Société générale de banques au Sénégal

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une entreprise image illustrant le Sénégal
Cet article est une ébauche concernant une entreprise et le Sénégal.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?).
Les entreprises étant sujet à controverse, n’oubliez pas d’indiquer dans l’article les critères qui le rendent admissible.

Société générale de banques au Sénégal (SGBS)
logo de Société générale de banques au Sénégal (SGBS)
Création
Forme juridique Société anonyme
Siège social Drapeau du Sénégal 19 avenue Léopold Sédar Senghor
BP 323 Dakar (Sénégal)
Direction Drapeau : Sénégal Papa Demba Diallo (PDG)
Activité banque
Société mère Drapeau : France Société générale
Site web www.sgbs.sn
Chiffre d’affaires en augmentation 38 506 millions de FCFA (2007)
Résultat net en augmentation 13 487 millions de FCFA (2007)

La Société générale de banques au Sénégal (SGBS) est une banque sénégalaise filiale du groupe français Société générale.

Histoire[modifier | modifier le code]

La SGBS a été créée le , avec un capital de 500 millions de francs CFA.

En juillet 2005, la SGBS ouvre sa 40e agence dans le quartier de Derklé à Dakar[1].

En 2008, la SGBS procède à une augmentation de capital, passant de 4,5 milliards de F CFA à 10 milliards[2].

En juin 2010, la SGBS, en partenariat avec Tigo, lance Yoban’tel, un service de paiement par téléphone mobile, pour concurrencer l'Orange money du groupe Orange[3].

Le 29 février 2012, la SGBS signe une convention de 250 000 € avec l'Agence française de développement pour créer une offre de crédit aux TPE sénégalaises[4].

En 2013, la SGBS lance Manko, un nouveau concept de banque de proximité et de microfinance, avec l'ambition de bancariser les revenus modestes n'ayant pas accès au système bancaire traditionnel. Manko ouvre sa première agence le 29 avril 2013 à Pikine[5]. Les conseillers se déplacent en scooter pour rendre visite à leurs clients[6].

En 2014, la SGBS enregistre une perte record de 36,434 milliards de F CFA pour un produit net bancaire de 44,69 milliards de F CFA[7]. Fin 2014, la SGBS consent au financement de 30 milliards de F CFA pour le lancement du projet minier de Grande Côte Opérations (GCO) de Tizir Limited, une entité regroupant à parts égales le français Eramet et l'australien Mineral Deposits Limited[8].

Activités[modifier | modifier le code]

Le classement des 200 premières banques africaines situait la société à la 91e place en 2007 (76e l'année précédente)[9]. Historiquement première banque du Sénégal en chiffre d'affaires, la banque a perdu son leadership en 2014 face à la banque marocaine CBAO Groupe Attijariwafa bank[10].

En 2014, la SGBS comptait 670 collaborateurs, 179 000 clients, 43 agences et 54 DABs. Le capital de la banque est détenu à 63,31% par la Société générale, à 33,13% par des actionnaires privés, et à 1,56% par la SGBCI[8].

Direction[modifier | modifier le code]

  • Pape Demba Diallo, président du conseil
  • Yann de Nanteuil, directeur général

Controverses[modifier | modifier le code]

En 1991, la SGBS s'adjuge illégalement les locaux de la Société Industrielle des Produits Laitiers (SIPL) et les revend dans la foulée à une entreprise, la Sci & Jubbo. Cette dépossession illégale provoque la chute de la SIPL en 1993. La justice sénégalaise a reconnu la faute de la SGBS et l'a condamnée au remboursement des biens dépossédés, ainsi qu'à des dommages et intérêts à la hauteur du préjudice. En 2016, la banque n'a toujours pas remboursé l'intégralité de la somme due[11].

En septembre 2013, le gérant d'une agence de la SGBS a détourné plus de 170 millions de F CFA[12]. Toujours en septembre 2013, les gérants de l'agence de Cambérène sont accusés d'avoir détourné plus de 95 millions de F CFA[13].

En décembre 2014, la société sénégalaise Digital Store porte plainte contre la SGBS pour lui avoir fait payer une traite d'une valeur de plus de 5 millions de F CFA, alors que le cachet apposé sur cette traite n'est pas celui de l'entreprise, et que la signature n'est pas celle du dirigeant de l'entreprise plaignante[14].

En novembre 2015, suite à l'arrestation de l’homme d’affaires Zoheir Wazni, la presse sénégalaise révèle que le déficit de la SGBS est en fait de 119 milliards de FCFA[15]. Le même mois, le PDG de la SGBS Yann de Nanteuil est appelé à comparaître devant les tribunaux pour tentative d'escroquerie sur l'entreprise Sci & Jubbo d'un montant de 15 milliards F CFA. L'affaire concerne les même locaux que ceux qui avaient été illégalement dépossédés de la SIPL 25 ans auparavant[11],[16]. En mars 2016, devant les juges, les avocats de la défense reconnaissent la manipulation frauduleuse[17].

En janvier 2016, la presse révèle qu'un agent de sécurité de l'agence des Almadies a détourné 200 millions de F CFA dans les guichets automatiques de la banque[18].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. M. Sylla, « Sénégal: Nouvelle agence bancaire à Derklé : la SGBS ouvre son 40e point de vente », sur Allafrica.com,‎ (consulté le 21 avril 2016)
  2. « La SGBS passe première », sur Jeuneafrique.com,‎ (consulté le 21 avril 2016)
  3. El Malick Seck, « Yoban’tel : La Sgbs et Tigo ripostent contre Orange Money de Sonatel », sur Osiris.sn,‎ (consulté le 21 avril 2016)
  4. « Soutenir le financement des très petites entreprises », sur Afd.fr,‎ (consulté le 21 avril 2016)
  5. « La Société générale lance Manko a Sénégal », sur Microfinance.sn,‎ (consulté le 21 avril 2016)
  6. Marion Leblanc-Wohrer, « Société Générale, un horizon africain », sur Agefi.fr,‎
  7. Saliou Diouf, « Société générale : la filiale sénégalaise en perte en 2014. », sur Jeuneafrique.com,‎ (consulté le 21 avril 2014)
  8. a et b « Rapport annuel 2014 », sur Sgbs.sn (consulté le 21 avril 2016)
  9. The Africa Report, n° 6, avril-juin 2007, p. 123-126
  10. Amadou Oury Diallo, « Sénégal : la couronne perdue de la Société générale », sur Jeuneafrique.com,‎ (consulté le 21 avril 2016)
  11. a et b « Affaire SIPL/SGBS : les déboires de la Société Générale en Afrique », sur Continent-noir.com,‎ (consulté le 21 avril 2016)
  12. « Nouveau Scandale financier à la SGBS : 170 millions de FCfa détournés », sur Seneweb.com,‎ (consulté le 21 avril 2016)
  13. « Scandale à la Sgbs Cambèrene : Une somme 95 millions pompée dans des comptes de clients », sur Leral.net,‎ (consulté le 21 avril 2016)
  14. « SCANDALE : La SGBS traînée en justice pour...escroquerie », sur Dakaractu.com,‎ (consulté le 21 avril 2016)
  15. « Pourquoi la SGBS sous Yann de Nanteuil n'est pas exempte de reproches (Enquête exclusive) », sur Dakarposte.com,‎ (consulté le 21 avril 2016)
  16. Alassane Drame, « Le DG de la SGBS devant le juge le 5 novembre », sur Seneplus.com,‎ (consulté le 21 avril 2016)
  17. « SCI “And Jubbo” et les Etablissements Jamil Tarraf réclament 5 milliards F Cfa à la SGBS : Est-ce le tournant du match ? », sur Leral.net,‎ (consulté le 21 avril 2016)
  18. Abdoulaye Diedhiou, « Détournement de fonds à la SGBS : Plus de 200 millions de FCfa pompés des Guichets Gab des secteurs Almadie et Ouakam… », sur Allodakar.com,‎ (consulté le 21 avril 2016)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]