Solange Bertrand

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Solange Bertrand
Solange Bertrand.jpg
Solange Bertrand, dans sa maison de la rue de Reims, à Montigny-les-Metz, au début des années 2000.
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 97 ans)
MoselleVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Formation
Distinction

Solange Bertrand, née le à Montigny-lès-Metz (alors annexé à l'Empire allemand), morte dans la même ville le [1], est une artiste peintre française.

Biographie[modifier | modifier le code]

Solange Bertrand exprime très jeune son goût pour la création qu’elle développe à l’École des beaux-arts de Nancy à partir de 1934 mais ne se consacre entièrement à la peinture qu’après la Seconde Guerre mondiale durant laquelle elle se mobilise auprès des enfants comme infirmière diplômée d’État.

Laissant son tempérament s’exprimer, Solange Bertrand balade de par son œuvre le spectateur à travers des allées et venues picturales, passant aisément de la figuration au sujet abstrait. Car pour l’artiste ce qui compte n’est pas tant la représentation que la force et l’émotion qui se dégagent du tableau. Ces deux idées se retrouvent dans le trait qui donne de l’intensité à ses portraits et particulièrement dans les regards. La très large gamme des couleurs utilisée, tantôt vives voire agressives, tantôt feutrées, transparente ou au contraire avec une forte densité de matière, témoignent de la diversité des émotions et climax qu'elle livre au spectateur.

Elle rencontre Picasso dans les années 1950 à Golfe Juan trois étés consécutifs (elle exécute son portrait en 1950) ainsi que Matisse qui lui recommande de travailler inlassablement. Elle garde une admiration profonde pour ces deux maitres. Elle gardera toujours près d'elle un tableau de Picasso reproduit de tête suite à une exposition, "l'hommage au maître" ( visible en arrière plan de la photo). Cette influence se retrouve dans les nombreux arlequins qu'elle produit après guerre. Son œuvre préférée reste toutefois la ronde de Matisse.

Elle partage son temps entre sa maison natale de Montigny les Metz et Paris où elle dispose d'un atelier Bd Victor.

Artiste trop souvent assimilée aux têtes et visages (arlequins et clowns) qu’elle a réalisé, le cœur de son œuvre reste toutefois abstraite et s’inscrit dans le courant de l'abstraction lyrique auquel elle adhère totalement . Sa recherche plastique en la matière débute dès 1945 avec le Carré bleu" notamment, ou "temps et lieu". L’abstraction qui caractérise son œuvre se déploie dans de multiples directions: abstraction géométrique, gestuelle, monochromie... Elle enchaîne les périodes et recherches picturales. En quête permanente de renouvellement elle utilise la bombe aérosol et la technique du pochoir dès les années 1970. On observe de réelle parenté Debré,hannah Ben Dov Léon Zack,ou Tal Coat et la plupart des peintres et suiveurs de l'école de Paris ( Elvire Jan, David Lan bar, Jacques Germain).

L’œuvre dessinée de Solange Bertrand constitue un corpus autonome de grande qualité. Les thématiques du couple et de la maternité sont dominantes ainsi que les portraits souvent tracés d’un seul trait. Elle réalise également des dessins abstraits mêlant encre de chine et gouache (monotype) sur des supports variés (papier peint, papier calque ou carbone...). Elle emploie la technique du pochoir et réalise de nombreux collages. Certains collages de personnages réalisés en 1960 s'approche fortement des nus bleus de Matisse

Force et tempérament, refus de la facilité, refus de plaire et renouvellement incessant caractérisent le travail de Solange Bertrand. Son tempérament extrêmement marqué l'éloignera progressivement des réseaux de l'art contemporain la réduisant à une certaine confidentialité.

Privée de descendance elle poursuit le projet de transmettre son œuvre et patrimoine à une Fondation éponyme . Cette dernière voit le jour en 2001 et obtient la reconnaissance d'utilité publique. Elle développe un projet culturel mettant en valeur l’œuvre du peintre en assurant la promotion de l'art contemporain auprès du grand public ou de public ciblé; son siège est à Longwy.


Publications[modifier | modifier le code]

  • Illustrations pour enfants, éditions Berger-Levrault, 1935

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Guide de Metz vu par les artistes, 1937, Metz, Even éditeur
  • Irma Schweitzer, Lueurs dans les ténèbres, 1947, Metz, Even éditeur
  • George Mendel, La Pittura Francese, 1955
  • Regard sur Solange Bertrand, 1970, Luxembourg, édition du Lüzerburger Wort.
  • Solange Bertrand, documentation, 1982, montigny-lès-Metz, édition Voix Richard Meier
  • Benoît Goetz, Anatomie du Vide, 1985, Montigny-lès-Metz, édition Voix Richard Meier
  • Collection L’art contemporain au Musée départemental des Vosges, 1986, Épinal
  • Catalogue du musée Picasso d’Antibes, 1988
  • Benoît Goetz, Monique Sary, Solange Bertrand, catalogue de l’exposition, 1990, Montigny-lès-Metz, édition Voix Richard Meier
  • Richard Meier, Solange Bertrand, dessins de 1947 à 1994, 1994, Montigny-lès-Metz, édition Voix Richard Meier
  • Jean-Luc Chalumeau, Solange Bertrand, la vérité en peinture, 2006, Paris, Somogy éditions d’art, Fondation Solange Bertrand
  • Francis Parent, Solange Bertrand, monographie, éditions Garnier Nocéra, 1993
  • Emmanuel Bénézit, Dictionnaire des peintres, sculpteurs, dessinateurs et graveurs, Gründ, 1999.
  • Solange Bertrand: une vie, une œuvre et Solange Bertrand, l'artiste volcanique, deux catalogues de vente de l'atelier de l'artiste les 18 mai 2005 et 11 octobre 2010 à l'Hôtel Drouot par Millon SVV, 19 rue de la Grange-Batelière à Paris.

Expositions[modifier | modifier le code]

  • 2010 : introduction à l'œuvre de Solange Bertrand, Le Trait d'Union ECFM (Neufchâteau)
  • 2011 : « C'est Picasso qui m'a appris à nager », hommage à Solange Bertrand, galerie Octave Cowbell (Metz)
  • 2015 : Exposition Abbaye des Prémontrés à Pont-à-Mousson

Collections publiques[modifier | modifier le code]

Collections privées[2][modifier | modifier le code]

Metz, Nancy, Paris, Düsseldorf, Sarrebruck, Oslo, Anvers, Bruxelles, Amsterdam, Londres, Milan, Venise, Luxembourg, New York, Nice, Cannes, Strasbourg, Nîmes...

Distinctions[modifier | modifier le code]

  • 1982, Maître de peinture honoris causa par le séminaire international d’art contemporain
  • 1985, chevalier des Arts de l’Académie d’Italie
  • 1996, chevalier de l'ordre des Arts et des Lettres par le ministre de la Culture et de la Communication

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Décès de Solange Bertrand, Le Républicain lorrain, 23 janvier 2011.
  2. Jean-Luc Chalumeau: Solange Bertrand, la vérité en peinture (Cf. Bibliographie ci-dessus). Voir page 151.

Liens externes[modifier | modifier le code]