Soings-en-Sologne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Soings-en-Sologne
Soings-en-Sologne
Mairie de Soings-en-Sologne.
Blason de Soings-en-Sologne
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre-Val de Loire
Département Loir-et-Cher
Arrondissement Romorantin-Lanthenay
Canton Saint-Aignan
Intercommunalité Val de Cher - Controis
Maire
Mandat
Bernard Biette
2014-2020
Code postal 41230
Code commune 41247
Démographie
Population
municipale
1 614 hab. (1631)
Densité 46 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 24′ 51″ nord, 1° 31′ 33″ est
Altitude Min. 92 m
Max. 137 m
Superficie 35,3 km2
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Centre-Val de Loire
Voir sur la carte administrative du Centre
City locator 14.svg
Soings-en-Sologne
Géolocalisation sur la carte : Loir-et-Cher
Voir sur la carte topographique de Loir-et-Cher
City locator 14.svg
Soings-en-Sologne
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Soings-en-Sologne
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Soings-en-Sologne

Soings-en-Sologne est une commune française située dans le département de Loir-et-Cher, en région Centre-Val de Loire.

Géographie[modifier | modifier le code]

Soings-en-Sologne est située en bordure de la Sologne entre Blois et Romorantin-Lanthenay.

Localisation de la commune de Soings-en-Sologne dans l'arrondissement de Romorantin-Lanthenay (Loir-et-Cher).
Localisation de la commune de Soings-en-Sologne dans le canton de Saint-Aignan (Loir-et-Cher).
Localisation de la commune de Soings-en-Sologne dans la Communauté de communes Val de Cher - Controis (Loir-et-Cher).

Histoire[modifier | modifier le code]

Généralités historiques :

  • Ecclesia de Soemo en 1121, « Souain » aux XVe et XVIe siècles, le qualificatif « en Sologne » a été ajouté au XXe siècle.
  • C'est un magos gaulois (marché) : « sogio » ou « Ciconio », la cigogne étant aussi un engin servant à tirer de l'eau. Il s'agit d'une ancienne paroisse du diocèse d'Orléans.
  • Importante nécropole gallo-romaine, nombreux vestiges trouvés dans le lac, dans le bourg et à proximité.
  • L'église fut donnée en 1121 à l'abbaye de Pontlevoy par l'évêque d'Orléans.

La commune de Soings a pris le nom de Soings-en-Sologne en 1919.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1790 1992 Maître François Augé   prêtre-curé de cette paroisse
1792 Pluviose An IX Toussaint Chesnay    
Pluviose An IX Août 1813 Jean Peltier    
Août 1813 juillet 1815 Philippe-Henri De Grimvard    
juillet 1815 avril 1819 Alexandre Bergé    
avril 1819 octobre 1819 Lemaitre    
octobre 1819 septembre 1842 Jean Peltier    
septembre 1842 octobre 1845 Baudot    
octobre 1845 août 1848 Leduc    
août 1848 novembre 1852 Jaclain    
novembre 1852 août 1876 Mauger    
août 1876 mai 1900 Leclerc Albert    
mai 1900 décembre 1903 Georges Martin    
décembre 1903 mai 1908 Jean Bourdillon    
mai 1908 mai 1912 Joseph Melin    
mai 1912 août 1914 Georges Meunier    
août 1914 1919 Léon Touchain    
1919 mai 1929 Georges Meunier    
mai 1929 janvier 1941 Arthur Tissie    
janvier 1941 octobre 1944 Emile Dubreuil    
octobre 1944 mars 1971 Robert Peltier    
mars 1971 mars 1977 Paul Vitali    
mars 1977 mars 2008 Jean-Claude Badenier    
mars 2008 mars 2014 Jean-Claude Badenier    
mars 2014 En cours Bernard Biette    
Les données manquantes sont à compléter.http://soingsensologne.fr/

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[1]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[2].

En 2017, la commune comptait 1 614 habitants[Note 1], en augmentation de 1,96 % par rapport à 2012 (Loir-et-Cher : +0,08 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
734695736805833865900956964
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 0131 0261 1151 1221 1121 1491 1801 2311 204
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 2771 3001 3161 2141 2361 2031 1831 2781 261
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
1 3021 3241 3141 2591 2891 3141 4631 4871 583
2017 - - - - - - - -
1 614--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2006[4].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (25,3 %) est en effet supérieur au taux national (21,6 %) tout en étant toutefois inférieur au taux départemental (26,3 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est égale à la population féminine.

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 50 % d'hommes (0 à 14 ans = 21,2 %, 15 à 29 ans = 14 %, 30 à 44 ans = 21,9 %, 45 à 59 ans = 20,2 %, plus de 60 ans = 22,7 %) ;
  • 50 % de femmes (0 à 14 ans = 19,7 %, 15 à 29 ans = 12 %, 30 à 44 ans = 24,2 %, 45 à 59 ans = 16,3 %, plus de 60 ans = 27,9 %).
Pyramide des âges à Soings-en-Sologne en 2007 en pourcentage[5]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,3 
90  ans ou +
0,7 
8,2 
75 à 89 ans
11,0 
14,2 
60 à 74 ans
16,2 
20,2 
45 à 59 ans
16,3 
21,9 
30 à 44 ans
24,2 
14,0 
15 à 29 ans
12,0 
21,2 
0 à 14 ans
19,7 
Pyramide des âges du département de Loir-et-Cher en 2007 en pourcentage[6]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,6 
90  ans ou +
1,6 
8,3 
75 à 89 ans
11,5 
14,8 
60 à 74 ans
15,7 
21,4 
45 à 59 ans
20,6 
20,3 
30 à 44 ans
19,2 
16,2 
15 à 29 ans
14,7 
18,5 
0 à 14 ans
16,7 

Économie[modifier | modifier le code]

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2013, la population âgée de 15 à 64 ans s'élevait à 980 personnes, parmi lesquelles on comptait 74,6 % d'actifs dont 67,9 % ayant un emploi et 6,7 % de chômeurs [7].

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

  • Le territoire de la commune héberge un site de stockage de gaz naturel en nappe aquifère.
  • Le sol est exploité par divers types d'agricultures, des vignobles, culture de fraises, asperges, plantes exotiques, des pépinières (bulbes et rhizomes) ainsi que des plantes aromatiques.
  • Le bourg possède, en 2012 :
    • deux médecins
    • un cabinet d'infirmières
    • un pharmacien
    • deux coiffeurs
    • un pédicure
    • une boulangerie
    • un bureau de tabac-presse-loto
    • un relais-poste
    • un boucher-charcutier
    • une superette
    • deux bars-restaurants
    • un hôtel-restaurant
    • un garagiste.
    • Un Ostéopathe.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Traversée de Soings via la D 122.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Vestiges préhistoriques et antiques :
    • Le tumulus des Montanjons[8] est constitué de deux tumulus au lieu-dit les Montanjons (anciennement « monts aujoncs », monts aux ajoncs). Les traces d'un fort en bois ont été retrouvées au-dessus les tumulus lors de travaux de terrassement, il y a une quarantaine d'années.
    • Le tumulus du Tertre[8] est un deuxième tumulus, sur le tracé de la route menant à Contres, qui a été démoli en grande partie lors de la construction de cette voie. Une occupation gauloise et gallo-romaine y est attestée. Il comprenait une nécropole gallo-romaine importante dans laquelle ont été retrouvées des sépultures avec un riche mobilier et divers trésors. Il existe une ancienne voie romaine à proximité.
  • Divers sites gallo-romains existent à travers la commune mais sont ignorés par la population.
  • Autres monuments :

La commune dispose également de 12 objets classés à l'inventaire des monuments historiques :

    • Plusieurs châteaux dont celui des Pins [c 1] (fin XVe siècle[9], agrandi vers 1900), de Chanteloire, du Carroir, de Corbrande (ancien fief, ferme, prieuré) ;
    • Église Saint-Jean-Baptiste [c 2] avec une nef en petit appareil. Le mur sud de la nef comporte deux fenêtres hautes archaïques. On note également un cintre de porte et une croix très primitive dans la maçonnerie, datant du début du XIe siècle. Le portail, la rose à l'ouest et la baie au sud sont de style gothique. Le chœur, du XVIe siècle, comprend une travée et un chevet plat. Deux chapelles latérales sont munies de voûtes d'ogives, de pignons à crochets et de personnages sculptés. Lors d'une récente rénovation, des peintures murales ont été découvertes sous les enduits.
    • Le lac de Soings, seul lac naturel de Sologne (les autres sont des étangs créés par la main de l'homme) est situé au sud-ouest de l'église. Sa superficie varie entre 60 et 100 hectares, dues aux variations de son niveau, sans explication géologique claire (siphonnage de la nappe phréatique de Beauce ? résurgence de la Loire[10] ?).

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Soings-en-Sologne (loir-et-cher).svg

Les armoiries de Soings-en-Sologne se blasonnent ainsi :

Écartelé, au 1, d'azur à une tête de César laurée contournée d'argent ; au 2, de gueules à une grappe de raisin d'argent ; au 3, de gueules à une botte d'asperges d'argent ; au 4, d'azur à un brochet d'argent en pal.

Création P. Vitali - J. Martin-Demézil (1975).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]

  1. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  2. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  5. « Évolution et structure de la population à Soings-en-Sologne en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 11 octobre 2010)
  6. « Résultats du recensement de la population du Loir-et-Cher en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 11 octobre 2010)
  7. « Emploi - population active en 2013 - Commune - France hors Mayotte », sur le site de l'Insee (consulté le 29 janvier 2017)
  8. a et b Notice no PA00098606, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  9. Notter MR, Le château des Pins à Soings-en-Sologne (Loir-et-Cher) aux XVIe et XVIIe siècles, La Sologne et son passée, 2015;37,1-12
  10. Vasset B, « Les Mystères d'un lac », Journal de la Sologne, automne 2010, n° 151 p. 25

Ministère français de la culture[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :