

Elle est mère d'une fille, née en 1995. Elle obtient la nationalité suisse en 2007[2].

Elle est dyslexique[2].

Distinctions[modifier | modifier le code]

  • Lauréate du Trophée de la Femme Cyber 2020 - catégorie Dirigeante & Entrepreneure – décerné lors du Cyber Women Day organisé par le Cercle des Femmes de la Cybersécurité à Paris le .[19]
  • Chevalier de la Légion d'honneur[20] (décret du )[21]
  • Lieutenante-colonelle de la réserve citoyenne de la gendarmerie française (2012 - 2017)

Divers[modifier | modifier le code]

  • Présidente de la Fondation suisse à but non lucratif SGH - Institut de recherche Cybermonde, qu'elle a contribué à créer (depuis 2018)[22]
  • Invitée 2018 de la Chaire David-Constant de l’Université de Liège
  • Membre de l’Association des réservistes du chiffre de la sécurité de l’information
  • Exposition permanente du Musée de la Communication à Berne concernant la protection de la vie privée[23]
  • Membre de l'executive board de l'association internationale The Global Initiative Against Transnational Organized Crime (depuis 2017)[24]
  • Associate Fellow of the Geneva Centre for Security Policy[25]
  • Membre du comité scientifique du Forum International des Technologies de la Sécurité (depuis 2015)[26]
  • Partenaire des projets européens[27] E-Crime concernant les impacts économiques de la cybercriminalité (2014-2017)[28] et Prismacloud concernant la sécurité dans le cloud des applications E-santé, E-administration et villes intelligentes (2015-2018)[29]
  • Work Area leader « Capacity Building », Global Cybersecurity Agenda, ITU (2007-2008)
  • Partenaire du projet européen SECOQC concernant la cryptographie quantique (2004-2008)[30]
  • Co-fondatrice en 2001 du premier enseignement interfacultaire et interdisciplinaire de l’Université de Lausanne, DEA « Droit, Criminalité et Sécurité des nouvelles technologies », transformé en Master en Droit, criminalité et sécurité des technologies de l’information[31] en 2006, qu’elle a dirigé à son lancement.

Principaux ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Cybersécurité, analyser les risques, mettre en œuvre les solutions, 6e édition, Dunod, 2019
  • Guide pratique de la cybersécurité et de la cyberdéfenseOrganisation internationale de la francophonie, 2017[32]
  • La cybercriminalité, les nouvelles armes de pouvoir, 2e édition Presses polytechniques et universitaires romandes, 2017 (prix du meilleur livre Cybercriminalité au Forum international de la cybersécurité du 23 janvier 2018[33])
  • Sécurité informatique et réseaux, 5e édition, Dunod, 2016 (1re édition 2006)
  • Cyberpower: Crime, Conflict and Security in Cyberspace, EPFL Press, 2013 (traduit en chinois et publié aux Presses universitaires de Pékin, 2018[34])
  • Avec A. Dufour, Internet, collection « Que sais-je ? », 12e édition, Presses universitaires de France, 2016
  • Avec I. Tashi, Information security évaluation : a hollistic approach, EPFL Press, 2011
  • A Global Treaty on Cybersecurity and Cybercrime: A Contribution for for Peace, Justice and Security in Cyberspace, 2e édition, Cybercrimedata, 2011 (1re édition 2009)
  • Avec R. Berger Technocivilisation : pour une philosophie du numérique, Focus Sciences, PPUR, 2010
  • Cybersecurity Guide for Developing Countries, 3e édition revue et augmentée, ITU, 2009 (1re édition 2006)
  • Stratégie et ingénierie de la sécurité des réseaux, InterEditions, 1998
  • Avec A. Dufour, Enterprise Networks and Telephony from technologies to business strategy, Springer-Verlag, 1998
  • Avec C. Servin, Les hauts débits en télécoms, InterEditions, 1998
  • Avec A. Dufour, Réseaux locaux et téléphonie, Masson, 1995
  • CLIENT / SERVEUR. Les outils du traitement, Réparti coopératif, Masson, 1993
  • Réseaux, applications réparties normalisées, Eyrolles, 1990

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Anouch Seydtaghia, « Solange Ghernaouti: «Comment croire que les excuses de Facebook soient sincères?» », Le Temps,‎ (ISSN 1423-3967, lire en ligne, consulté le )
  2. a b c et d Alain Détraz, « Portrait de Solange Ghernaouti – Une chevalière en croisade contre la vulnérabilité du cyberespace », sur 24 heures, (consulté le )
  3. « Accueil », sur www.scarg.org, Swiss Cybersecurity Advisory and Research Group, cop. 2018 (consulté le ).
  4. Journal Officiel de la république Française - JORF n°0008 du 10 janvier 2014 texte n° 25 - Arrêté du 8 janvier 2014 portant désignation des auditrices et auditeurs de la 194e session en région (« promotion Henri Dunant ») de l'Institut des hautes études de défense nationale, Lyon, Genève et Mâcon (du 5 novembre au 13 décembre 2013) http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000028451257
  5. « Les uns les autres », L’uniscope - Le magazine du campus de l’UNIL, no 585,‎ , p. 3 (lire en ligne, consulté le ).
  6. « Page d'accueil UNESCO »
  7. Solange Ghernaouti-Hélie, « Comment lutter contre la cybercriminalité ? », Informatique, sur www.pourlascience.fr, Pour la science, (consulté le ).
  8. « Cybersécurité – Le blog de Solange Ghernaouti », sur Cybersécurité (consulté le )
  9. « Fiche France Culture »
  10. « Solange Ghernaouti : "L'individu est dépossédé de sa capacité à prendre des décisions" »
  11. « Sécurité renforcée aux frontières: un abus de droit? »
  12. « Solange Ghernaouti », sur avisdexperts.ch (consulté le )
  13. « Les 20 femmes qui font la Suisse », sur Bilan (consulté le ).
  14. http://www.forumdes100.com/files/F100-11_Les100_PortraitsHebdo.pdf
  15. « Digital Shapers 2018 – Le Temps », sur LeTemps.ch (consulté le )
  16. http://www.scarg.org/ict4dignity/fondation-erna-hamburger
  17. http://www.unil.ch/interne/home/menuinst/organisation/les-commissions-consultative/commission-sociale.html
  18. « Fonds social de l'UNIL », Affaires sociales et mobilité étudiante > Social > Aides financières, sur www.unil.ch (consulté le ).
  19. Marc Jacob, « Lauréates du Cyberwomenday 2020 », sur globalsecuritymag.fr, (consulté en )
  20. « Une experte suisse en cybersécurité reçoit la Légion d'honneur », sur rts.ch, Radio Télévision Suisse, (consulté le ).
  21. Journal Officiel français portant promotion et nomination (JORF n°0001 du 1 janvier 2014) http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000028416190
  22. « Accueil », sur Institut de Recherche Cybermonde (consulté le )
  23. « Nouvelle exposition permanente - Musée de la Communication », sur www.mfk.ch (consulté le )
  24. (en-US) « Board », sur Global Initiative, (consulté le )
  25. http://www.gcsp.ch/About-Us/Global-Fellowship-Initiative/Associate-Fellows/Professor-Solange-GHERNAOUTI
  26. https://www.fits-forum.org/index.php/organisation/comite-scientifique/78-solange-ghernaouti
  27. HEC Lausanne, « La prof. Solange Ghernaouti et son équipe participent à deux nouveaux projets européens - HEC Lausanne », sur www.hec.unil.ch (consulté le )
  28. « eCrime – Security Committee », sur ecrime-project.eu (consulté le )
  29. « Consortium | PRISMACLOUD », sur prismacloud.eu (consulté le )
  30. « SECOQC - Development of a Global Network for Secure Communication based on Quantum Cryptography », sur www.secoqc.net (consulté le )
  31. « Maîtrise universitaire en droit, criminalité et sécurité des technologies de l'information », sur www.unil.ch (consulté le )
  32. « Guide pratique de la cybersécurité et de la cyberdéfense »
  33. « Accueil », sur FIC 2018 (consulté le )
  34. (zh) « Traduction chinoise « cyberpower, crime, conflict and security in cyberspace » »

Liens externes[modifier | modifier le code]