Sol martien

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sol.
Vue du sol martien et de rochers depuis Curiosity
Vue du sol martien et de rochers depuis Curiosity après que l'astromobile ait franchi "Dingo Gap" (9 février 2014)[1].

Le sol martien est la fine couche de régolithe trouvée à la surface de Mars. Ses propriétés diffèrent significativement du sol terrestre. Sur Terre, le terme "sol" renvoie généralement à la présence de matière organique[2]. Les planétologues utilisent une définition fonctionnelle du sol pour le distinguer des roches[3]. Les roches font, de manière générale, référence aux éléments de 10 cm d'échelle et plus (par exemple des fragments, de la brèche et des affleurements)[3]. Par conséquent, ‘‘sol’’ fait référence à toutes les particules plus petites, généralement non consolidées, incluant celles suffisamment fines pour être soulevées par le vent[3].

Observations[modifier | modifier le code]

Comparaison d'échantillons de sol martien.
(en) Comparaison d'échantillons de sol martien obtenus par Curiosity, Opportunity et Spirit[4],[5].
Première utilisation de la pelleteuse de Curiosity alors qu'il examinait un tas de sable à "Rocknest (en)" (7 octobre 2012).

Mars est couverte par de vastes étendues de sable et de poussière et sa surface est jonchée de roches et de blocs. La poussière est parfois soulevée dans de grandes tempêtes de poussières. La poussière martienne est très fine et reste suspendue suffisamment longtemps dans l'atmosphère pour donner au ciel une teinte rougeâtre. Cette teinte est liée aux oxydes de fer dont une partie est supposée s'être formée il y a quelques milliards d'années quand le climat de Mars était chaud et humide. Le climat de la planète étant maintenant froid et sec, l'oxydation du sol pourrait se poursuivre via la formation de l'ion superoxyde qui se forme sur des surfaces exposées au rayonnement ultraviolet[6].

La quantité d'eau dans le régolithe martien varie entre 2 %m et plus de 60 %m[7],[8].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://mars.jpl.nasa.gov/msl/multimedia/images/?ImageID=6012 raw color
  2. (en) Giacomo Certini et Fiorenzo C. Ugolini, « An updated, expanded, universal definition of soil », Geoderma, vol. 192,‎ , p. 378–379 (DOI 10.1016/j.geoderma.2012.07.008)
  3. a, b et c (en) Suniti Karunatillake, John M. Keller, Steven W. Squyres, William V. Boynton, Johannes Brückner, Daniel M. Janes, Olivier Gasnault et Horton E. Newsom, « Chemical compositions at Mars landing sites subject to Mars Odyssey Gamma Ray Spectrometer constraints », Journal of Geophysical Research, vol. 112,‎ (DOI 10.1029/2006JE002859, Bibcode 2007JGRE..112.8S90K)
  4. (en) Dwayne Brown, Guy Webster et Nancy Neal-Jones, « NASA Mars Rover Fully Analyzes First Martian Soil Samples », NASA, (consulté le 3 décembre 2012)
  5. (en) Ken Chang, « Mars Rover Discovery Revealed », New York Times, (consulté le 3 décembre 2012)
  6. (en) Yen, A.S., Kim, S.S., Hecht, M.H., Frant, M.S., Murray, B., Kim, Hecht, Frant et Murray, « Evidence that the reactivity of the Martian soil is due to superoxide ions », Science, vol. 289, no 5486,‎ , p. 1909–12 (PMID 10988066, DOI 10.1126/science.289.5486.1909, Bibcode 2000Sci...289.1909Y)
  7. (en) Mitrofanov, I. et 11 al., Anfimov, Kozyrev, Litvak, Sanin, Tret'Yakov, Krylov, Shvetsov, Boynton, Shinohara, Hamara et Saunders, « Mineralogy at Gusev crater from the Mössbauer spectrometer on the Spirit rover », Science, vol. 297, no 5578,‎ , p. 78–81 (PMID 12040089, DOI 10.1126/science.1073616, Bibcode 2002Sci...297...78M)
  8. (en) Horneck, G., « The microbial case for Mars and its implications for human expeditions to Mars », Acta Astronautica, vol. 63, nos 7–10,‎ , p. 1015–1024 (DOI 10.1016/j.actaastro.2007.12.002)