Solange Ghernaouti

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Solange Ghernaouti
Description de cette image, également commentée ci-après

Solange Ghernaouti

Naissance (58 ans)
Blida Algérie
Nationalité Suisse, France
Domaines Cybersécurité, Cyberstratégie
Institutions Université de Lausanne (UNIL)
Diplôme Université Pierre-et-Marie-Curie (Doctorat en Informatique, 1986)

Solange Ghernaouti est professeure à l'université de Lausanne (UNIL) et experte internationale en cybersécurité et cyberdéfense. Elle collabore régulièrement avec diverses instances onusiennes, européennes, gouvernementales ainsi qu'avec des institutions privées.

Première femme professeure de HEC Lausanne en 1987, Solange Ghernaouti est membre de l’Académie suisse des sciences techniques (SATW)[1], elle dirige le Swiss Cybersecurity Advisory and Research Group (SCARG) qu'elle a créé et le groupe de recherche en Science de la Complexité. Elle a su développer une approche innovante interdisciplinaire de la sécurité du numérique au service des individus, des organisations et des états à des niveaux stratégique et opérationnel.

Elle est l’auteure de nombreux ouvrages et publications scientifiques et de vulgarisation[2] relatifs aux télécommunications[3], à la maîtrise des risques informatiques, à la cybercriminalité et le cyberpouvoir.

Solange Ghernaouti préside également diverses associations telles que la Fondation Erna Hamburger (ayant pour but d'apporter une aide matérielle, directe ou indirecte, à des femmes universitaires ou sorties d'une autre formation supérieure de niveau analogue, faisant des études postgrades dans le Canton de Vaud) ainsi que la Commission Sociale de l'Université de Lausanne.

Distinctions[modifier | modifier le code]

  • Ancienne auditrice de l'IHEDN (arrêté du 8 janvier 2014)[4]
  • Chevalier de la Légion d'Honneur[5] (décret du 31 décembre 2013)[6]
  • Lieutenant-Colonelle de la réserve citoyenne de la gendarmerie française
  • Membre de l’Académie suisse des sciences techniques (depuis 2013)
  • Classée parmi les 20 femmes qui font la Suisse par Bilan (2012)[7]
  • Classée parmi les 100 femmes les plus puissantes de Suisse par le magazine Women in Business (2012)
  • Classée parmi les 100 personnalités qui font la Suisse romande par l'Hebdo (2011)[8]
  • Classée parmi les 300 personnalités les plus influentes de Suisse par Bilan (22 juin 2011)

Divers[modifier | modifier le code]

  • Associate Fellow of the Geneva Centre for Security Policy[9].
  • Membre du comité scientifique du Forum International des Technologies de la Sécurité (depuis 2015)[10]
  • Partenaire des projets européens E-Crime[11] et Prismacloud[12] (depuis respectivement 2014 et 2015)[13]
  • Présidente de la Commission Sociale de l'Université de Lausanne (depuis 2006)[14]
  • Présidente de la Fondation Erna Hamburger (depuis 2012)[15]
  • Participante au projet européen SECOQC (2004-2008)[16]

Principaux ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Sécurité informatique et réseaux, 4e édition, Dunod 2013 (première édition 2006)
  • Cyberpower: Crime, Conflict and Security in Cyberspace, EPFL Press 2013
  • Avec A. Dufour, “Internet” – Que sais-je ?, 11e édition, Presses universitaires de France 2012
  • Avec I. Tashi, Information security évaluation : a hollistic approach, EPFL Press 2011
  • A Global Treaty on Cybersecurity and Cybercrime: A Contribution for for Peace, Justice and Security in Cyberspace, 2e édition, Cybercrimedata 2011 (première édition 2009)
  • Avec R. Berger Technocivilisation : pour une philosophie du numérique, Focus Sciences, PPUR 2010
  • Cybersecurity Guide for Developing Countries, 3e édition revue et augmentée, ITU 2009 (première édition 2006)
  • Stratégie et ingénierie de la sécurité des réseaux, InterEditions 1998
  • Avec A. Dufour, Enterprise Networks and Telephony from technologies to business strategy, Springer-Verlag 1998
  • Avec C. Servin, Les hauts débits en télécoms, InterEditions 1998
  • Avec A. Dufour, Réseaux locaux et téléphonie, Masson 1995
  • CLIENT / SERVEUR. Les outils du traitement, Réparti coopératif, Masson 1993
  • Réseaux, applications réparties normalisées, Eyrolles 1990

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.unil.ch/webdav/site/unicom/shared/uniscope/2012-2013/U585_print.pdf
  2. http://www.pourlascience.fr/ewb_pages/a/article-comment-lutter-contre-la-cybercriminalite-24920.php
  3. http://www.itu.int/ITU-D/cyb/publications/2007/cgdc-2007-e.pdf
  4. Journal Officiel de la république Française - JORF n°0008 du 10 janvier 2014 texte n° 25 - Arrêté du 8 janvier 2014 portant désignation des auditrices et auditeurs de la 194e session en région (« promotion Henri Dunant ») de l'Institut des hautes études de défense nationale, Lyon, Genève et Mâcon (du 5 novembre au 13 décembre 2013) http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000028451257
  5. http://www.rts.ch/info/suisse/5497146-une-experte-suisse-en-cybersecurite-recoit-la-legion-d-honneur.html
  6. Journal Officiel français portant promotion et nomination (JORF n°0001 du 1 janvier 2014) http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000028416190
  7. http://www.bilan.ch/economie-exclusif/les-20-femmes-qui-font-la-suisse
  8. http://www.forumdes100.com/files/F100-11_Les100_PortraitsHebdo.pdf
  9. http://www.gcsp.ch/About-Us/Global-Fellowship-Initiative/Associate-Fellows/Professor-Solange-GHERNAOUTI
  10. https://www.fits-forum.org/index.php/organisation/comite-scientifique/78-solange-ghernaouti
  11. « eCrime – Security Committee », sur ecrime-project.eu (consulté le 5 juin 2015)
  12. « Consortium | PRISMACLOUD », sur prismacloud.eu (consulté le 5 juin 2015)
  13. HEC Lausanne, « La prof. Solange Ghernaouti et son équipe participent à deux nouveaux projets européens - HEC Lausanne », sur www.hec.unil.ch (consulté le 5 juin 2015)
  14. http://www.unil.ch/interne/home/menuinst/organisation/les-commissions-consultative/commission-sociale.html
  15. http://www.scarg.org/ict4dignity/fondation-erna-hamburger
  16. « SECOQC - Development of a Global Network for Secure Communication based on Quantum Cryptography », sur www.secoqc.net (consulté le 5 juin 2015)

Liens externes[modifier | modifier le code]