Sodji

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Sodji
Titre
Roi de Xogbonou
Prédécesseur Mèji
Successeur Mikpon
Biographie
Titre complet Dă (chef, père, grand-père)
Dynastie Tè Agbalin
Lieu de naissance Xogbonou (Porto-Novo)
Date de décès

Sodji ou Soji, mort en 1908, est un roi («  ») de Xogbonou (« actuelle ville de Porto-Novo »). Son règne (1848-1864) est marqué par la pression des Britanniques pour mettre fin à l'esclavage et à la traite négrière qui ont fait la fortune de Porto-Novo. Pour trouver une alternative, il développe la production et le commerce d'huile de palme.

Biographie[modifier | modifier le code]

La répression de la traite menée par les Britanniques, en particulier par le British African Squadron, pousse Sodji à se tourner vers les Français. Il suit ainsi les conseils des négociants afro-brésiliens qui tirent de grands bénéfices de la traite et sont en lien avec des négociants français[1]. En 1851, il signe un traité de commerce et d'amitié avec la France pour développer l'exportation d'huile de palme[2]. Il fait planter de nouvelles palmeraies au nord de Porto-Novo. Le 23 avril 1861, les Anglais bombardent la ville. Le 25 février 1863, il conclut un traité de protectorat par lequel il autorise les missions françaises à s'installer dans son royaume pour propager le catholicisme et cède à la France ses relations extérieures.

À sa 1864, Mikpon prend le pouvoir, dénonce le protectorat français et le fils de Sodji, Toffa, est contraint à l'exil.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Frédéric Angleviel, Chants pour l'au-delà des mers, L'Harmattan, , p. 178
  2. Chritian Roche, L'Afrique noire et la France au XIXe siècle, Karthala, , p. 125